Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • La Dre Bahriniso Kobilova (à gauche), membre de l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie de l’Académie des sciences de la République du Tadjikistan, et Kurbon Alamshoev (à droite), avec leurs nouvelles éditions de « Tajiks of Huf Valley ».
    UCA
Université d'Asie centrale
Sortie de trois nouveaux ouvrages sur le patrimoine culturel d’Asie centrale

Kurbon Alamshoev, originaire de la région autonome du Haut-Badakhchan (GBAO), a parcouru une longue distance et roulé pendant 15 heures pour assister à la sortie d’un livre. « J’étais très enthousiaste quand j’ai découvert les nouveaux ouvrages qu’allait publier l’Université d’Asie centrale (UCA), notamment lorsque j’ai vu que dans la liste figurait une nouvelle édition de Tajiks of Huf Valley (Les Tadjiks de la vallée de Huf), par le célèbre orientaliste Mikhail Andreev. Ce livre a pendant longtemps été très difficile à trouver dans les bibliothèques du pays, et nous étions beaucoup à craindre qu’il ne disparaisse bientôt complètement », a déclaré M. Alamshoev. « En tant que journaliste et chercheur qui étudie les archives d’Andreev depuis des années, je suis conscient de l’immense travail qu’il a fallu accomplir pour rééditer ce livre. Cette sortie témoigne de l’important engagement de l’UCA en faveur de la restauration de précieuses ressources ethnographiques. »

Le 29 février 2020, l’Unité pour le patrimoine culturel et les sciences humaines (CHHU) de l’Université d’Asie centrale a organisé le lancement de trois nouveaux ouvrages, publiés dans le cadre de sa série dédiée au patrimoine culturel. Plus de 200 membres de la communauté universitaire, d’organisations internationales et du gouvernement étaient présents à cet événement organisé au Centre ismaili de Douchanbé, au Tadjikistan.

Outre la réédition de Tajiks of Huf Valley, l’UCA a annoncé la sortie de deux autres ouvrages durant cet événement, Andrei Evlampievich Madji: Half a Century of Scientific Research in Central Asia (Andrei Evlampievich Madji, un demi-siècle de recherche scientifique en Asie centrale), par Victor Dubovitskii, et Architectural Odyssey: ‘Safarnama’ of Nasir Khusraw (Odyssée architecturale : le safarnama de Nasir Khusraw), par Munavar Mamadnazarov.

« La riche histoire des pays d’Asie centrale mérite d’être étudiée, et il est important de partager les travaux de grands chercheurs avec les nouvelles générations », a déclaré le Dr Bohdan Krawchenko, doyen de l’École supérieure de développement de l’UCA. « L’UCA collabore avec l’Institut d’histoire, d’archéologie et d’ethnographie de l’Académie des sciences de la République du Tadjikistan depuis plusieurs années, et cette collaboration a porté ses fruits. Les archives de l’Académie recèlent de véritables trésors qui, à l’aide des technologies modernes et de la numérisation, peuvent être préservés et montrés au monde. On ne peut exagérer l’importance d’un tel travail. »

Le Dr Krawchenko a également précisé que la CHHU avait lancé l’année dernière une série d’articles de recherche dans le but d’en faire une revue scientifique au travers de laquelle les chercheurs de la région pourraient toucher un public plus large. Ces articles de recherche peuvent être téléchargés gratuitement sur le site internet de l’UCA : https://ucentralasia.org/Research/ResearchPapers/EN.

Selon la Dre Elmira Kuchumkulova, directrice de la CHHU, la série de livres dédiée au patrimoine culturel a pour objectif de préserver et de populariser l’histoire et les cultures riches et diverses des peuples d’Asie centrale. Au cours des 12 dernières années, l’UCA a édité et publié 20 livres présentant des résultats de recherches sur les monuments architecturaux et archéologiques, les traditions, la musique et l’art parlé des communautés du Pamir et du Tien-Shan.

uca-book-launchdsc_0411_2r.jpg

La Dre Elmira Kuchumkulova (à droite) remet un livre à la benjamine de l’événement, une jeune danseuse de l’ensemble du Musée Gurminj des instruments de musique.
Copyright: 
UCA

 

A propos des livres

The Tajiks of Huf Valley (Les Tadjiks de la vallée de Huf) a été écrit par Mikhail Stepanovich Andreev (1873-1948), un célèbre ethnographe, orientaliste et spécialiste de la culture d’Asie centrale. Cet ouvrage constitue à peu de choses près le seul document de recherche ethnographique disponible sur la vie quotidienne et la culture des Tadjiks vivant sur les cours supérieurs du fleuve Amou-Daria. Il reste une source de données anthropologiques pertinentes sur le mode de vie des peuples sédentaires d’Asie centrale.

 

 

 

 

 

 

Andrei Evlampievich Madji: Half a Century of Scientific Research in Central Asia (Andrei Evlampievich Madji, un demi-siècle de recherche scientifique en Asie centrale) a été écrit par Victor Dubovitskii, historien, publiciste et écrivain. Ce livre dépeint la vie et l’œuvre d’Andrei Madji, un orientaliste ayant grandement contribué au monde de la science. Cet ouvrage bibliographique contient des archives uniques et des travaux de Madji qui n’avaient jamais été publiés auparavant traitant des plus importants événements de Russie et d’Asie centrale. Les précieuses ressources qui y figurent présentent un intérêt pour les scientifiques, les chercheurs et les personnes passionnées par le développement de la science et l’histoire du Tadjikistan, de l’Ouzbékistan, de la République kirghize et de l’Afghanistan à la fin de 19e siècle et au début du 20e siècle.

 

 

Architectural Odyssey:‘Safarnama’ of Nasir Khusraw (Odyssée architecturale : le safarnama de Nasir Khusraw) a été écrit par Munavar Mamadnazarov et traite de l’architecture islamique médiévale. L’auteur s’appuie sur des sources écrites médiévales, sur des études et sur le « safarnama » (livre de voyage) de Nasir Khusraw, un poète, philosophe, voyageur et prédicateur persano-tadjik ayant vécu au 11e siècle. L’ouvrage met en lumière des sanctuaires religieux de l’Orient islamique, des bâtiments de l’Égypte ancienne, de Rome et de Byzance et l’environnement architectural du Badakhchan et contient plus de 300 photographies, images et dessins qui emportent le lecteur dans un voyage passionnant et instructif vers le passé. Le livre est destiné aux architectes, historiens de l’art, orientalistes et ethnographes, ainsi qu’aux personnes intéressées par la culture islamique.

Cet article a été publié à l’origine sur le site internet de l’Université d’Asie centrale.