Culture

Egalement disponible en:

Vous êtes ici

Vous êtes ici

Notre implication

Culture

Dans de nombreuses régions du monde, la culture est encore considérée comme un luxe et non comme une ressource. Étant donné que d'autres besoins sont considérés comme prioritaires, une grande partie du patrimoine culturel mondial, dont une importante part se trouve dans le monde musulman, est en danger. Il est donc essentiel de savoir comment la culture, intégrée à des instruments de développement plus traditionnels, peut être mise à profit pour améliorer les conditions de vie dans des contextes urbains défavorisés voire isolés. Comment la culture peut-elle permettre de créer de l'emploi, d'augmenter les revenus, d'influer sur le bien-être, d'améliorer la santé et les espaces urbains, de renforcer le respect pour la diversité voire de rétablir la fierté et l'espoir?

Depuis plus de 30 ans, le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC) prouve que la culture peut améliorer la qualité de vie, dans son sens le plus large, même dans les endroits les plus démunis et les plus reculés du globe. A Bamako, au Caire, à Delhi et à Kaboul, le Réseau a mené des projets de réhabilitation urbaine, notamment en restaurant des monuments, en réhabilitant des parcs ou en créant de nouveaux espaces verts. Ces havres tant attendus représentent un regain d'espoir pour les populations urbaines qui s'étaient résignées au déclin de leurs villes.

Les programmes du Trust contribuent à améliorer la qualité de vie par la préservation et la mise en valeur des richesses culturelles, la dynamisation des traditions, la création de programmes éducatifs tournés vers le dialogue et l’identification de modèles de réussite architecturaux ayant un impact positif sur la vie, le travail et l’interaction des populations.

Lire la suite

Parcs et jardins

Treize villes sur les 20 qui se développent le plus rapidement au monde se situent dans des pays en voie de développement où l’AKDN est présent. Parmi ces villes, dix se trouvent en Afrique. Dans la plupart, les espaces verts ont été mis à mal par l'expansion, l'exode rural et le manque d'aménagement. Petit à petit, les forêts et les prairies ont été envahies, aussi bien de façon légale qu'illégale, et les espaces verts se sont amoindris. Dépassées par les exigences financières, les municipalités ont négligé le problème des espaces verts, partant du principe qu'ils sont peu productifs et par conséquent sans grande importance, ou pire, qu'ils représentent un poids financier.

Le Trust Aga Khan pour la culture s’efforce de prouver qu'au contraire, les espaces verts peuvent être un facteur de changement économique, social et culturel. Les parcs réhabilités et créés par l'AKTC au Caire, à Bamako, à Kaboul et à Delhi sont devenus très populaires parmi les populations locales et les visiteurs, et génèrent des bénéfices.

Vingt ans après sa création et avec 10 projets de parcs et jardins à son actif, l'AKTC a prouvé qu'en plus de contribuer à la qualité de vie dans les villes, des parcs correctement conçus et gérés peuvent être autosuffisants. Dans certaines régions, le Trust a même réussi à montrer que lorsque les conditions sont réunies, les espaces verts peuvent être des moteurs économiques qui favorisent directement ou indirectement le développement social et culturel, l'emploi local et l'activité entrepreneuriale.

Musées

Les musées ne sont plus de simples temples de la culture, ce sont aujourd'hui des institutions éducatives essentielles qui peuvent profondément influencer le débat public. Les musées témoignent de l’existence d'autres cultures et d'autres croyances, au-delà des écrits ou de la parole. Ils sont la preuve d'autres réalités, histoires et influences qui incitent au dialogue et encouragent la tolérance et l'entente mutuelle. Ils sont synonymes de diversité, de pluralisme, d'échange des idées et d'enrichissement intellectuel.

Inauguré en 2014, le Musée Aga Khan de Toronto souhaite montrer et faire reconnaître l'importance de la culture musulmane dans l'héritage mondial. Il expose plus d'un millier d'objets anciens et d’œuvres d'art qui couvrent plus de mille ans d'histoire. Il est conçu et programmé pour donner un aperçu de la richesse artistique des civilisations musulmanes, de la péninsule ibérique jusqu'à la Chine.

En réponse à la hausse exceptionnelle de visiteurs de la tombe de Humayun à Delhi, le Trust Aga Khan pour la culture construit un musée ultramoderne à l'entrée du mausolée. Le musée a pour but d’expliquer l'architecture moghole et ses traditions artisanales de construction, ainsi que les traditions culturelles pluralistes de l'ère de Nizamuddin, qui ont défini la culture hindoustanie durant au moins cinq siècles.

 

 

 

 

>