Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • En partenariat avec le Ministère de l'information et de la culture, le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC) a entrepris plus de 120 projets de restauration et de conservation à Kaboul, Hérat et Balk.
    AKTC
Le gouvernement afghan et le Trust Aga Khan pour la culture collaborent afin de réhabiliter le patrimoine historique de Kaboul

Bruxelles, Belgique, le 5 octobre 2016 – Un protocole d'entente pour la conservation et la réhabilitation de zones historiques clés de Kaboul a été signé aujourd'hui en marge de la Conférence de Bruxelles sur l'Afghanistan.

L'accord signé entre le gouvernement afghan, représenté par le Ministère du développement urbain, et le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC), une agence du Réseau Aga Khan de développement (AKDN), comprend un partenariat pluriannuel pour les initiatives d'urbanisme et la mise en œuvre de plusieurs projets qui permettront de protéger et de mettre en valeur les biens patrimoniaux de la capitale. Cette coopération public/privé a pour but de développer davantage les aspects des principes de gestion du patrimoine figurant dans le Programme national prioritaire urbain (UNPP) du gouvernement afghan.

Dans le cadre de l'accord, l'AKTC fournira également une assistance technique pour les initiatives d'urbanisation et de conservation actuellement mises en œuvre par le gouvernement de l'Afghanistan dans l'ancien Palais royal et dans le quartier de Darulaman.

aktc_mou_signing_051016c.jpg


Luis Monreal, directeur général du Trust Aga Khan pour la culture (AKTC), avec Son Excellence Sadat Mansoor Naderi, le Ministre afghan pour le développement urbain et l'habitat après la signature de l'accord.

Avec 15 ans d'action directe dans la préservation de plus de 120 monuments dans plusieurs régions du pays, les programmes de l'AKTC ont soutenu les communautés vivant et travaillant autour de sites historiques grâce à de nouvelles opportunités économiques et sociales en investissant dans la conservation et en mettant en place des initiatives de formation et de renforcement des capacités.

 

 

Pour tout complément d'information, veuillez contacter :

Sam Pickens
Réseau Aga Khan de développement
Adresse : 1-3 Avenue de la Paix, 1202 Genève, Suisse
Téléphone : +41 22 909 72 00 
Fax : +41 22 909 72 91
Courriel : info@akdn.org 
Site internet : www.akdn.org

NOTES

Le Trust Aga Khan pour la culture en Afghanistan

aktc-afghanistan-baghebabur1123_r.jpg


Bagh-e Babur, Kaboul, Afghanistan.

En partenariat avec le Ministère de l'information et de la culture, le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC) a entrepris plus de 90 projets de restauration, de conservation et de régénération urbaine à Kaboul, Hérat, Balkh et dans la province du Badakhchan afghan, et a notamment effectué des travaux sur des monuments importants du patrimoine historique. À Kaboul, l'AKTC a réhabilité Bagh-e Babur (un jardin de l'époque moghole), le mausolée de Timour Shah et a restauré des quartiers de la vieille ville qui avaient été endommagés par la guerre. À Hérat, l'AKTC a contribué à la préservation de sections subsistantes de la vieille ville, dont faisaient partie la Citadelle Ikhtyaruddin et un important complexe de sanctuaire timouride. À Balkh, la restauration de la mosquée Noh Gombad datant du 9e siècle, la plus vieille mosquée connue d'Afghanistan, est toujours en cours. 

Le Réseau Aga Khan de développement en Afghanistan

Le Réseau Aga Khan de développement (AKDN) a commencé à œuvrer en Afghanistan en 1996 avec une initiative de distribution d'aide alimentaire pendant la guerre civile qui ravageait le pays. Depuis 2002, l'AKDN et ses partenaires ont dépensé plus d'un milliard de dollars afin de contribuer au développement du pays. L'approche intégrée du Réseau combine des apports économiques, sociaux et culturels. Ses projets économiques s'étendent à plus de 240 villes et villages à travers les 34 provinces du pays. Son travail humanitaire et de développement social se concentre sur 61 districts dans sept provinces, atteignant plus de trois millions de personnes. Ses programmes culturels, mis en œuvre à Kaboul, Hérat, Balkh et dans le Badakhchan, ont permis de restaurer plus de 120 édifices historiques.