Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Yasmin Parpio, professeure à l’Université Aga Khan, debout sur cette photographie prise avant la pandémie, a été distinguée dans la catégorie « Héroïnes de la communauté » par l’organisation Women in Global Health pour son travail dans le domaine de la santé communautaire. Elle fait partie des 100 infirmières et sages-femmes issues de 43 pays reconnues pour leur contribution en faveur de l’amélioration des normes sanitaires à travers le monde.
    AKU / Umaima Mughal
Université Aga Khan
Onze employées et anciennes élèves de l’AKDN dans le classement des 100 infirmières et sages-femmes exceptionnelles de Women in Global Health

Lorsque Son Altesse l’Aga Khan a reçu le Prix Archon de la société internationale des soins infirmiers Sigma Theta Tau International en juin 2001, il a évoqué le rôle essentiel que jouent le personnel infirmier et les sages-femmes dans le secteur de la santé. « Je considère depuis longtemps que l’amélioration de la profession infirmière est essentielle à l’amélioration des soins de santé dans le monde en développement et dans le monde islamique », a-t-il déclaré. « C’est pourquoi nous avions pour objectif de professionnaliser, institutionnaliser et dignifier cette grande profession. » 

Plusieurs décennies plus tard, des infirmières et sages-femmes de l’École d’infirmières et de sages-femmes de l’Université Aga Khan (AKU-SONAM), institution basée au Pakistan, sont reconnues à l’échelle internationale. Cinq professeures et trois anciennes élèves de l’AKU-SONAM ont été honorées à l’occasion du classement 2020 des 100 infirmières et sages-femmes exceptionnelles de l’organisation Women in Global Health (WGH), qui a distingué les professionnelles issues de 43 pays pour leur contribution en faveur de l’amélioration des normes sanitaires à travers le monde. En parallèle, trois autres infirmières et sages-femmes de l’Institut médical français pour la Femme et l’Enfant (IMFE), institution basée en Afghanistan et gérée par l’AKU, figurent également dans le classement, ce qui porte à 11 le total d’employées et anciennes élèves du Réseau Aga Khan de développement (AKDN) reconnues par WGH.

Pour déterminer ce classement, WGH a collaboré avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), Nursing Now, le Conseil international des infirmières et la Confédération internationale des sages-femmes. Le classement a été dévoilé à l’occasion de la fin de l’Année internationale des sages-femmes et du personnel infirmier, une campagne de l’OMS dont l’objectif était de mettre en lumière le rôle essentiel que jouent le personnel infirmier et les sages-femmes dans la prestation de services de santé et dans l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD).

La Dre Rozina Karmaliani, doyenne de l’AKU-SONAM, a été distinguée dans la catégorie « Conseil d’administration et direction » en reconnaissance de ses efforts visant à améliorer la santé des adolescents, renforcer les capacités de recherche et intégrer la recherche dans les programmes de formation et les pratiques du domaine.

« C’est un honneur d’être reconnue par la communauté internationale de la santé publique et des soins infirmiers », a déclaré Mme Karmaliani. « Cette année a été particulièrement difficile pour les prestataires de soins de santé, qui ont tous fait preuve d’un engagement incroyable dans leurs rôles respectifs afin de faire face à la pandémie de COVID-19. »

Les professeures Yasmin Parpio et Samina Vertejee ont quant à elles été distinguées dans la catégorie « Héroïnes de la communauté » pour leur travail dans le domaine des soins infirmiers communautaires, tandis que Saima Sachwani a été distinguée dans la catégorie « Développement du capital humain » pour sa contribution à l’élaboration d’un programme de soins infirmiers efficace. Marina Baig, infirmière et sage-femme, a été distinguée dans la catégorie « Innovation, science et santé » pour avoir su tirer parti des technologies mobiles afin d’améliorer la santé maternelle des communautés auprès desquelles elle travaille.

Trois anciennes élèves de l’AKU-SONAM ont également été distinguées dans la catégorie « Héroïnes de la communauté » : la Dre Shela Hirani, pour son travail visant à promouvoir, protéger et soutenir l’allaitement durant la pandémie de COVID-19, Neelam Punjani , pour son travail visant à améliorer les droits en matière de santé sexuelle et reproductive, et Sadaf Saleem, pour ses contributions dans le secteur des soins infirmiers gériatriques.

À Kaboul, en Afghanistan, trois infirmières et sages-femmes ont été récompensées pour avoir contribué à la formation de ressources humaines en vue de renforcer les effectifs des établissements de santé du pays. À l’IMFE - un établissement géré par l’Université Aga Khan dans le cadre d’un partenariat avec l’ONG La Chaîne de l’Espoir, les gouvernements de France et d’Afghanistan et l’AKDN - Shabana Halyen, Marufu Muradi et Shukria Musafirsada ont ainsi été distinguées dans les catégories « Développement du capital humain », « Héroïnes de la communauté » et « Jeunes sages-femmes ».

En reconnaissant ces actrices exceptionnelles du secteur de la santé, Women in Global Health cherche à aider les infirmières et sages-femmes de toute la planète à occuper des postes de direction stratégiques dans les établissements de santé, à participer aux processus décisionnels, à soutenir la diversité dans les systèmes de recrutement, à réduire l’écart de rémunération entre hommes et femmes et à garantir un environnement de travail plus sûr pour toutes leurs collègues.