Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Mosquée Badshahi, Lahore, Pakistan. La ville fortifiée de Lahore est réputée pour plusieurs de ses monuments historiques, dont le Fort de Lahore, classé au Patrimoine mondial, ainsi que les mosquées Badshahi et Wazir-Khan.
    Matthieu Paley
  • Des jeunes femmes du nord du Pakistan, principalement issues de familles défavorisées et marginalisées, sont formées dans un atelier de menuiserie à Gilgit, grâce aux Services culturels Aga Khan Pakistan (AKCSP). Actuellement, l'initiative « Women's Social Enterprise » emploie plus de 90 jeunes femmes à travers sept corps de métiers techniques.
    AKDN / Christopher Wilton-Steer
  • Complexe du Fort de Lahore (Shahi Qila), porte d'Alamgiri depuis le pavillon en marbre de Hazuri Bagh, Lahore, Programme Aga Khan en faveur des villes historiques, Pakistan.
    AKDN / Christian Richters
  • Complexe du Fort de Lahore (Shahi Qila), Lahore, Programme Aga Khan en faveur des villes historiques, Pakistan.
    AKDN / Christian Richters
  • Fort de Baltit, Gilgit, Pakistan.
    AKDN / Christopher Wilton-Steer
Développement culturel - Présentation

Le Programme Aga Khan en faveur des villes historiques (AKHCP) au Pakistana restauré plusieurs forts, villages traditionnels, mosquées et espaces publics d'importance dans les hautes vallées de la province du Gilgit-Baltistan dont, notamment, les Forts de Baltit et d'Altit dans la vallée de Hunza et le Fort de Shigar et le Palais de Khaplu, au Baltistan. Plus récemment, l'AKHCP a commencé la réhabilitation de la ville fortifiée de Lahore au Pendjab.

Au Pakistan, le Programme Aga Khan en faveur des villes historiques (AKHCP) œuvre dans divers projets, de la ville fortifiée de Lahore aux ramifications de la route de la soie qui traversent le nord du pays. Il a restauré plusieurs forts, villages traditionnels, mosquées et espaces publics d'importance dans les hautes vallées de la province du Gilgit-Baltistan dont, notamment, les Forts de Baltit et d'Altit dans la vallée de Hunza et le Fort de Shigar et le Palais de Khaplu, au Baltistan. Depuis 2007, l'AKHCP travaille sur la réhabilitation de la ville fortifiée de Lahore, établissant ainsi les bases d'une renaissance socio-économique et, plus récemment, le programme a commencé à se concentrer sur certains aspects du patrimoine moghol de la ville, par le biais du processus de documentation du Fort de Lahore et de la conservation de la mosquée Wazir-Khan.

Le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC) a pour objectif d'améliorer les conditions socio-économiques dans les communautés rurales et urbaines en tirant parti du pouvoir de transformation du patrimoine culturel. Le Trust a constaté que la restauration et la réutilisation adaptative de monuments emblématiques pouvaient soutenir les communautés et leur permettre de se mobiliser pour leur développement global. Les projets de l'AKTC ont permis d'augmenter les opportunités génératrices de revenus au niveau local, de développer les compétences des populations, de favoriser l'utilisation de matériaux locaux et de créer de nouvelles institutions. Le travail du Trust rend aux communautés la fierté et la confiance envers les atouts disponibles et leur donne espoir quant à l'amélioration de leur qualité de vie.

Ce type de conservation communautaire du patrimoine culturel a évolué au cours des années avec l'augmentation des activités de sensibilisation et de l'expérience, ce qui la rend plus inclusive et multiplie les avantages qu'elle offre. La modernisation et la réhabilitation d’habitats historiques autour de monuments patrimoniaux ont déclenché un processus de transformation sociale, permettant aux communauté locales d'accéder plus facilement aux services de base. En parallèle, la conservation de culture matérielle a permis de renforcer la sensibilisation quant à l'environnement immédiat, incitant à un accroissement de l'approvisionnement local en divers matériaux et mettant l'accent sur l'environnement et la durabilité en tant qu'aspects importants du développement culturel de la région.

L'AKTC entrant dans sa troisième décennie d'action au Pakistan, sa mission est devenue encore plus importante dans le contexte des défis auxquels le pays fait face. Le Trust continue de mettre l'accent sur l'importance des arts et de la culture afin de favoriser la compréhension et la collaboration entre les populations dans le Pakistan et à l'étranger, contribuant ainsi à la paix et à la sécurité.

L'AKTC a commencé à œuvrer au nord du Pakistan en 1989, en réponse aux inquiétudes selon lesquelles la culture unique de la région était menacée en raison des développements qui ont suivi la fin du projet de la route de Karakorum en 1978. L'accessibilité améliorée aux vallées isolées du Gilgit-Baltistan, qui étaient intégrées à l'ancienne route de la soie qui traversait l'Asie centrale mais qui étaient restées inaptes à la circulation automobile, couplée à l'impact du tourisme, a enclenché une transformation rapide des coutumes et des modèles économiques locaux. Ces évolutions ont nécessité l'adoption de nouvelles stratégies et procédures adaptées capables d'orienter des changements rapides et continus.

Au Pakistan, les premières interventions majeures de l'AKTC ont été la conservation du Fort de Baltit, dont les premiers éléments remontent à plus de 700 ans, et la stabilisation du centre historique du village de Karimabad, dans la vallée de Hunza. Le projet a été achevé en 1996, mais les initiatives de conservation n'ont pas cessé pour autant. La filiale du Trust au Pakistan, les Services culturels Aga Khan Pakistan (AKCSP), a été fondée en 1991.

aktc-pakistan-171227_r.jpg

Mosquée Maryam Zamani, Programme en faveur des villes historiques, Lahore, Pakistan.
Copyright: 
AKDN / Adrien Buchet
Depuis 2007, l'AKTC est de plus en plus impliqué dans la revitalisation de la ville fortifiée de Lahore, au Pendjab. Connue sous le nom de « Jardins des Moghols » ou de « Cité des jardins » en raison de son riche patrimoine impérial moghol (1524 - 1752), Lahore regorge de superbes édifices et jardins, dont le Fort de Lahore, les jardins de Shalimar (voulus par Shah Jahan) et la mosquée Badshahi. Lahore a atteint son apogée lorsque l'empereur Akbar en a fait la capitale de l'empire moghol de 1584 à 1598.

En 2007, et en collaboration avec le gouvernement du Pendjab et la Banque mondiale, l'AKTC a lancé un programme afin de contribuer à la conservation des monuments moghols de Lahore et de soutenir le développement socio-économique dans les zones environnantes à faible revenu. Le travail du Trust, avec le concours de l'autorité de la ville fortifiée de Lahore (WCLA), comprend une assistance dans la mise en place de politiques efficaces de gestion du patrimoine. Ces initiatives ont permis l'adoption d'une loi (Walled City of Lahore Act) sur la ville fortifiée de Lahore par le gouvernement du Pendjab en 2012.

L'AKTC assiste également le gouvernement du Pendjab dans l'élaboration d'un plan directeur de conservation et de réaménagement de la ville fortifiée. Ce plan, commissionné par le Walled City of Lahore Act de 2012, met l'accent sur la protection et la conservation du précieux centre historique de Lahore et le maintien d'une population résidentielle conséquente dans la vieille ville en améliorant la qualité de vie des habitants. Le plan met en œuvre les nombreuses dispositions de la loi pour inclure le recensement des biens patrimoniaux et l'identification des zones ayant une valeur spécifique, et fournit des lignes directrices pour réglementer l'utilisation des terrains. Comme pour les autres projets de l'AKTC, les projets de restauration devraient servir de catalyseur à la régénération urbaine et économique de l'ensemble de la zone de la ville historique fortifiée.

Les projets de l'AKTC ont remporté plusieurs prix internationaux prestigieux, dont 15 Prix UNESCO-Asie Pacifique pour la conservation du patrimoine culturel.