Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Restauration de la tombe de Humayun, New Delhi, Inde.
    AKDN / Christian Richters
Le projet de conservation de la tombe de Humayun est terminé
Restauration de la tombe de l’empereur moghol Humayun du 16e siècle

En septembre 2013, le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC) a achevé la restauration de la tombe de l’empereur moghol Humayun du 16e siècle, un joyau de l’architecture moghole construit avant le Taj Mahal. Six ans de travaux de conservation et 200 000 jours de travail avec des maîtres-artisans ont été nécessaires pour rendre à la tombe toute sa splendeur.

En restaurant la tombe et les jardins, l’AKTC a honoré l’engagement pris par l’Aga Khan en 1997 à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance de l’Inde. Depuis 2007, l’Initiative de rénovation urbaine mise en œuvre par l’AKTC en partenariat avec l’Archaeological Survey of India, plusieurs agences gouvernementales et des partenaires financiers s’est traduite par la conservation de plus de 30 monuments, la création – dans le cadre d’un vaste projet d’aménagement paysager – d’un parc urbain de 36 hectares dans la pépinière Sunder du complexe de Batashewala, et des améliorations significatives de la qualité de vie des résidents du Basti de Hazrat Nizamuddin, qui illustre sept siècles de culture vivante.

Pour restaurer les structures créées par les bâtisseurs moghols de la tombe de Humayun – nombre d’entre elles ayant été altérées par les travaux du 20e siècle – les artisans ont dû retirer 1 000 tonnes de béton du toit et des milliers de mètres carrés de ciment des murs, sols et plafonds pour toutes les structures situées dans le jardin. Il leur a également fallu, entre autres, restaurer les joints des pierres dans le dôme avec de la chaux à des fins d’étanchéité, reconstruire l’arcade du mur d’enceinte du jardin qui s’était effondrée, restaurer les carreaux des auvents en faisant revivre un art qui avait disparu en Inde – la fabrication de carreaux –, appliquer 21 000 m2 d’enduit à la chaux, principalement sur la surface intérieure du double dôme et sur les 68 petits mausolées situés au rez-de-chaussée, remettre en état 5 400 m2 de grès sur la terrasse en suivant les structures et les pentes d’origine, et soulever le soubassement en pierre de 3 700 m2, qui avait été enfoui dans du ciment au 20e siècle.

Le projet, dont l’objectif était de reproduire le plus fidèlement les techniques de l’ère moghole, a adopté une démarche de conservation qui valorise l’artisanat et qui constitue un modèle pour faire revivre des métiers qui disparaissent rapidement tout en créant des emplois.                                                                   

Des monuments adjacents à la tombe de Humayun ont également été restaurés, notamment Nila Gumbad, la tombe-jardin d’Isa Khan, la tombe-jardin de Bu Halima, les portes d’Arab Serai, Sundarawala Mahal et Burj, l’ensemble de monuments de Batashewala, Chausath Khambha et Hazrat Nizamuddin Baoli.

Tous les travaux de conservation ont été précédés d’un programme de recherches archivistiques complètes, qui comprenait un balayage par laser 3D dernier cri et des examens indépendants par des pairs. Le processus a été supervisé par une équipe pluridisciplinaire composée, entre autres, d’architectes spécialisés dans la conservation, d’ingénieurs en archéologie et d’historiens.

En accord avec la mission générale de l’AKTC, qui vise à utiliser la culture pour stimuler le développement socioéconomique, la conservation a été accompagnée de projets visant à améliorer la vie des personnes résidant à proximité du Basti de Hazrat Nizamuddin. Outre les initiatives en matière de santé, d’éducation et de formation professionnelle, des parcs de quartier ont été aménagés, des améliorations du logement ont été entreprises en partenariat avec les propriétaires et une aide a été apportée à la municipalité pour un programme majeur d’amélioration des rues. Un programme de renouveau culturel a mis en avant l’héritage musical de Hazrat Amir Khusrau, poète soufi du 14e siècle qui a habité la région et qui y a été enterré.

L'Initiative de rénovation urbaine, qui fait intervenir la société civile, le secteur privé et des agences publiques, constitue un modèle pour la restauration des sites classés au patrimoine mondial en Inde et dans les autres pays. Elle montre également l’importance d’accompagner les projets de conservation dans les centres urbains historiques de programmes de développement au profit des communautés locales.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site Internet http://www.nizamuddinrenewal.org et consultez la fiche sur la conservation de la tombe de Humayun.

Récemment sur AKDN

Sur le terrain
16 Octobre 2019
10 Octobre 2019