Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Le Dr Masawa Klint, diplômé du master en médecine, prononce un discours à Dar es Salaam, en Tanzanie, le 5 février 2020.
    AKU
15e cérémonie de remise des diplômes de l’Université en Tanzanie

Monsieur l’ancien Président de la République unie de Tanzanie, et invité d’honneur de cette cérémonie, Son Excellence William Mkapa,
Monsieur Othman, membre du conseil d’administration de l’Université Aga Khan,
Monsieur Firoz Rasul, président de l’Université Aga Khan,
Messieurs le recteur et le vice-recteur, Chers doyens et vices-doyens,
Chers professeurs et anciens élèves de l’Université Aga Khan,
Chers invités,
Et par-dessus tout, chers camarades et futurs diplômés de l’AKU,

Bonjour !

Je voudrais commencer par exprimer mon immense reconnaissance envers notre Dieu tout-puissant, qui nous a guidés et menés jusqu’ici, envers nos professeurs et toutes les personnes qui nous ont encadrés et qui ont contribué à notre développement, et envers notre chancelier, Son Altesse l’Aga Khan, dont le travail, les efforts et l’engagement en faveur de la réduction de la pauvreté au travers du Réseau Aga Khan de développement (AKDN) et de ses agences sont essentiels pour les pays à faible et moyen revenus.

Si nous sommes ici aujourd’hui, c’est également grâce au soutien indéfectible de nos familles, de nos frères, de nos sœurs, de nos épouses et époux et de nos enfants. Merci à tous.

Notre parcours n’a pas été simple. À certains moments, vous et moi voulions abandonner et pensions qu’il était impossible d’obtenir notre diplôme et que les exigences que l’on nous imposait dépassaient nos capacités. Nous avons parfois douté de nous-mêmes et envisagé de tout arrêter, mais nous ne l’avons pas fait. Nous avons relevé ce défi, nous nous sommes dépassés, nous sommes devenus plus créatifs, plus réfléchis et plus mûrs dans nos façons de faire, nous avons grandi et, aujourd’hui, nous voici réunis à l’occasion de cette cérémonie. Pour nous-mêmes et pour tous nos proches, cette journée est un témoignage du chemin que nous avons parcouru et de la direction que nous prenons, et pour cela, mes chers camarades, je nous félicite.

L’Université Aga Khan (AKU) nous a transmis des compétences d’apprentissage qui nous serviront toute notre vie, nous a appris à penser de manière critique et à analyser les situations qui nous font face, nous a poussés à l’introspection et nous a encouragés à devenir des esprits indépendants capables d’évaluer un défi et d’y trouver des solutions, des qualités que l’on retrouve chez tous les étudiants et professeurs. Nous avons également renforcé certaines compétences essentielles pour nos relations interpersonnelles, un facteur important dans notre épanouissement professionnel et personnel. Enfin, l’Université nous a appris à communiquer, à diriger et à faire preuve d’éthique et de moralité, afin que nous assumions nos responsabilités dans le respect de ces valeurs.

Nos savoir-faire et nos compétences uniques vont désormais nous permettre de venir en aide à notre société, qui a toujours connu la pauvreté et subi les limites que celle-ci entraîne sur sa capacité à progresser et avancer. Récemment, dans notre région, le taux de croissance de certains indicateurs, comme le PIB, s’est montré prometteur. Malgré cette hausse, nous sommes toujours confrontés à d’immenses défis, notamment dans les secteurs de la santé et de l’éducation. Toutefois, il devient de plus en plus évident que s’ils sont abordés de manière compétente et appropriée, ces défis constituent un terrain fertile et riche en perspectives pour faire progresser le développement de notre société.

Faisant partie de cette société, nous connaissons bien les possibilités qu’elle est en mesure de nous offrir, car nous sommes en parallèle témoins des limites au progrès qu’impose la pauvreté sur notre peuple. Avant tout, nous devons garder à l’esprit que les défis auxquels fait face notre peuple sont également les nôtres. Le reconnaître ne nous rendra pas plus naïfs, mais fera de nous des personnes profondément compatissantes. La compassion est une qualité authentique qui doit être préservée et cultivée, car personne ne devrait rester indifférent face à la souffrance des autres. Et cette affirmation doit être poussée encore plus loin : ce n’est qu’au travers de cette résistance à l’indifférence et d’une réelle compassion que nous pourrons véritablement discerner les défis et les perspectives qui leur sont associées et commencer à élaborer des solutions plausibles et réalisables.

« Certaines générations sont appelées à être grandes. C’est peut-être le cas de la vôtre. Laissez donc s’épanouir votre grandeur », Nelson Mandela.

L’incidence de notre réussite intellectuelle doit s’étendre au-delà de notre propre personne, au-delà de cet étudiant que nous encadrons, au-delà de ce patient que nous soignons, au-delà des enseignants et éducateurs que nous formons. Nous devons prendre conscience que nous avons le potentiel d’élaborer des solutions pour nos sociétés uniques.

Endosser une telle responsabilité nécessite que nous fassions preuve d’éthique et de morale et que nous gardions à l’esprit que nos professeurs ont travaillé d’arrache-pied pour nous transmettre les valeurs de compassion et de ténacité et toutes ces compétences dont les diplômés qui nous ont précédés ont fait preuve pour en arriver là. Il est important que nous comprenions tous qu’à la sortie de cette université, nous serons porteurs de nouvelles perspectives, de nouvelles idées et de solutions novatrices. Nous avons donc le devoir de prendre des responsabilités, de faire preuve d’éthique et de morale, de rester compatissants et de devenir les acteurs d’un changement positif. Je crois que le fait de saisir ces occasions et de relever ces défis entraînera chez nous non seulement une grande satisfaction et un épanouissement professionnel et personnel, mais nous permettra également d’influencer de manière positive nos nations, nos régions et le monde entier.

Ainsi, je vous souhaite de devenir des leaders éthiques et compatissants, quelles que soient vos entreprises futures. Mes chers amis, collègues, frères et sœurs, ce fut un privilège de grandir à vos côtés.

Je vous félicite tous.

Merci.