Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • En juin 2021, les étudiants de la première promotion de premier cycle de l’École des arts et des sciences de l’UCA ont reçu leur diplôme lors de la première cérémonie de remise des diplômes de l’institution, qui était diffusée en direct depuis les campus de l’UCA à Khorog (Tadjikistan) et Naryn (République kirghize), pour l’occasion.
    AKDN / Orzu Sobirov
Université d'Asie centrale
La première promotion : écrire l’histoire de l’Université d’Asie centrale

En 2016, le premier campus de premier cycle de l’Université d’Asie centrale (UCA) ouvrait ses portes à Naryn, en République kirghize, et accueillait les étudiants de la future promotion 2021.

L’Université d’Asie centrale a été fondée par Son Altesse l’Aga Khan et les Présidents du Kazakhstan, de la République kirghize et du Tadjikistan en 2000. Son objectif est de stimuler le développement social et économique de l’Asie centrale et de contribuer à préserver les riches traditions et patrimoines culturels pour permettre à la population locale de s’en servir comme atouts pour son avenir.

Nichée au sein de communautés rurales de montagne, l’UCA accueille ses étudiants dans des campus résidentiels ultramodernes. Originaires de toute l’Asie centrale, les futurs diplômés sont ainsi placés dans un cadre qui favorise la diversité et le pluralisme et les encourage à échanger leurs idées et à apprendre les uns des autres. Plus de la moitié des étudiants de premier cycle sont des femmes.

Voici les histoires de quelques membres de la promotion 2021 de l’UCA :

uca-muybalikhon_0.png

Muybalikhon - Major de promotion en sciences de la terre et de l’environnement
Copyright: 
UCA

Muybalikhon - Major de promotion en sciences de la terre et de l’environnement

À l’UCA, je me suis fait beaucoup d’amis et de relations de différentes parties du monde. En effet, les étudiants y ont l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes qui étudient et travaillent dans les mêmes domaines qu’eux.

Étant spécialisé dans les sciences de la terre et de l’environnement, j’ai eu la chance de pouvoir mettre en pratique directement sur le terrain les concepts que j’ai appris lors des cours et des séminaires. Les environnements particuliers des campus de Naryn et de Khorog constituent des terrains exceptionnels pour étudier différents types de roches, de minéraux et de sols. J’ai également pu observer en première ligne les conséquences physiques du changement climatique sur l’environnement montagneux, je pense par exemple aux éboulements, aux avalanches et aux coulées de débris.

En outre, j’ai considérablement enrichi mes connaissances grâce aux stages d’été et d’hiver. Aujourd’hui, je comprends mieux et suis en mesure d’expliquer les principaux enjeux auxquels ma propre communauté est confrontée : comment le changement climatique influence les sociétés de montagne et comment nous pouvons apporter des solutions à ces enjeux.

Malgré son jeune âge, l’UCA a créé des centaines d’emplois à l’échelle locale, et ses professeurs et ses étudiants mènent des recherches afin de contribuer à l’amélioration de l’environnement et du bien-être de la communauté locale.

Pour moi, l’Université représente l’espoir et la foi que je porte dans l’avenir de ma communauté et de mon pays.

uca-jyldyz.png

Jyldyz - Major de promotion en communication et études des médias
Copyright: 
UCA

Jyldyz - Major de promotion en communication et études des médias

Si je devais le refaire, je choisirais de nouveau l’Université d’Asie centrale pour son caractère unique, l’attention qu’elle porte aux étudiants et sa capacité à apporter des changements au sein de la communauté.

Les cinq années que j’y ai passées ont été marquées par les nombreuses initiatives et activités extrascolaires auxquelles j’ai participé et les stages que j’ai effectués. J’ai été sur le tableau d’honneur quatre années d’affilée en raison de mes excellents résultats. Toutefois, en dehors des salles de classe, il était important pour moi d’agir et d’œuvrer en faveur de ma communauté.

Pendant le programme préparatoire, j’ai commencé à enseigner l’anglais à des élèves du secondaire lors de mes week-ends. Avoir été enseignante bénévole pendant 5 ans et aider des jeunes à accéder à l’éducation m’a permis de redonner aux autres.

En 2019, j’ai passé cinq semaines à Auburn, dans l’État du Washington, aux côtés de 88 participantes originaires de pays en développement dans le cadre du Programme de renforcement du leadership chez les femmes. Ce programme intensif a renforcé mes compétences en leadership et mon intérêt pour les études indépendantes sur le genre.

L’UCA m’a appris à être forte et courageuse.... et je suis désormais prête à entamer un nouveau chapitre de ma vie.

uca-murodali_0.png

Murodali - Major de promotion en informatique
Copyright: 
UCA

Murodali - Major de promotion en informatique

J’ai eu la chance de pouvoir obtenir mon diplôme de premier cycle à l’UCA.

Étudier à Naryn était une expérience extraordinaire et, bien qu’il s’agisse d’une ville relativement reculée et isolée, jamais je ne me suis senti coupé du reste du monde. J’y ai appris énormément et y ai acquis de nombreuses compétences essentielles.

Au cours de mes études, j’ai eu l’occasion d’assister à plusieurs conférences organisées par l’Université. Lors de ma troisième année, je me suis porté volontaire à la Conférence sur la transformation numérique organisée par l’UCA et le Réseau Aga Khan de développement (AKDN) à Bichkek. J’y ai rencontré plusieurs experts dans le domaine du numérique, mais également des représentants du gouvernement. Dans le cadre de la deuxième phase de cet événement, qui prenait cette fois place sur le campus de Naryn, j’ai pris part à un « hackathon » et ai présenté mon projet d’amélioration de l’expérience d’apprentissage pour les enfants atteints de dyslexie.

Le programme que j’ai suivi à l’Université m’a permis d’acquérir l’assurance et les compétences nécessaires pour mener à bien mes projets à l’avenir.

uca-kyrgyz-republic-49644374541_8ede084e79_k.jpg

Campus de l’Université d’Asie centrale à Naryn, en République kirghize.
Copyright: 
AKDN / Christopher Wilton-Steer

Ce texte est une adaptation d’un article publié sur le site internet de la Fondation Aga Khan Canada.