Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Sima, 22 ans, rend visite au docteur Saeeda après avoir donné naissance à son plus jeune fils - Hôpital de Bâmiyân, Afghanistan.
    AKDN / Kiana Hayeri
  • En Afghanistan, avec seulement deux médecins pour 10 000 personnes, les 30 millions d'habitants du pays peinent à accéder à des soins de santé de qualité en temps voulu. L'Institut médical français pour la Mère et l’Enfant (IMFE), le principal hôpital mères-enfants du pays, est géré par l'Université Aga Khan. Il s'intègre au système de santé élargi de l'AKDN qui, chaque année, fournit des soins de santé primaires et thérapeutiques de qualité à plus de 1,6 million d'Afghans.
    FMIC
  • Service pédiatrique de l’Hôpital de Bâmiyân, en Afghanistan, géré par les Services de santé Aga Khan (AKHS) depuis 2004. Le 17 février 2019, les AKHS ont repris la gestion des établissements de santé des provinces de Bâmiyân et du Badakhchan dans le cadre du projet Sehatmandi, dont l’objectif est d’accroître le recours à des services de santé, de nutrition et de planification familiale dans le pays ainsi que leur qualité.
    AKDN / Kiana Hayeri
  • Depuis 2006, l'Institut médical français pour la Mère et l’Enfant (IMFE) de Kaboul a investi plus de 16 millions de dollars dans son programme de protection sociale pour les patients, ce qui a changé la vie de plus de 200 000 personnes à travers les 34 provinces de l'Afghanistan.
    AKDN / Tina Hager
  • Depuis 2004, l'AKDN a formé plus de 430 sages-femmes dans le pays, soit 10 % du total d'employés de la profession. La formation de sages-femmes joue un rôle vital dans la réduction de la mortalité maternelle qui, en Afghanistan, est passée de 1 600 pour 100 000 naissances vivantes en 2003 à moins de 400 pour 100 000 naissances vivantes en 2015.
    AKDN / Sandra Calligaro
Santé

Le gouvernement afghan, le Réseau Aga Khan de développement (AKDN) et ses partenaires travaillent ensemble à la reconstruction de l'infrastructure sanitaire du pays. Les programmes de l'AKDN couvrent ainsi les postes de santé comme les hôpitaux, mais incluent également la formation médicale. Chaque année, le Réseau fournit des soins de santé primaires et thérapeutiques à plus de 1,6 million de patients par l'intermédiaire d'un système de santé accrédité par l'Organisation internationale de normalisation (ISO). Ce système compte quatre hôpitaux, 12 dispensaires et établissements de soins généraux, 11 centres auxiliaires, une clinique pénitentiaire et plus de 125 postes de santé.