Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • "Nous nous apprêtons à lancer trois nouveaux programmes de master en sciences infirmières, en maïeutique et en gestion et innovation dans les médias ici à Nairobi. Nous construisons également un Centre de recherche sur le cancer qui s’efforcera de trouver des traitements adaptés aux populations d’Afrique de l’Est et lancerons bientôt la construction d’un hôpital pédiatrique de pointe à Nairobi. Juste de l’autre côté de la rue, nous avons initié la construction des tours jumelles de notre Centre académique, qui offrira des espaces d’apprentissage et de recherche ultramodernes à nos étudiants et enseignants."
    AKU
16e cérémonie de remise des diplômes de l’Université Aga Khan au Kenya

Dr Rashid Aman, secrétaire administratif en chef au Ministère de la santé et invité d’honneur de cette cérémonie,
Monsieur Yusuf Keshavjee et Professeur Antonio Rendas, membres du conseil d’administration de l’Université Aga Khan,
Chers membres du gouvernement,
Chers membres du corps diplomatique,
Chers responsables, enseignants et personnels de l’Université,
Chers parents, anciens élèves, partenaires et sympathisants,
Chers invités,
Et par-dessus tout, chers futurs diplômés,

Hamjambo et Karibuni (Bonjour et bienvenue). Bienvenue à tous à cette 16e cérémonie de remise des diplômes de l’Université Aga Khan (AKU) au Kenya.

Je vous remercie de vous être joints à nous à l’occasion de l’événement le plus heureux et le plus important de l’année pour notre institution. La remise des diplômes est l’aboutissement de tous nos efforts. Aujourd’hui, nous célébrons la réussite de nos futurs diplômés et nous réjouissons déjà de l’impact qu’ils auront sur les vies de leurs concitoyens kenyans.

Avant toute chose, j’aimerais prendre quelques instants pour rendre hommage à Son Excellence le Président Daniel arap Moi. Hier, nous avons vu la façon dont le peuple a commémoré le travail et l’héritage du Président ayant officié le plus longtemps au Kenya. Au nom de l’Université Aga Khan, je présente toutes mes condoléances à la famille de Mzee Moi et au peuple kenyan qui l’ont accompagné vers sa dernière demeure. Mesdames et Messieurs, je vous invite à observer un moment de silence.

Merci.

Chers étudiants de la promotion de 2019, votre parcours est remarquable.

Vous avez rencontré d’innombrables défis et les avez tous surmontés ; vous avez appliqué de nouvelles méthodes pédagogiques en classe, avez prodigué des soins primaires à diverses communautés et avez apporté vos premières contributions au savoir de l’humanité.

Vous avez tissé des liens avec vos camarades, vos collègues et vos professeurs, originaires du Kenya et d’ailleurs, et avez compris à quel point les stéréotypes peuvent fausser l’idée que nous nous faisons de nos semblables et de leur complexité infinie.

Vous avez découvert combien il nous reste à apprendre et combien d’importantes questions restent sans réponse, si tant est qu’elles soient posées.
Au cours de vos études à l’AKU, nous avons exigé que vous répondiez aux normes les plus élevées. C’était difficile, n’est-ce pas ? Mais vous avez somme toute réussi.

Vous avez mérité vos diplômes. Vous avez réussi grâce à votre passion pour l’apprentissage, à votre envie de développer vos compétences et à votre désir de contribuer à résoudre les problèmes auxquels font face vos communautés et votre pays.

Nous sommes fiers de vous. Et vos familles et vous-mêmes pouvez être fiers de ce que vous avez accompli. Vous avez désormais les connaissances et les compétences pour améliorer la vie des autres.
Mesdames et Messieurs, je vous invite à féliciter avec moi la promotion de 2019.

Nous nous devons de remercier de nombreuses personnes sans qui nous ne serions pas ici aujourd’hui, et notamment à notre secrétaire administratif, M. Lou Ariano. Après avoir passé 11 ans à élever toujours plus la pertinence et le décorum des cérémonies de remise des diplômes de notre institution, Lou prend part à sa dernière cérémonie en Afrique de l’Est. Merci, Lou, pour tout ce que vous avez fait pour l’AKU.

Nous nous devons également de saluer nos anciens élèves, dont les réussites font briller le nom de l’Université Aga Khan à travers le Kenya, l’Afrique de l’Est et le monde entier.

Et, bien sûr, nous nous devons de saluer la générosité de nos donateurs. Chaque année, des milliers d’amis, d’anciens élèves et d’enseignants et membres du personnel à la retraite et en activité font des dons à l’AKU. Leur générosité nous permet entre autres d’offrir des équipements ultramodernes et des bourses à nos étudiants, mais aussi de mener des recherches novatrices, même en cette période économique difficile.

Nous nous devons également de remercier nos nombreux partenaires institutionnels, dont la Fondation Johnson & Johnson, Affaires mondiales Canada, l’Agence Française de Développement (AFD), le Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) et la banque KfW, la Fondation Bill & Melinda Gates, la Fondation Conrad N. Hilton, ELMA Philanthropies et les nombreuses autres organisations qui soutiennent notre travail.

Toutefois, la personne envers qui nous sommes le plus redevables reste notre fondateur et chancelier, Son Altesse l'Aga Khan, dont le soutien financier, l’esprit visionnaire et l’enthousiasme continuent de mener cette université vers les plus hauts sommets.

Par exemple, l’année dernière, l’AKU s’est hissée parmi les 100 premières universités du monde en médecine clinique dans le Classement des universités de Shanghai.

Cet honneur est d’autant plus important pour nous qu’aucune autre université est-africaine ou asiatique ne figure parmi ces 100 meilleures institutions.
Ce classement témoigne des incroyables recherches que mènent nos enseignants. Mais c’est notre chancelier qui a posé les bases de tout ce travail en engageant l’AKU sur la voie de l’excellence internationale.
Mesdames et Messieurs, nous vivons actuellement dans une période extraordinaire de notre histoire qui se veut à la fois exaltante, déroutante et parfois même dérangeante.

Et lorsque la complexité des événements engendre peur et incompréhension, lorsque la rapidité du changement sème la confusion et lorsque les partisans d’une mauvaise cause propagent de fausses informations, les universités prouvent à quel point elles sont indispensables. La clairvoyance et l’innovation audacieuse dont font preuve les meilleures universités n’ont jamais été aussi précieuses.

Aujourd’hui, c’est au tour de l’AKU de briller. Et nous sommes prêts à relever les défis et à tirer parti des perspectives qui nous feront face.

L’émergence de nouveaux domaines tels que l’intelligence artificielle, la génomique, la science des cellules souches et la médecine régénérative constitue l’une des plus importantes avancées de notre époque. Ces nouvelles spécialités ont l’immense potentiel de pouvoir rallonger et améliorer nos vies, mais aussi de pouvoir renforcer notre compréhension de notre monde. Je suis fier de dire que l’AKU travaille afin d’exploiter ce potentiel.

Avec le soutien de l’Université de Californie à San Francisco, notre Centre de médecine régénérative et de recherche sur les cellules souches a commencé à prendre part aux recherches internationales sur de nouveaux traitements pour les maladies chroniques telles que les maladies cardiaques et neurologiques, le cancer et le diabète. Nos chercheurs s’appuient également sur la science des données et sur l’intelligence artificielle pour créer de nouvelles connaissances sur la malnutrition, sur les conséquences de la chirurgie cardiaque chez les enfants et sur l’incidence des maladies cardiaques chez les femmes, mais également afin de rassembler et d’analyser des versions originales de textes arabes historiques.

Il va sans dire que de tels progrès sont également vecteurs d’incroyables défis. Je pense notamment à la difficulté de faire en sorte que ces avancées profitent au monde entier, et pas seulement à quelques privilégiés.

Comme l’a dit notre chancelier : « les populations d’Asie et d’Afrique ne méritent pas d’être isolées de ce que nous pouvons offrir de meilleur pour la simple raison qu’elles sont nées en dehors du monde occidental. »

C’est la raison pour laquelle l’AKU contribue à renforcer les capacités de l’Asie et de l’Afrique à offrir des soins de santé et une éducation de qualité à leurs populations.

Nous nous apprêtons à lancer trois nouveaux programmes de master en sciences infirmières, en maïeutique et en gestion et innovation dans les médias ici à Nairobi. Nous construisons également un Centre de recherche sur le cancer qui s’efforcera de trouver des traitements adaptés aux populations d’Afrique de l’Est et lancerons bientôt la construction d’un hôpital pédiatrique de pointe à Nairobi. Juste de l’autre côté de la rue, nous avons initié la construction des tours jumelles de notre Centre académique, qui offrira des espaces d’apprentissage et de recherche ultramodernes à nos étudiants et enseignants.

Dans les comtés de Kilifi et de Kisii, l’Université Aga Khan soutient plusieurs initiatives visant à améliorer l’état de santé de 135 000 femmes et enfants en partenariat avec le gouvernement et d’autres agences du Réseau Aga Khan de développement (AKDN).

En parallèle, à travers tout le pays, 900 éducateurs et près de 70 000 étudiants ont bénéficié des programmes de perfectionnement professionnel de l’Institut pour le développement de l’éducation (IED) de l’Université.

À l’heure de la mondialisation, les institutions doivent impérativement collaborer et outrepasser les frontières en tout genre afin de partager et d’alimenter leurs connaissances, mais aussi de renforcer la compréhension interculturelle.

C’est précisément ce à quoi s’emploie l’AKU. Le nombre, l’étendue et la diversité de nos partenariats sont aujourd’hui plus importants que jamais.

Rien que l’année dernière, nous avons signé ou renouvelé des accords de partenariat avec l’Université de Washington et le Centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson aux États-Unis, avec l’Université de l’Alberta et l’Université de Calgary au Canada et avec l’Université NOVA de Lisbonne au Portugal.

Notre École supérieure des médias et de la communication et la Kennedy School of Government de l’Université Harvard offrent une formation commune en leadership adaptatif, tandis que notre Institut pour l’étude des civilisations musulmanes, à Londres, propose désormais un double cursus en collaboration avec l’Université Columbia de New York.

Je viens de vous énumérer quelques-unes des nombreuses façons dont l’AKU s’adapte afin de répondre aux demandes de notre monde en pleine évolution et de concrétiser sa mission d’améliorer la qualité de vie en Afrique et en Asie.

Toutefois, à terme, ce sont bien nos diplômés qui constituent notre plus grande contribution en faveur des sociétés pour lesquelles nous travaillons.

À ce jour, plus de 1 500 Kenyans ont obtenu un diplôme à l’Université Aga Khan. De Mombasa à Nairobi, en passant par Turkana, ces enseignants, médecins, entrepreneurs, avocats, fonctionnaires et décideurs politiques initient des changements dans la société. Et désormais, dans la continuité de notre première cérémonie de remise des diplômes du master en journalisme numérique, ils marqueront le secteur des médias de leur empreinte.

Ces femmes et ces hommes sont remarquables, à tel point que nous avons estimé qu’ils méritaient une mascotte. Chers futurs diplômés, je pense que vous le savez tous, vous en avez désormais une : le léopard de l’AKU.

Nous avons choisi le léopard car il symbolise selon nous trois qualités communes à nos étudiants et anciens élèves, et même à la communauté entière de l’AKU. Ces qualités vous serviront toute votre vie.

La première est le courage. Vous devrez faire preuve de courage pour vous adapter aux nouveautés et tenter d’accomplir ce que vous n’avez jamais fait auparavant. Vous devrez faire preuve de courage pour vous opposer aux pratiques contraires à l’éthique malgré les pressions que vous subirez.

La deuxième est la persévérance. Dans votre vie, vous connaîtrez inévitablement des moments où, malgré tous vos efforts, vous échouerez. Sachez qu’il n’y a aucune honte à cela, bien au contraire, car ceux qui ne risquent jamais de subir un échec manquent de courage.

Ce qui compte le plus est ce que vous ferez pour vous relever. Gardez à l’esprit que ceux qui subissent un échec, mais gardent leur détermination intacte et ressortent plus forts grâce aux leçons qu’ils en ont tirées, représentent l’avenir de la société.

La troisième est l’agilité. Aujourd’hui, les changements surviennent en une fraction de seconde. Les technologies refaçonnent notre vie, des relations professionnelles à notre niveau d’attention. Le centre de gravité de notre monde passe de l’Ouest à l’Est et du Nord au Sud. En Tanzanie, comme dans de nombreux autres pays, les jeunes constituent la majorité de la population, et je pense qu’il est inutile de vous rappeler qu’ils sont généralement impatients.

Pour garder l’équilibre dans un tel monde, vous aurez besoin d’être aussi agiles qu’un léopard.

Alors, soyez agiles, restez courageux et n’arrêtez jamais de persévérer, et vous réaliserez sans aucun doute tout ce dont vous êtes capables.

Dans quelques instants, vous deviendrez officiellement membres de la communauté des anciens élèves de l’AKU, un réseau de milliers de leaders répartis dans le monde entier. Vous et vos camarades diplômés partagez une expérience formatrice et des valeurs fondamentales. Je vous invite vivement à rester en contact et collaborer.

Ensemble, vous représentez une puissante force capable d’accomplir de grandes choses. Rappelez-vous : vous êtes des léopards.

Chers futurs diplômés, le monde a besoin de vous. Il a besoin des connaissances que vous avez acquises, de la confiance que vous avez développée et des découvertes que vous avez faites à propos de vous-mêmes, des autres et du monde.

C’est à vous de briller. Je sais que vous ne nous décevrez pas. Merci et Asanteni sana.