Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Des bénévoles déchargeant des médicaments et des articles de secours envoyés à Gojal.
    FOCUS
Développement multi-secteurs
Interaction et renforcement mutuel chez les agences de l’AKDN

Le Réseau Aga Khan de développement (AKDN) se compose de nombreuses agences de développement dont le but est d’apporter les ressources et le savoir-faire nécessaires dans un domaine précis. À cet effet, toutes ces agences interagissent entre elles et se renforcent mutuellement.

Par exemple, dans les régions septentrionales du Pakistan, le Programme Aga Khan de soutien rural (AKRSP) coordonne ses activités avec celles des autres agences du Réseau. Ainsi, alors que l’AKRSP a mis sur pied des milliers de petits projets infrastructurels, construit des centaines de microcentrales hydroélectriques, planté des dizaines de millions d’arbres, réhabilité des centaines d’hectares de terres dégradées et mobilisé 4 000 organisations communautaires, les Services de santé Aga Khan (AKHS) ont complété ces activités par la mise en œuvre de services sanitaires.

De leur côté, les Services d’éducation Aga Khan (AKES) ont mis en place des écoles et des programmes d’alphabétisation. L’Université Aga Khan (AKU) de Karachi a formé de nombreux étudiants talentueux qui sont, à terme, retournés aider leurs communautés en qualité de médecins, infirmières ou encore enseignants.

L’Agence Aga Khan pour l’habitat (AKAH) a élaboré des habitats et des centres communautaires parasismiques, déployé des projets d’approvisionnement en eau et d’assainissement, créé plus de 70 solutions d’amélioration de l’habitat à faible coût et dispensé des formations à l’intervention en cas de catastrophe et à la réduction des risques.

Le Fonds Aga Khan pour le développement économique (AKFED) a édifié trois hôtels dans la région, de véritables moteurs économiques qui fournissent des emplois, établissent des normes de services et stimulent l’activité économique en faisant appel à des fournisseurs locaux. L’Agence Aga Khan pour la microfinance (AKAM) a octroyé des milliers de nouveaux prêts et a introduit des solutions de microassurance pour les plus démunis.

Enfin, le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC) a restauré des dizaines de demeures, monuments, sites et espaces publics historiques.