Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • À Singal, un village pakistanais ayant été détruit par des crues éclair par le passé, l’Agence Aga Khan pour l’habitat aide les habitants à construire des murs de protection des deux côtés de la rivière afin de renforcer les berges et de protéger leurs terres, leurs maisons et leurs biens.
    AKDN / Christopher Wilton Steer
  • Vue extérieure du Centre de prise en charge d’urgence pour les patients atteints de la COVID-19 de Gilgit. Le Centre a été construit en neuf jours à l’aide de modules préfabriqués.
    AKAH
  • Immédiatement après la catastrophe, l'équipe d'évaluation et d'intervention en cas de catastrophe (DART) de l'AKAH Pakistan a évalué les dégâts et priorisé les besoins les plus urgents de la population touchée. Photo : le 28 juillet 2018.
    AKAH
  • Si la rivière qui traverse le village de Gharbochung, au Pakistan, s’élève au-dessus d’un certain niveau en raison de l’arrivée d’une crue éclair, une alarme retentit dans tout le village et donne le signal aux habitants d’évacuer les lieux (le système d’alerte alimenté à l’énergie solaire est visible sur la gauche du pont).
    AKDN / Christopher Wilton-Steer
  • Lors d’une formation à la réduction des risques de catastrophe, les participants simulent une opération de secours d’urgence, Chitral, Khyber Pakhtunkhwa, Pakistan.
    AKDN / Danial Shah
Assistance humanitaire

L'Agence Aga Khan pour lhabitat (AKAH), anciennement Focus Assistance Humanitaire, travaille au Pakistan depuis 1998 dans le but de sauver des vies, de réduire la souffrance et de favoriser la résilience des communautés exposées aux catastrophes naturelles ou d'origine humaine. Elle entraîne notamment des équipes de gestion des situations d'urgence dans le cadre de ses activités humanitaires. Ces équipes ont pour objectif de renforcer la résilience face aux catastrophes tout en renforçant les capacités des membres des communautés en termes de réduction des risques de catastrophe (RRC) et de gestion communautaire des risques de catastrophe.

Le projet permet également d'évaluer les dangers et les risques et vise à améliorer l'anticipation des risques grâce à la mise en place d'un système d'alerte précoce (SAP). L'AKAH a formé des dizaines de milliers de volontaires à la gestion et à l'intervention en cas de catastrophe à travers l'Asie centrale et du Sud, et de nombreux autres dans les autres pays où elle œuvre. Le gouvernement pakistanais lui a décerné le Prix Sitara-i-Eisaar en reconnaissance de son aide humanitaire lors du tremblement de terre au Cachemire en 2005.