Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Une mère et sa fille utilisent un poêle à haut rendement énergétique à Thatta, dans la province de Sindh, au Pakistan.
    AKDN
  • Une équipe de FOCUS aide la communauté après la vidange brutale d'un lac glaciaire à Badswat, Ishokman, Pakistan.
    FOCUS
  • Évaluation d'un glacier.
    FOCUS
  • Évaluation des dangers et de la vulnérabilité - 2011 - Un géologue vérifie des cartes, Ghizer, Pakistan.
    FOCUS
  • Des participants ayant été formés à la réduction des risques de catastrophe simulent une opération de secours d'urgence dans le cadre de l'atelier « Experience Sharing » (partage de l'expérience), Chitral, Khyber Pakhtunkhwa, Pakistan.
    AKDN / Danial Shah
Habitat

Les activités du Réseau Aga Khan de développement (AKDN) sont coordonnées par deux programmes qui font partie de l'Agence Aga Khan pour l’habitat (AKAH). Les Services Aga Khan pour l’aménagement et la construction (AKPBS) s'attaquent à des enjeux liés à l'environnement construit dans les régions marginalisées du pays, tandis que Focus Assistance Humanitaire Pakistan (FOCUS Pakistan) mène des recherches et conçoit des solutions afin de réduire l'impact des aléas naturels sur les communautés vulnérables.

Ces activités comprennent la formation d'équipes de gestion des situations d'urgence, dont l'objectif est de renforcer la résilience face aux catastrophes tout en renforçant les capacités des membres des communautés en termes de réduction des risques de catastrophe (RRC) et de gestion communautaire des risques de catastrophe. Le projet permet également d'évaluer les dangers et les risques et vise à améliorer l'anticipation des risques grâce à la mise en place d'un système d'alerte précoce (SAP).

L'AKAH a formé des dizaines de milliers de volontaires à la gestion et à l'intervention en cas de catastrophe à travers l'Asie centrale et du Sud, et beaucoup d'autres dans les autres pays où elle œuvre. Le gouvernement pakistanais lui a décerné le prix Sitara-i-Eisaar en reconnaissance de son aide humanitaire lors du tremblement de terre au Cachemire en 2005.