Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Enseigner à distance durant la pandémie de COVID-19 était un véritable défi pour les enseignants. Pour les élèves des écoles des Services d’éducation Aga Khan, les emplois du temps mis en place dans ce contexte prenaient compte du temps qu’ils passaient devant l’écran, de la disponibilité des appareils et des emplois du temps de leurs frères et sœurs éventuels.
    AKDN
Services d’éducation Aga Khan
Soutien à l’éducation durant la pandémie de COVID-19 : bilan après 100 jours de confinement en Inde

Dès les premiers jours de la pandémie de COVID-19, de nombreux établissements ont rapidement mis en place des cours en ligne, ce qui n’a pas été sans créer la confusion parmi les enseignants et engendrer des résultats mitigés parmi les élèves. Toutefois, dans certaines régions, les Écoles Aga Khan sont rapidement passées à « l’apprentissage virtuel », un principe qui permet aux élèves de vivre des expériences d’apprentissage pertinentes, adaptées à leur développement et aussi semblables que possible aux programmes classiques dispensés en classe.

Le programme était divisé entre cours en ligne synchrones et sessions asynchrones. Lors de ces dernières, les élèves devaient réaliser des tâches depuis leur domicile selon leur convenance. Les emplois du temps étaient planifiés avec soin et tenaient compte d’aspects tels que le temps passé devant l’écran par les élèves, la disponibilité des appareils et les emplois du temps de leurs frères et sœurs éventuels. Les enseignants les plus qualifiés en informatique ont été désignés comme tuteurs de leurs collègues et avaient pour charge de les aider à résoudre leurs problèmes.

En effet, certains ont au commencement éprouvé des difficultés à prendre en main les systèmes d’apprentissage virtuel. Aujourd’hui, après plus de 100 jours de confinement, le Service d’éducation Aga Khan, Inde (AKES,I) a su répondre aux diverses difficultés qui se sont mises en travers de son chemin. Les membres du personnel académique et non académique travaillent davantage en collaboration et de manière plus efficace. Tous sont désormais plus aptes à trouver le juste équilibre entre leur travail à domicile et leurs obligations familiales. Durant cette période, la communication s’est également améliorée entre eux ; ils s’entraident à distance, échangent régulièrement, partagent entre eux les meilleures pratiques et adoptent une attitude de plus en plus positive et optimiste.

Mamta Murjani, une enseignante-coordinatrice dans l’une des Écoles Aga Khan concernées, a évoqué son expérience du télétravail : « Pour chacun de ces 100 jours de travail à domicile, j’ai appris quelque chose. C’est comme si j’avais effectué 100 tours d’un circuit, et qu’à chaque fois, soit je gagnais, soit j’apprenais une nouvelle leçon. J’ai acquis des compétences de ‘survie’ pour ma vie personnelle, mais aussi professionnelle. »

Selon les enseignants, certains élèves pouvaient se montrer nerveux, mal à l’aise et stressés au regard de l’incertitude de cette période sans précédent. Conserver une ambiance positive lors des cours et communiquer des messages sur les façons de se protéger face au COVID-19 a toujours été une priorité pour l’AKES,I. Voilà pourquoi, afin de favoriser un environnement positif, de nombreux cours en ligne incluaient des séances de yoga, d’art, de danse ou d’autres activités physiques. Des cours de cuisine ou encore des ateliers de fabrication de bouteilles de parfum ou d’instruments de musique ont également permis de renforcer les liens entre les parents et leurs enfants. Durant la période de confinement, les élèves ont célébré la Journée mondiale de l’environnement et le Jour de la Terre et se sont notamment employés à sensibiliser leur entourage à l’importance de protéger la nature. À l’occasion de la Journée internationale du yoga et de la Fête des pères, qui coïncidaient cette année, les élèves ont également participé à des séances de yoga avec leurs pères.

Conscient de la pression que cette situation exerce sur les enseignants, l’AKES,I a mis en œuvre des initiatives régulières afin de favoriser leur bien-être et de les encourager à conserver un état d’esprit positif. Des messages positifs étaient fréquemment envoyés aux membres du personnel afin de les sensibiliser aux dangers de la pandémie et à la manière de prendre soin de leur santé physique et mentale. Sur une autre note, l’initiative « AKES,I Got Talent » (L’AKES,I a un incroyable talent) a rencontré un franc succès, et de nombreux membres du personnel en ont profité pour monter leurs talents. Pour nombre d’entre eux, cet événement était l’occasion de faire revivre une passion d’enfance pour les arts, la décoration, la musique, la dance, la cuisine, l’écriture de poèmes et la peinture. À l’occasion du concours de « selfie » en situation de télétravail, les enseignants et les membres du personnel ont montré la manière dont ils travaillent de chez eux, tandis que les chefs d’établissement ont évoqué la façon dont ils équilibrent leurs engagements professionnels et familiaux, encourageant les autres à s’inspirer de leurs pratiques.

akes-india-4.jpg

Une élève du Lycée Little Star d’Adilabad, en Inde, étudie depuis son domicile durant la pandémie de COVID-19. Lorsque la pandémie a atteint le pays, les établissements des AKES sont passés à « l’apprentissage virtuel », un principe qui veut que l’expérience des élèves se rapproche le plus possible des programmes classiques dispensés en classe.
Copyright: 
AKDN
L’AKES,I a également poursuivi son travail au sein des quelques pensionnats externes qu’il gère. Les élèves et enseignants y ont reçu des ressources pédagogiques, des kits de vacances et d’autres documents spécifiquement conçus pour compléter leur programme d’enseignement à distance. Le Service a également apporté son aide à d’autres agences du Réseau Aga Khan de développement (AKDN). Des volontaires de plusieurs Maternelles Aga Khan ont ainsi fabriqué et distribué plus de 5 000 masques auprès des membres démunis de leurs communautés.

Face à cette pandémie, les enseignants ont été « des sources d’inspiration, des médiateurs et de véritables moteurs » selon un parent, qui résume le sentiment général de beaucoup d’autres. « Il n’y a pas beaucoup de mots pour décrire la façon dont les enseignants ont fait preuve d’un soutien indéfectible en cette période difficile. »

Ce texte est une adaptation d’une histoire publiée sur le site internet des Écoles Aga Khan.