Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • In Kenya, Transformers CBO nurtured a culture of tree planting amongst villagers and mobilised them to rehabilitate a section of Londiani Forest that had previously been cleared for settlement in Kipkelion, Kericho County.
    Courtesy of Yetu
Fondation Aga Khan
Semer les graines du changement au Kenya

Lorsqu’on roule sur la portion d’autoroute qui relie Kericho à Sotik et longe la vallée du Grand Rift, au Kenya, on découvre des paysages à couper le souffle, faits de collines, de terres agricoles et de rangées d’arbres en apparence sans fin.

Toutefois, il y a seulement quelques années, la vision était bien différente. À la fin des années 2000, la couverture forestière était en constante diminution dans l’escarpement de Mau, une faille aux pentes abruptes située à l’ouest de la vallée du Grand Rift. Dans cette région, la forêt joue pourtant un rôle environnemental très important, car elle contribue à atténuer les inondations, à réguler le débit des rivières, à recharger les nappes phréatiques et à purifier l’eau. 

Aujourd’hui, la forêt reprend forme grâce à des initiatives communautaires menées par des organisations de la société civile travaillant en partenariat avec des agences gouvernementales.

Une transformation à l’échelle locale

Lorsque des rapports ont fait état de la diminution de la couverture forestière, les membres de plusieurs communautés se sont réunis pour former l’organisation communautaire Transformers. Transformers travaille aujourd’hui avec un réseau de plus de 100 groupes communautaires des comtés de Bomet et Kericho. Elle sensibilise les populations locales à l’importance de la protection de l’environnement et les encourage à planter des arbres.

akf-kenya-4a.jpg

Vue d’une portion de la forêt auparavant défrichée. L’organisation Transformers encourage la réhabilitation de ces zones afin de réduire les impacts environnementaux de la déforestation.
Copyright: 
Courtesy of Yetu

Ronald Keter, secrétaire de l’organisation Transformers, explique que la principale difficulté qui vient contrarier les initiatives de protection de l’environnement est le manque de compréhension de la part de la population, qui semble ne pas bien saisir les avantages de la plantation et de la conservation des arbres.

« Nous nous efforçons avant tout de changer l’état d’esprit de la communauté et de lui montrer les avantages et la nécessité qu’il y a à protéger les forêts », déclare-t-il.

En 2019, Transformers faisait partie des organisations de la société civile qui ont participé au camp de formation de l’initiative Yetu. Yetu est un partenariat entre la Fondation Aga Khan (AKF) et l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) dont le but est de renforcer les organisations locales. Grâce à ses camps de formation, Yetu permet aux organisations de la société civile kenyane d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences pratiques pour mieux mobiliser des ressources à l’échelle locale.

Grâce à leur formation, les membres de Transformers ont réussi à signer des partenariats clés et à récolter 100 000 dollars (10 000 000 de shillings tanzaniens).

« Nous avions l’habitude de rédiger des propositions ou d’organiser des collectes de fonds une ou deux fois par an », explique Ronald. « Cependant, lors du camp de formation de Yetu, nous avons appris qu’il s’agit en réalité d’un processus continu et que nous devions avoir une personne se consacrant à la collecte de fonds tout au long de l’année. »

L’organisation Transformers a également appris à approcher les entreprises et les institutions gouvernementales afin d’établir des partenariats avec elles pour atteindre leurs objectifs en matière de protection de l’environnement. Depuis sa participation au camp de formation de Yetu, l’organisation a signé des partenariats avec Finlay Tea, Unilever, l’administration du comté de Kericho, le Service des forêts du Kenya et l’Institut de recherche sur les forêts du Kenya.

Dans le cadre de son partenariat avec l’Institut de recherche sur les forêts du Kenya, Transformers a sensibilisé de nombreux écoliers à l’importance de la plantation d’arbres et de la protection de l’environnement. Elle a également lancé un programme de plantation d’arbres fruitiers dans les écoles publiques des comtés de Bomet et de Kericho. Aujourd’hui, ces arbres forment une couverture végétale indispensable dans la région et produisent des encas sains et nutritifs pour les élèves. Avant que la pandémie de COVID-19 n’entraîne la fermeture des écoles dans tout le Kenya en 2020, l’organisation Transformers s’était associée à plus de 50 écoles pour planter plus de 20 000 arbres.

« Le camp de formation de Yetu m’a ouvert les yeux », explique Ronald. « Il a contribué à transformer notre organisation pour qu’elle devienne aujourd’hui la meilleure version d’elle-même. »

Ce texte a été adapté d'un article publié sur le site de la Foundation USA.