Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Dans le village de Kinango situé dans la province côtière du comté de Kwale au Kenya, un jeune garçon lit un livre.
    AKDN / Lucas Cuervo Moura
Fondation Aga Khan
Retour à l'école, mais pas retour à la normale: Leçons tirées de nos programmes sur le terrain

La « rentrée » scolaire a été très différente cette année. Depuis des mois, les éducateurs, les parents et les décideurs politiques sont confrontés à une question commune : comment assurer à la fois la sécurité et l’éducation des enfants?

Lorsque les écoles d'Afrique de l'Est ont fermé à la mi-mars – comme de nombreuses écoles dans le monde –, il n'y avait aucune indication claire quant à la durée de ces fermetures. Dans sa déclaration initiale du 20 mars, le gouvernement ougandais avait insinué que cette décision durerait probablement 30 jours, après quoi il réévaluerait la situation. Mais pour l’instant, cette décision demeure en vigueur pour la plupart des écoles du pays.

Le Kenya, pour sa part, a officiellement annoncé que la plupart des écoles resteront fermées pour le reste de l'année civile. Elle sera considérée comme perdue, et les élèves devront recommencer leur année scolaire en janvier.

Pendant cette période de fermeture, les gouvernements locaux ont mis en place divers programmes d'apprentissage à distance visant à maintenir l'intérêt des élèves. Au Kenya, les élèves peuvent regarder des émissions de télévision conçues pour les aider à poursuivre leur apprentissage. Le gouvernement ougandais a distribué du matériel scolaire imprimé et créé des émissions de radio pour favoriser l’éducation.

Avec le soutien du gouvernement du Canada, la Fondation Aga Khan (AKF) et ses partenaires ont passé les six derniers mois à planifier et à mettre en œuvre un plan d'intervention COVID-19 visant à aider les enfants de l'Ouganda, de la Tanzanie et du Kenya à poursuivre leurs études à la maison pendant les fermetures scolaires.

Ce plan s'appuie sur une suite de ressources (en anglais) que le Réseau Aga Khan de développement (AKDN) a créée pour aider les éducateurs et les familles à soutenir l'apprentissage des enfants à la maison pendant la crise de COVID-19.

Le soutien à l'apprentissage à domicile est très différent selon les contextes. Dans certaines régions éloignées et isolées, le téléphone et les documents imprimés sont les plus appropriés. Dans d'autres cas, lorsque les enfants ont accès à la télévision ou à la radio, les médias sont un canal essentiel pour encourager leur éducation.

Par exemple, au Kenya, la Fondation Aga Khan a animé et filmé une série de courtes histoires vidéo, en partenariat avec le gouvernement du Canada et la Fondation LEGO. Ces histoires sont diffusées à la télévision nationale afin d'encourager la passion des enfants pour les livres d'histoires et la lecture.

Partout où il travaille, l’AKDN s’efforce de collaborer avec les autorités gouvernementales locales, en s'appuyant sur leurs investissements et en soutenant les initiatives existantes afin d’en amplifier l'impact. Quel que soit le contexte ou le pays, quelques thèmes communs ont émergé, qui sont des principes fondamentaux dans la conception de nos ressources d'apprentissage à domicile.

 

Promouvoir l'égalité des sexes : Les fermetures d'écoles et de communautés ont entraîné une hausse de différents risques pour les filles dans les communautés où nous travaillons. Les filles ont moins de chances de se voir accorder du temps à la maison pour étudier, car leur famille les surcharge souvent de tâches ménagères et de responsabilités de garde d'enfants pour leurs frères et sœurs plus jeunes. Le risque de violence sexiste a également augmenté de manière importante tout au long de la pandémie, en raison du stress et de l'isolement. C'est pourquoi nous avons veillé à ce que nos ressources et programmes éducatifs renforcent les messages positifs sur l'égalité des genres et le droit de chaque fille à l'éducation. Nous animons des émissions de radio visant à aider les parents avec l’éducation de leurs enfants à la maison, et nous utilisons ces émissions comme une occasion d'engager des discussions sur l'importance de l'éducation des filles. Les ressources pédagogiques imprimées que nous distribuons aux ménages sont sensibles à la dimension de genre et utilisent des exemples et des images qui remettent en cause les normes néfastes en matière de genre.

akf-kenya-tracey-1.jpg

Khairat Ghazy, une enseignante, prépare du matériel pour sa leçon en ligne. Elle est membre d'un groupe WhatsApp avec d'autres enseignantes du préprimaire, et elle partagera également le matériel dans ce groupe.
Copyright: 
AKDN / MECP
Soutenir les enseignants : La pandémie a fait des ravages dans le monde entier, mais peu de professions ont été touchées de manière plus agressive que l'enseignement. En l'espace de quelques semaines, les enseignants ont dû devenir des éducateurs à distance, des experts en informatique et des travailleurs sociaux pour leurs élèves, tout en faisant face eux-mêmes aux conséquences de la pandémie. Nos programmes d'intervention ont été conçus en consultation avec les enseignants, dans le but de leur fournir les ressources et la formation dont ils ont besoin pour assumer ces nouveaux rôles et responsabilités. Par exemple, nous mettons en place des groupes WhatsApp qui permettent aux enseignants de se soutenir les uns les autres et d’échanger des conseils pour l'enseignement à distance. Nous mettons également en place des programmes de formation à distance pour aider les enseignants à se familiariser avec les nouvelles ressources et pratiques pédagogiques et à faire face aux circonstances difficiles d'aujourd'hui.

« Le Programme pour la petite enfance dans les madrasas au Kenya m'a permis d'affiner mes compétences en matière de développement de ressources d'enseignement et d'apprentissage en utilisant des ressources peu coûteuses et disponibles localement, dans le contexte de la COVID‑19. Nous développons ce matériel et le partageons dans notre groupe WhatsApp afin d’obtenir des conseils d'autres enseignants. J'utilise actuellement ces ressources pour préparer mes leçons en ligne pour ma classe de préprimaire, et je constate qu’elles rendent l'apprentissage amusant et interactif pour les enfants. J'encourage également les parents à fabriquer ces mêmes matériels à la maison afin que leurs enfants puissent les manipuler physiquement, ce qui assure un meilleur apprentissage. » – Khairat Ghazy, comté de Mombasa, Kenya

akf-uganda-tracey-2.jpg

De gauche à droite : Sarah Aseru (membre du personnel du Programme pour la petite enfance dans les madrasas), Night Sauda (enseignante) et Yamandu Siraje (enseignant) enregistrent une leçon radiophonique sur la station Arua One dans le Nil occidental, en Ouganda.
Copyright: 
AKDN / MECP
Lutter contre l'inégalité : Dans de nombreuses communautés où l’AKDN travaille, les fermetures d'écoles risquent d'amplifier les inégalités déjà existantes dans les systèmes éducatifs. Les élèves qui vivent dans des zones plus urbaines, qui ont accès aux technologies d'apprentissage numériques et qui sont des résidents permanents ou des citoyens (plutôt que des réfugiés ou des personnes déplacées) ont plus de chances d'avoir accès à l'enseignement à distance. D'autres risquent d'être laissés pour compte. Notre réponse a été conçue pour garantir que les ressources et les services que nous développons soient fournis à tous les apprenants, quels que soient leur identité, leur origine, leur sexe, leur statut socioéconomique ou leurs capacités. En travaillant avec des partenaires communautaires et en créant des groupes de travail locaux composés de parents, d'enseignants et d'intervenants gouvernementaux, nous nous efforçons de garantir que nos programmes répondent directement aux besoins de tous les apprenants dans les régions où nous travaillons.

Nous espérons que les enfants retourneront en classe le plus rapidement possible, mais nous reconnaissons également que dans certains pays, les taux d'infection à la COVID-19 sont encore trop élevés et que les infrastructures d'assainissement et d'hygiène dans les écoles ne sont pas encore adéquates. Jusqu'à ce que les écoles soient prêtes à rouvrir, nous continuerons d’aider nos élèves à poursuivre leur apprentissage chez eux d’une façon qui répond à leurs besoins.

Et lorsque les écoles rouvriront enfin, nous serons tout aussi désireux d'aider les ministères de l'Éducation, les directeurs d'école et les éducateurs à relever les nouveaux défis liés à l’enseignement dans cette nouvelle ère.

akf-uganda-tracey-3.jpg

Rashid Acidri (4 ans) travaille avec un cahier livré par le Programme pour la petite enfance dans les madrasas.
Copyright: 
AKDN / MECP

Cet article est adapté d'un texte publié sur le site Internet de l'AKF Canada.

Récemment sur AKDN

Sur le terrain
23 Novembre 2020
26 Novembre 2020