Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • La Première Fondation de Microfinance, Égypte (FMF-E) propose un panel varié de produits financiers pour soutenir les activités économiques génératrices de revenus et le développement des micros, petites et moyennes entreprises.
    AKDN / Jean-Luc Ray
  • Au Caire, en Égypte, Mostafa Marawan Mohamed fabrique et peint à la main des boîtes en coquillage, qu’il vend ensuite dans des boutiques et des souks au Caire et dans ses environs. En l’espace de 16 mois, il a remboursé deux prêts commerciaux contractés auprès de la FMF-E (d’une valeur de 2 000 livres égyptiennes ou 370 dollars chacun), ce qui a contribué à accroître sa productivité et son revenu net de plus de 65 %.
    AKDN / Jean-Luc Ray
  • Sawsan Gaddo, du village de Kôm Ombo près d’Assouan est une cliente en microfinance qui a obtenu son premier prêt de 15 000 livres égyptiennes pour agrandir son entreprise.
    AKDN / Gary Otte
Microfinance
La Première Fondation de Microfinance, Égypte (FMF-E) a pour but de favoriser l'autonomisation économique et l'inclusion financière au Caire et en Haute-Égypte en proposant un panel varié de produits et de services financiers et non financiers afin de soutenir les activités économiques génératrices de revenus et le développement des micros, petites et moyennes entreprises (PME).

La FMF-E a été créée en 2005 par l'Agence Aga Khan pour la microfinance (AKAM). Depuis ses débuts dans le district historique de Darb Al-Ahmar au Caire, la FMF-E a désormais étendu ses services aux populations rurales de la Haute-Égypte.

La Fondation est engagée dans la réduction de la pauvreté en soutenant les individus à devenir autonomes et en améliorant leur qualité de vie.

Elle exploite actuellement neuf agences et deux points de vente dans les gouvernorats du Caire, d'Assouan et de Qena. La majorité de ses clients, dont une grande partie sont des femmes, habite dans les zones rurales et gagne moins d'un dollar par jour. Tandis que son portefeuille de prêts se compose principalement de prêts commerciaux, la FMF-E, en Haute-Égypte, met l'accent sur des prêts pour le bétail et pour la pêche, qui représentent près de 50 % de son portefeuille total.

En plus d'offrir ses services aux micro entrepreneurs, la FMF-E a, au cours des dernières années, commencé à travailler au financement des PME pour offrir ses services à ce « chaînon manquant » en matière de fonds de roulement et de financement d'actifs. Le portefeuille de PME de la FMF-E a connu une croissance constante et représente aujourd'hui environ 15 % de l'encours de son portefeuille.

En vertu des nouvelles lois concernant la microfinance, la FMF-E envisage de se transformer en une société de microcrédit à but lucratif. Dans le cadre de sa nouvelle stratégie, la Fondation envisage également de tirer parti de la technologie et de divers canaux numériques pour accroître sa portée tout en offrant des prêts plus avantageux, et à des coûts moindres, dans l'ensemble de son réseau.