Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Ulzhan Baibussynova, artiste kazakhe interprétant une poésie orale.
    AKDN / Kate Vincent
  • Artiste kazakhe Ulzhan Baibussynova.
    AKDN / Kate Vincent
Développement culturel
Son Altesse l'Aga Khan a créé l'Initiative Aga Khan pour la musique (AKMI) en 2000 pour, à l'origine, soutenir le travail des musiciens et des communautés d'Asie centrale au Kazakhstan et ailleurs dans la région pour appuyer, développer et transmettre les traditions musicales faisant partie intégrante de leur patrimoine culturel.

À Almaty, l'AKMI a ainsi soutenu le Kökil Music College et son fondateur et directeur, Abdulhamit Raimbergenov, qui tente d'étendre son approche novatrice de l'enseignement de la musique traditionnelle kazakhe aux enfants par l'intermédiaire du Programme Murager (Patrimoine) qu'il a conçu et élaboré avec l'aide de l'Initiative. Les élèves inscrits à ce programme ne sont pas spécialement sélectionnés pour leur talent musical et la plupart n'ont par ailleurs pas l'intention de devenir musiciens professionnels. En 2014, le Programme Murager a été validé par le Ministère de l'éducation du Kazakhstan comme programme officiel expérimental de musique s'inscrivant dans le cadre des normes nationales pour l'enseignement musical, et le Ministère a donc pris le relais dans le soutien au programme.

La première grande démarche de l'Initiative pour la musique a été la mise en place d'une collaboration pluriannuelle avec le « Silk Road Project » (Projet Route de la soie), une initiative artistique internationale fondée et dirigée par le violoncelliste Yo-Yo Ma.

Les activités mises en place dans le cadre de cette collaboration ont permis de mettre en lumière des musiciens prestigieux d'Asie centrale auprès de publics occidentaux, et de faire venir des musiciens occidentaux en Asie centrale. Un concert et des master class donnés à Almaty, et des concerts en République kirghize et au Tadjikistan s'inscrivent dans les temps forts de ce partenariat. En 2007, Ulzhan Baibussynova, une enseignante émérite du Kökil Music College d'Almaty, figurait dans Music of Central Asia vol. 4: Bardic Divas: Women's Voices in Central Asia (Musique d'Asie centrale volume 4 : Divas bardes : Les voix des femmes en Asie centrale), une collaboration entre l'AKMI en Asie centrale et Smithsonian Folkways Recordings. À propos de ce CD/DVD, Smithsonian écrivait : « de sublimes chansons lyriques bel canto, le style récitatif guttural de la poésie orale nomade, des morceaux humoresques vivants et des lamentations poignantes traitant d'un amour non réciproque constituent cette étude panoramique de la musique contemporaine des femmes d'Asie centrale interprétée par certaines des plus grandes voix de la région. »

La plus importante collaboration a cependant eu lieu en 2002, et a également impliqué l'Institution Smithsonian dans un partenariat à travers lequel l'AKMI a fourni une expertise en matière de conservation et un soutien à une représentation majeure de musiciens et d'artisans d'Asie centrale au Smithsonian Folklife Festival « The Silk Road: Connecting Cultures, Creating Trust » (La Route de la soie : Réunir les cultures, instaurer la confiance). Ce festival de 10 jours, qui prenait place sur le National Mall à Washington, D.C., a attiré 1,3 million de visiteurs. En outre, le lancement du programme « Tradition Bearers » (Porteurs de la tradition) a eu lieu à un moment crucial pour la musique d'Asie centrale lorsque, démoralisés par les difficultés économiques et le manque d'intérêt et de reconnaissance du public, de nombreux musiciens traditionnels avaient décidé d'abandonner leurs carrières d'interprètes et d'enseignants. L'AKMI a alors fait appel à de grands musiciens (ou Ustads) engagés dans la sauvegarde de leur patrimoine culturel, qui n'étaient pas seulement des interprètes et des enseignants de talent, mais qui ont également su faire preuve d'innovation et d'esprit d'entreprise dans leur approche du maintien des traditions musicales.