Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Le Centre hospitalier universitaire Aga Khan, Karachi, Pakistan.
    AKU
Université Aga Khan
Lancement d’un essai clinique d’un respirateur portable économique

En décembre 2020, l’Université Aga Khan (AKU) a annoncé lancer un essai clinique d’un respirateur portable économique. Ce projet vise à permettre aux patients le nécessitant de bénéficier de traitements vitaux, notamment d’une assistance respiratoire, lors de leur transfert vers un hôpital. Actuellement, les respirateurs ne sont utilisés que dans les hôpitaux, alors que la plupart des patients en détresse respiratoire ont besoin d’une assistance avant même leur arrivée dans un établissement de santé. 

Le respirateur de l’AKU, de la taille d’une mallette et qui fonctionne sur batterie, est conçu pour être utilisé dans les ambulances et ainsi réduire les délais de traitement pour les patients.

« Pour un patient en détresse respiratoire, chaque moment compte », explique Saleem Sayani, directeur du Centre pour l’innovation technologique (TISC) et du Centre de ressources en télésanté de l’AKU. « La plupart des personnes souffrant de graves problèmes respiratoires voient leur état se dégrader sur leur trajet vers l’hôpital et ont généralement besoin d’une meilleure assistance respiratoire que ce qu’une simple bouteille d’oxygène peut offrir. »

aku-pakistan-p1010622-r.jpg

Des premiers essais réalisés sur des mannequins montrent que le respirateur peut permettre de stabiliser l’état d’un patient souffrant de problèmes respiratoires.
Copyright: 
AKU

On constate une forte prévalence de maladies respiratoires au Pakistan, la pneumonie et la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) représentant deux des dix principales causes de décès dans le pays selon l’étude Global Burden of Disease 2019. Les personnes souffrant de formes sévères de pneumonie, de BPCO et de COVID-19 sont parmi celles qui nécessitent une assistance respiratoire d’urgence.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un tiers des patients des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire nécessitent une assistance respiratoire sur leur trajet vers l’hôpital. Outre les personnes souffrant de problèmes respiratoires, les patients victimes de blessures à la tête et d’overdose ou souffrant de problèmes cardiaques peuvent également avoir besoin d’un respirateur lors de leur transfert en ambulance. 

« Nous perdons trop de vies précieuses car nous ne sommes pas en mesure de fournir une assistance respiratoire rapide et efficace », explique le Dr Junaid Razzak, directeur du Centre d’excellence en traumatologie et en situation d’urgence de l’AKU. « Cette innovation vise à combler ce manquement dans les soins prodigués aux patients durant leur transfert à l’hôpital, une étape qui présente souvent des risques importants pour les plus malades d’entre eux. »

Les premiers essais réalisés sur un mannequin haute-fidélité imitant les symptômes d’une personne souffrant de problèmes respiratoires montrent que le respirateur peut libérer un flux d’oxygène régulier et ainsi stabiliser l’état du patient. Les essais cliniques visent à évaluer la sécurité et l’efficacité du dispositif lors du traitement de patients présentant des problèmes respiratoires chroniques dans les ambulances et les salles des urgences.

Le prototype s’accompagne également d’une application mobile qui permet aux médecins de gérer les paramètres du respirateur à distance lorsqu’un patient qui est transféré dans leur hôpital est encore dans l’ambulance afin de stabiliser son état avant son arrivée. Les membres du personnel soignant peuvent également accéder en temps réel à différentes données sur l’état de santé du patient grâce à l’application et ainsi prendre les décisions appropriées avant son arrivée aux urgences.

L’accès aux données d’un patient en cours de transfert vers un hôpital permettra l’amélioration des processus de triage, de diagnostic et de traitement pour les personnes en situation d’urgence.

L’application du respirateur comprend également une composante basée sur l’intelligence artificielle qui évalue les données du patient afin de mesurer les risques pour sa santé et de suggérer les étapes à suivre aux ambulanciers.

« La mise en place de respirateurs économiques dans les ambulances et d’une solution de suivi à distance depuis l’hôpital via l’application mobile peut nous permettre de fortement améliorer l’état de santé des patients et d’accroître leurs chances de survie, en particulier dans les pays à faible revenu comme le Pakistan », explique le Dr Asad Latif, président du service d’anesthésiologie de l’École de médecine de l’AKU.

Les objectifs de cet essai clinique s’inscrivent dans les efforts globaux mis en œuvre dans le cadre du troisième Objectif de développement durable (ODD) des Nations Unies visant à réduire la mortalité prématurée due aux maladies transmissibles telles que la pneumonie et aux maladies non transmissibles telles l’asthme et la BPCO.

Cet article est une adaptation d’un article publié sur le site internet de l’Université Aga Khan.