Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Zoo National du Mali.
    AKDN / Ibai Rigby
Le nouveau Zoo National du Mali a été inauguré après la réhabilitation par le Trust Aga Khan pour la culture

Bamako, Mali, le 20 juin 2013 – Le nouveau Zoo National du Mali a été inauguré aujourd’hui après 24 mois de travaux de réhabilitation et d’extension menés par le Trust Aga Khan pour la culture suite à un contrat de partenariat public-privé.

Les Ministres de l’Environnement et de l’Assainissement Mr Ousmane Ag Rhissa et de la culture Mr Bruno Maïga étaient présents en compagnie de Mr Luis Monreal, Directeur Général du Trust Aga Khan pour la culture (AKTC) et de Mr Férid Nandjee, Représentant du Réseau Aga Khan de développement (AKDN) au Mali.

Le nouveau zoo accueille aujourd’hui plus de 100 espèces animales dont 17 espèces de mammifères, 21 espèces d’oiseaux, 13 espèces de reptiles et 58 espèces de poissons.

Sur une superficie de 6 hectares, le nouveau zoo offre maintenant aux animaux un cadre qui rappelle leur habitat naturel, tout en respectant les normes internationales sur les zoos : espace dédié aux chimpanzés agrémenté d’arbres et de hamacs, fosse boisée où coule une rivière artificielle pour accueillir les lions, un pré destiné aux biches, aux buffles ou aux autruches. On y trouve des cheminements revêtus, une grande volière, un nouvel aquarium et un nouvel vivarium.

Non seulement, le zoo propose un espace de détente et de loisirs mais c’est aussi un outil indispensable à la connaissance, la préservation et la conservation des espèces animales. Il aura donc une mission de conservation d’espèces animales mais aussi pédagogique et scientifique. Ainsi, beaucoup d’espèces africaines menacées à l’état sauvage y sont gérées au mieux pour conserver leur patrimoine génétique et aider à la sauvegarde de leurs congénères sauvages.

Le zoo représente une ressource importante pour l’éducation surtout celle des écoliers. Le zoo impulse le changement positif de comportement à travers l’exposition de panneaux (fiche d’identité des animaux et des espèces), l’organisation de rendez-vous entre soigneurs/animateurs et public, de visites guidées, d’ateliers scolaires. Le visiteur pourra aussi prendre part à des expositions, projections documentaires, contes, lectures spécialisées.

Cette réalisation fait suite à celle du parc botanique inauguré en septembre 2010 et auquel il est contigu sur la route de Koulouba à Bamako, lui aussi dirigé par le Trust Aga Khan pour la culture suite à la signature d’un contrat de partenariat public-privé avec le Ministère de la Culture et le Ministère de l’Environnement et de l’Assainissement. Ce contrat de partenariat public-privé de 25 ans couvre la construction, la gestion, l’entretien et le développement des parcs botanique et zoologique (« Parc National du Mali »). Les revenus excédentaires résultant éventuellement de son activité seront réinvestis dans le projet. L’accord de 25 ans vise à garantir que le Parc National du Mali devient autonome plutôt qu'un fardeau pour la commune de Bamako.

Cinquante emplois ont été créés pour la gestion et l’entretien du zoo en plus d’une centaine pour le parc botanique.

Le Parc National du Mali fait partie d’un large programme de régénération urbaine mise en œuvre par le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC) sur plusieurs sites historiques et culturels du pays notamment, Bamako, Mopti, Tombouctou et Djenné.

Pour tout complément d’information, merci de contacter :

Réseau Aga Khan de développement (Mali)
Immeuble Niangado, sis quartier du fleuve ; B.P.E 2998, Bamako-Mali
Tél: +223.20.22.08.63/20.22.06.95 ; Fax: +223.20.22.34.66 ; E-mail: info.mali@akdn.org

NOTES

Le Trust Aga Khan pour la culture, l'agence culturelle du Réseau Aga Khan de développement, entreprend une vaste gamme d'activités visant à la préservation et la promotion du patrimoine matériel et spirituel des sociétés musulmanes. Ses programmes comprennent le Programme en faveur des villes historiques, qui travaille à la revitalisation des villes historiques dans le monde musulman, à la fois culturel et socio-économique. Au cours de la dernière décennie, il a été engagé dans la réhabilitation des quartiers historiques au Caire, à Kaboul, Herat, Alep, Delhi, Zanzibar, Mostar, dans le nord du Pakistan, Tombouctou, Djenné et Mopti. Le Trust Aga Khan pour la culture soutient également le Programme Aga Khan d'architecture islamique à l'Université de Harvard et à l’Institut de Technologie du Massachusetts (MIT) ainsi que www.Archnet.org, une ressource en ligne majeure sur l'architecture islamique. Ses activités englobent la préservation et la promotion de la musique traditionnelle, à travers L’Initiative Aga Khan pour la musique, et la création de musées et d'expositions consacrées à l'art islamique.

Les agences du Réseau Aga Khan de développement sont des organisations de développement privées, internationales et non-confessionnelles. Elles ont pour mission d’améliorer le bien-être et les perspectives d’avenir des populations dans les pays en développement, notamment en Asie et en Afrique. Bien que chaque agence poursuive son mandat, tous travaillent ensemble dans le cadre global du réseau et leurs différentes activités interagissent et se renforcent l'une l'autre. Le réseau travaille dans 30 pays à travers le monde et emploie environ 80.000 personnes. Le budget annuel du Réseau Aga Khan de développement pour les activités à but non lucratif est d'environ 600 millions de dollars. Les sociétés du Fonds Aga Khan pour le développement économique (AKFED) génèrent des revenus d'environ US $ 2,3 milliards par an. Tous les excédents d’AKFED sont réinvestis dans d'autres activités de développement.