Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Aux débuts de la pandémie de COVID-19, les spécialistes manquaient de connaissances sur la maladie et ses complications compte tenu de la nature nouvelle de ce coronavirus. Afin de remédier à cette situation, l’Université Aga Khan (AKU) a mis en place des formations en ligne gratuites en collaboration avec le gouvernement du Sindh à destination des professionnels de la santé tels que les consultants, les internes et les étudiants en médecine. L'équipe des responsables des formations était composée du doyen et du vice-doyen de l'Ecole de médecine de l'AKU, de la directrice de la faculté de médecine, de la vice-doyenne par intérim de la faculté de formation professionnelle continue et de la directrice de la faculté d’obstétrique et de gynécologie.
    AKU
Université Aga Khan
Les séminaires de formation de l’AKU sur le thème du COVID-19

Aux débuts de la pandémie de COVID-19, les spécialistes manquaient de connaissances sur la maladie et ses complications compte tenu de la nature nouvelle de ce coronavirus. Afin de remédier à cette situation, l’Université Aga Khan (AKU) a mis en place des formations en ligne gratuites en collaboration avec le gouvernement du Sindh à destination des professionnels de la santé tels que les consultants, les internes et les étudiants en médecine. 

Plus de 4 000 professionnels de la santé travaillant en première ligne dans plus de 200 institutions de santé privées et publiques du Pakistan ont ainsi pris part à la série de webinaires « COVINAR » organisée par l’AKU afin d’accéder aux dernières informations sur la façon de traiter et de gérer la maladie.

Divisée en plusieurs sessions organisées selon six thèmes, la série COVINAR a été évaluée comme « excellente » par 70 % de ces participants. Les sessions couvraient de nombreux sujets : derniers résultats de recherche sur la pandémie, protocoles d’enfilage et de retrait des équipements de protection individuelle (EPI) et méthodes de traitement des patients souffrant de comorbidités telles que le cancer et les maladies cardiovasculaires.

« Dans le domaine de l’éducation, la pandémie a entraîné l’impossibilité de poursuivre la mise en œuvre de formations professionnelles continues en présentiel pour les acteurs de la santé », a expliqué la Dre Natasha Ali, doyenne associée intérimaire pour la formation professionnelle continue et responsable de la section d’hématologie dans le service de pathologie et de médecine de laboratoire de l’École de médecine de l’AKU. « Les formations COVINAR nous ont permis de répondre aux besoins des professionnels de la santé à un moment où le virus était encore nouveau et inconnu au Pakistan. Nous sommes heureux et fiers d’avoir réussi à laisser les portes de l’apprentissage ouvertes pendant cette pandémie et de l’impact que cette initiative a eu en si peu de temps. »

Les participants ont particulièrement apprécié les sessions traitant de sujets tels que la sécurité environnementale pendant la pandémie, la conservation et le transport d’échantillons d’analyse et l’élimination des déchets. Ces derniers ont par ailleurs manifesté le souhait que davantage de formations sur des sujets liés aux soins infirmiers et aux aspects physiopathologiques et pharmacologiques de la maladie soient organisées.

Les étudiants en médecine d’un peu partout au Pakistan, qui devaient rester chez eux en raison des mesures de confinement prises par le gouvernement, ont également exprimé leur satisfaction vis-à-vis de ces formations. 

« Bien que mon université soit toujours fermée, j’ai appris de nouvelles choses. Cette expérience m’a motivé, et j’espère pouvoir m’appuyer sur cette énergie et sur les connaissances que j’ai acquises pendant cette période lorsque j’arriverai au terme de mon diplôme », a déclaré Aiman Athar, étudiant en quatrième année de médecine à l’université de médecine Jinnah Sindh.

Ce texte est adapté d'un article paru sur le site internet de l'Université Aga Khan.

Récemment sur AKDN

Sur le terrain