Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Un groupe d'épargne numérique (DSG) soutenu par la Fondation Aga Khan dans le sud de la Tanzanie.
    AKDN / Zahur Ramji
Fondation Aga Khan
Les groupes d'épargne se mettent au numérique

Dans le Sud de la Tanzanie, Nema Digital Savings Group a fait ses débuts en tant que groupe d'épargne communautaire en 2012. A l'époque, le groupe comprenait 25 membres (15 femmes et 10 hommes) qui se sont rassemblés après une réunion de mobilisation organisée par la Fondation Aga Khan et les dirigeants du village. Avant, les membres de la communauté se contentaient de stocker leurs espèces chez eux. Cependant, beaucoup d'entre eux ont compris l’intérêt d'un groupe d'épargne communautaire, synonyme d'une plus grande sécurité pour leurs finances et d’un accès à des prêts, que beaucoup espéraient pouvoir utiliser pour payer les frais de scolarité ou les charges de leurs petits commerces de légumes, par exemple.

Lorsque la transition vers une plateforme digitale a débuté, de nombreux membres ont peiné à suivre la cadence. L'incertitude qu’ils ressentaient au moment de prendre une décision ou d'utiliser la plateforme a souvent donné lieu à de la frustration, surtout lorsque l'USSD (un système mobile qui utilise des sms pour effectuer des transferts d'argent) s'actualisait et affichait à nouveau l'écran d'accueil si l'attente était trop longue ou si l'utilisateur restait inactif. Ce défaut de conception rallongeait également les réunions. Malgré ces inconvénients, Rashidi Omari affirme que chacun était désireux d'apprendre et faisait preuve de patience lors de l’apprentissage de ce nouvel outil.

Des équipes de la Fondation Aga Khan ont alors rendu visite aux membres du groupe afin de les aider à utiliser la plateforme en commençant par les réconcilier avec le fonctionnement du système. Selon le groupe, 60 % de ses membres ont adopté la plateforme digitale sans encombre. Les autres ont trouvé assistance auprès des utilisateurs aguerris, tandis que le groupe entier faisait la transition.

Certains ont fait preuve d’une véritable réticence à abandonner dans l’immédiat et de façon totale l'épargne d’espèces, trouvant cela trop risqué. Les membres du groupe ont commencé par n’épargner que de petites sommes via la plateforme digitale : environ 3 000 TZS par mois, contre environ 32 000 TZS par mois en épargnant des espèces. Mais une fois le premier cycle de neuf mois achevé et le partage digital s’étant déroulé comme prévu, le groupe a repris confiance.

Bien souvent, la technologie place tout le monde sur un pied d’égalité et favorise les opportunités. Deux des idées directrices du groupe d’épargne numérique sont la prise de décision démocratique et le transfert des connaissances. Au début de chaque cycle, le groupe établit ensemble sa constitution et se met d’accord sur un paiement minimum à verser à chaque réunion, sur les frais du service de prêts et la durée maximale de ces prêts, ainsi que l’élection d'un président. Cette prise de décision collective réinvestit chaque membre de son droit de propriété et assure l'harmonie du groupe, réduisant ainsi le nombre de mécontentements. Les membres du Nema Group ont choisi d’établir un système où les taux d’intérêt augmentent avec le montant du prêt, un système en rupture avec l’approche des groupes d’épargne d’espèces, où le taux d’intérêt est généralement fixé à 3% quel que soit le montant du prêt.

[Plus d’informations sur les groupes d’épargne numérique]

 

 

Récemment sur AKDN

Sur le terrain