Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • L’Orchestre de la Fondation Gulbenkian et le collectif « Master Musicians » célèbrent la diversité lors du concert d’ouverture des Prix Aga Khan de Musique 2019 à Lisbonne, au Portugal le vendredi 29 mars 2019.
    AKDN / José Fernandes
Prix Aga Khan de Musique
Fête de la musique 2019

C’est dans le cadre luxuriant des salles de concert à l’acoustique vibrante de la Fondation Calouste Gulbenkian de Lisbonne que s’est déroulée la première édition des Prix Aga Khan de Musique (AKMA) du 29 au 31 mars 2019 en présence de Son Altesse l'Aga Khan, du prince Amyn Aga Khan et de Son Excellence Marcelo Rebelo de Sousa, le Président du Portugal, qui se sont joints à des musiciens et amateurs de musique du monde entier. Les Prix de Musique récompensent la créativité, l'engagement et les initiatives tenant de l’exceptionnel en matière d'interprétation, de création, d'enseignement, de préservation et de revitalisation de la musique dans les sociétés du monde entier parmi lesquelles les musulmans ont une présence significative. Parmi plus de 300 candidats, le grand jury des Prix a désigné neuf lauréats et 14 finalistes de la catégorie « Interprétation » qui ont reçu des prix, des trophées et des subventions de développement professionnel. À l'occasion de la Fête de la musique, le secrétariat des Prix de Musique a demandé aux lauréats de partager leur ressenti sur la signification des Prix. Leurs déclarations, qui ont été révisées pour les besoins de cette publication, figurent ci-après.

akmi-akma-2019-franghizah_12408_r.jpg


Franghiz Ali-Zadeh lors du concert de gala des Prix Aga Khan de Musique 2019.
Copyright: 
AKDN / Akbar hakim

Franghiz Alizade (Azerbaïdjan), lauréate dans la catégorie « Création »
« En tant que compositrice, ce fut un grand honneur de recevoir un prix dans le domaine de la création musicale. À cette époque tourmentée pour l’ensemble du monde musulman, les Prix de Musique font un travail formidable en faveur du rapprochement des différents pays, nations, religions et cultures. En se fondant sur les traditions riches et ancestrales des peuples de l’Est, les Prix de Musique ont un impact important et favorisent un partage mutuellement enrichissant d’idées créatives entre des personnes ayant différentes professions et visions du monde. »

akmi-akma-2019-talai_bco7478_r.jpg


Darioush Tala'i, lauréat dans la catégorie « Contributions remarquables et durables en faveur de la musique », se produit lors du concert de gala le 31 mars.
Copyright: 
AKDN / Bruno Colaço

Dariush Talai (Iran), lauréat dans la catégorie « Contributions remarquables et durables en faveur de la musique »
« À une époque où tout ce qui concerne la musique semble si simple, où nous subissons la pression de devoir immédiatement rencontrer un certain succès, où nous avons un minimum de temps pour approfondir notre travail et où la popularité sur Internet est vitale, ce prix m’encourage à continuer d’explorer les sources de cette musique [persane] et à continuer de la transmettre dans toute son abondante et infinie richesse. »

akmi-akma-2019-kim-ah_12745_r.jpg


Artyom Kim, représentant l’Omnibus Ensemble, lauréat dans la catégorie « Éducation », reçoit un prix lors des Prix Aga Khan de Musique.
Copyright: 
AKDN / Akbar Hakim

Artyom Kim (Ouzbékistan), directeur artistique de l’Omnibus Ensemble, lauréat dans la catégorie « Éducation »
« La cérémonie des AKMA constitue un forum international pour les individus et les institutions qui façonnent l’avenir de la musique, tant au travers de nouvelles conceptions de son développement que de la mise en œuvre de ces concepts par l’intermédiaire d'une pratique musicale concrète. Il est important pour les penseurs et les artistes de voir leurs idées résonner avec celles de leurs homologues du monde entier, de sortir de leur monde hermétique et d'intégrer la vaste communauté artistique internationale. Pour les lauréats, les Prix représentent une reconnaissance internationale qui peut contribuer à l’amélioration de leurs conditions de travail dans leurs pays respectifs. Au cours du processus de sélection des lauréats, le jury a examiné la situation actuelle de la musique et a défini une orientation artistique, esthétique et éthique pour la communauté artistique internationale. Lorsque l’on étudie le travail créatif de quelqu'un d’autre, on apprend et devient plus riche sur le plan spirituel. »

akmi-akma-2019-badiaa_bco7457_r.jpg


Badiaa Bouhrizi, lauréate dans la catégorie « Inclusion sociale », lors du concert de gala le 31 mars.
Copyright: 
AKDN / Bruno Colaço

Badiaa Bouhrizi (Tunisie), lauréate dans la catégorie « Inclusion sociale »
« Les gardiens de la sagesse ancestrale qui repose au cœur de l’art du son méritent d’être reconnus et récompensés pour leurs réalisations exceptionnelles. Bien plus qu'une simple représentation de formes d’exotisme sonore, leur art crucial joue un rôle dans la survie de la Terre. »

 

 

akmi-akma-2019-sangareah_22520_r.jpg


Oumou Sangaré, lauréate dans la catégorie « Contributions remarquables et durables en faveur de la musique », se produit lors du concert de gala le 31 mars.
Copyright: 
AKDN / Akbar Hakim

Oumou Sangaré (Mali), lauréate dans la catégorie « Contributions remarquables et durables en faveur de la musique »
« Le soutien continu de l’Initiative Aga Khan pour la musique en faveur de la musique est un véritable don. Par la création des Prix de Musique, l’Initiative donne à la musique une visibilité et une reconnaissance au plus haut niveau et établit ainsi un cadre de travail propice à la collaboration et à de formidables expériences musicales. »

 

akmi-akma-2019-sissoko_bco7569_r.jpg


Ballaké Sissoko, lauréat dans la catégorie « Contributions remarquables et durables en faveur de la musique », se produit devant les invités des Prix Aga Khan de Musique le 31 mars.
Copyright: 
AKDN / Bruno Colaço

Ballaké Sissoko (Mali), lauréat dans la catégorie « Contributions remarquables et durables en faveur de la musique »
« Recevoir ce prix est tout d’abord un honneur pour le lauréat, pour qui il véhicule la délicieuse sensation d’être reconnu par le monde qui l’entoure et qui se voit bénéficier d'une sérieuse notoriété en récompense de ses années de travail et d’efforts. Dans mon propre cas, le plaisir et l’honneur sont d’autant plus grands que je suis le premier joueur de kora malien à recevoir un tel prix. De nombreuses personnes autour du monde ne savent pas ce qu’est une kora, et le fait que j’aie reçu ce prix la met merveilleusement en lumière. Il est très important que cet instrument ancestral perdure dans la tradition culturelle de mon pays et que la musique de kora soit diffusée dans les autres pays pour les générations futures. »

akmi-akma-2019-said-ah_12461_r.jpg


Mustafa Said lors du concert de gala des Prix Aga Khan de Musique 2019.
Copyright: 
AKDN / Akbar Hakim

Mustafa Said (Égypte), lauréat dans la catégorie « Interprétation »
« À ma connaissance, il s’agit du premier prix remis à des interprètes de musique modale classique [maqam]. Pour moi, cela représente la reconnaissance d’une grande tradition qui a été presque totalement ignorée et négligée pendant près d'un siècle. Cette musique modale classique s’est développée en Égypte et dans ses environs, une région désormais divisée en de nombreux pays où le nationalisme et le racisme ont poussé les individus à oublier leur passé commun. Je suis plus qu’honoré de tenter de ramener cette musique sur le devant de la scène, non comme un « musée », mais comme une forme vivante, et de continuer à composer et à transmettre la musique aux nouvelles générations qui sont à même de composer, d'interpréter et de perpétuer cette musique comme un art contemporain. »