Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • La Dre Köchümkulova inspire les étudiants avec son komuz et interprète des chansons traditionnelles kirghizes ainsi que ses propres compositions.
    UCA
Traditions musicales d’Asie centrale
Un cours sur les traditions musicales d’Asie centrale éclaire et inspire les étudiants

« Lorsqu’elle s’est mise à chanter, un sentiment de paix a envahi la salle de classe. Il y avait comme une lumière, une aura bienveillante. Sa voix était forte, brillante, légère et libre. Cela m’a fait oublier mes problèmes », a déclaré l’étudiante Gulzira Kamytzhanova après avoir assisté à une prestation de la Dre Elmira Köchümkulova au komuz kirghize dans le cadre d’un nouveau cours sur la musique d’Asie centrale proposé par l’Université d’Asie centrale (UCA).

Ce cours de 15 semaines sanctionné par un certificat s’appuyait sur l’édition pilote du manuel Music of Central Asia: An Introduction (Introduction à la musique d’Asie centrale), publié dans le cadre de la série de livres sur le patrimoine culturel de l’UCA par deux chercheurs, la Dre Köchümkulova et le DTheodore Levin. Le DTheodore Levin est consultant de projets senior pour l’Initiative Aga Khan pour la musique (AKMI). Le manuel fait l’objet d’une initiative conjointe entre l’UCA et l’AKMI.

Il contient une présentation de la région et une étude ethnographique des répertoires, des genres et des instruments musicaux ainsi que des musiciens des communautés nomades et sédentaires, et examine les effets de la mondialisation sur la musique d’Asie centrale.

Le cours a été dispensé en 2012 et 2013 dans le cadre du Programme Aga Khan de sciences humaines de l’UCA à Douchanbé, à l’Université américaine d’Asie centrale à Bichkek et au Conservatoire national kazakh Kurmanghazy à Almaty, respectivement par les chercheurs le Dr Will Sumits, la Dre Köchümkulova et la Dre Saida Daukeyeva. Le manuel a également été utilisé par le DTheodore Levin au Dartmouth College, aux États-Unis.

« Les musiciens invités ont donné aux étudiants l’occasion d’écouter de la musique dans un contexte plus personnel et intimiste. Cela a eu un impact considérable sur eux et sur leurs perceptions de la musique et des musiciens traditionnels », a déclaré le DSumits.

Avec des articles commandés par 21 chercheurs d’Asie centrale, d’Europe et du continent américain, « notre objectif était de présenter de multiples points de vue et styles d’études musicales et de montrer leur valeur », a déclaré le Dr Levin.

Le Dr Sumits a quant à lui ajouté que « développer une appréciation de la musique traditionnelle de tous les pays en tant que forme d’art vivante a contribué à faire tomber les barrières et a encouragé les étudiants à estimer des traditions régionales différentes de la leur ».

Le manuel et le cours ont été révisés et proposés pour une mise en œuvre plus large.

Lien vers l'histoire complète : https://www.ucentralasia.org/Resources/Item/531/EN