Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Une panthère des neiges capturée alors qu’elle tentait de pénétrer dans un enclos attend d’être remise en liberté. L’Agence Aga Khan pour l’habitat travaille auprès des communautés locales afin de réduire les attaques perpétrées par les autochtones contre ces animaux.
    AKAH Tajikistan
Agence Aga Khan pour l'habitat
3 mars - Journée mondiale de la vie sauvage : protéger la panthère des neiges dans les montagnes d’Asie

Les sommets enneigés des montagnes du Pamir abritent une espèce vulnérable et incomprise : la panthère des neiges. Ce félin timide habite les régions de montagne froides et de haute altitude de 12 pays d’Asie. Toutefois, dans les montagnes du Pamir, et plus précisément dans la région autonome du Haut-Badakhchan (GBAO), au Tadjikistan, la panthère des neiges n’est pas toujours la bienvenue, notamment lorsqu’elle s’aventure dans les villages et attaque les animaux domestiques.

Bien qu’elle soit carnivore et féroce, elle n’est généralement pas agressive envers les humains. Pourtant, elle est parfois prise pour cible par les autochtones par représailles lorsqu’elle s’attaque à leur bétail, mais est également braconnée et chassée à des fins récréatives ou pour certaines parties de son corps. Le conflit entre les habitants de ces régions et la panthère des neiges constitue une sérieuse menace à la survie de l’espèce. Dans ce contexte, l’Agence Aga Khan pour l’habitat (AKAH) s’efforce d’aider les communautés concernées à mieux comprendre et à protéger cet animal vulnérable.

Le changement climatique et les activités humaines telles que la déforestation et la surexploitation des pâturages entraînent la dégradation de l’habitat de la panthère des neiges, mais également celui de ses proies naturelles. En conséquence, on constate une augmentation des cas où des panthères pénètrent dans les villages pour s’attaquer au bétail des éleveurs, nourrissant toujours plus le conflit entre l’animal et l’homme. L’AKAH cherche à trouver une solution à ce problème au travers du projet « Protéger les panthères des neiges par une gestion efficace de l’habitat », financé par le Fonds Prince Sadruddin Aga Khan pour l’environnement (PSAKFE). Basé sur d’importants travaux de recherche, le projet se divise en trois composantes intégrées et vise à diminuer les conflits dans les villages ciblés du GBAO : protection du bétail, sensibilisation de la communauté et renforcement de la protection des espèces vulnérables, et mise en place d’initiatives de défense au niveau national.

akah-tajikistan-dji_0011_mowment-r.jpg

L’AKAH fournit aux communautés concernées du matériel et leur apporte un soutien technique afin de les aider à construire des enclos plus sécurisés pour protéger leur bétail.
Copyright: 
AKAH

L’Agence a en premier lieu mis en œuvre des mesures immédiates de protection du bétail, et a notamment travaillé auprès de plusieurs communautés des vallées de Ghund et de Roshtqala afin de les aider à renforcer leurs étables en construisant des corrals (enclos) pour protéger les animaux domestiques des attaques de panthères des neiges. Pour ce faire, l’AKAH a fourni aux éleveurs du treillis métallique et leur a appris à l’installer de manière à éviter les attaques.

En parallèle, l’Agence s’est efforcée de sensibiliser les communautés à l’importance de la protection de la panthère des neiges et a travaillé avec plusieurs partenaires afin de mettre en place un mécanisme de compensation en cas d’attaque afin de réduire les représailles des éleveurs contre le félin. Mamadnasim Simakov, un agriculteur, s’est exprimé à propos de ce projet : « En plus de nous expliquer pourquoi nous devons remettre en libérer les panthères des neiges [capturées alors qu’elles tentent de pénétrer dans un enclos], l’équipe du projet nous a également fourni du treillis métallique, grâce auquel j’ai pu construire un nouvel abri pour mes bêtes. Même si je n’ai actuellement pas beaucoup d’animaux, je sais qu’ils sont enfin à l’abri des attaques de panthères des neiges. »

Nikkadam Nazarov, chef de projets à l’AKAH, explique que l’approche intégrée mise en place permet de gérer toutes les dimensions du problème. « Plus de 500 membres des communautés ont pris part à nos sessions de sensibilisation, et un réseau composé de résidents locaux volontaires issus de ces villages ruraux a été mis en place afin de répertorier les attaques de panthères des neiges sur le bétail. Ce mécanisme permet à notre partenaire, l’Association de chasseurs, de fournir rapidement aux éleveurs ayant perdu du bétail une compensation. À ce jour, la majorité des panthères des neiges capturées dans les villages ont été remises en liberté dans leur habitat naturel sans blessure. Celles qui ont malheureusement été blessées ont été emmenées à l’hôpital vétérinaire de Murghab. »

akah-community_awareness_session-r.jpg

L’AKAH sensibilise les communautés locales à l’importance de la protection de la panthère des neiges.
Copyright: 
AKAH Tajikistan

Bien que l’AKAH ait déjà fait d’importants progrès grâce à son projet de sensibilisation et d’implication des communautés dans la protection de cette espèce vulnérable, ces initiatives ne marquent que les prémices d’une approche plus large visant à instaurer un changement systémique. Pour parvenir à ce changement, l’Agence continue de bâtir des partenariats et de collaborer avec de nouvelles parties prenantes afin de protéger le félin à plus grande échelle. Elle a notamment organisé une conférence à Douchanbé en 2019, à laquelle ont participé plus de 50 experts de la panthère des neiges et activistes de tout le pays. Des partenaires de diverses organisations étaient présents et se sont engagés à collaborer et poursuivre les recherches sur cette espèce menacée. L’événement a permis le renforcement des relations avec les institutions publiques et d’autres organisations internationales travaillant à la protection de la panthère des neiges au Tadjikistan. Elle a également permis d’attirer davantage l’attention sur le projet et d’actualiser le plan d’action pour la protection du félin.