Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • En 2008, l'AKDN a commencé la restauration de la Citadelle Ikhtyaruddin à Hérat, en collaboration avec le gouvernement afghan.
    AKDN / Simon Norfolk
  • Restauration du sanctuaire historique de Khwaja Parsa dans la vieille ville de Balkh, province de Balkh, Afghanistan.
    AKDN / Simon Norfolk
  • La maison Akram restaurée dans le quartier historique d'Asheqan wa Arefan, à Kaboul, en Afghanistan, qui est utilisée pour la formation professionnelle continue dans le cadre d'une initiative socio-économique plus large dans le district 1.
    AKDN / Christian Richters
  • Les jardins de Bagh-e babur, Kaboul, Afghanistan.
    AKDN / Simon Norfolk
  • Tombe de Babur restaurée, Bagh-e babur, Kaboul, Afghanistan.
    AKDN / Christian Richters
Développement culturel - Présentation

Par l'intermédiaire de ses activités de développement culturel, le Réseau Aga Khan de développement (AKDN) a pour objectif de conserver et de restaurer le patrimoine culturel de l'Afghanistan, tout en stimulant le développement économique local et en améliorant la qualité de vie des quartiers environnants.

Kaboul

En 2002, l'AKDN a initié la réhabilitation des jardins clos et en terrasses de Bagh-e Babur, qui abritent la tombe de Babur, le fondateur de l'empire moghol. Dans les jardins, l'AKDN a, entre autres, restauré les remparts et le palais de la reine, réparé des canaux d'eaux, reconstruit un caravansérail pour libérer de l'espace afin d'accueillir les visiteurs, d'installer des magasins et des bureaux, et a replanté des arbres souvent privilégiés par les moghols. Plusieurs activités de modernisation communautaire ayant fait l'objet d'initiatives conjointes d'aménagement de la zone avec la municipalité de Kaboul ont également été mises en place, permettant l'amélioration des systèmes d'approvisionnement en eau et d'assainissement pour 10 000 habitants de la zone résidentielle environnante.

Dans le centre de Kaboul, l'AKDN a restauré un imposant mausolée du 19e siècle abritant la tombe de Timour Shah, le roi qui a fait de la ville la capitale afghane, remplaçant ainsi Kandahar. L'espace ouvert environnant a été réhabilité et aménagé afin de créer un parc vert au cœur de la ville.

Depuis 2003, les quartiers de la vieille ville de Kaboul ayant souffert de la guerre font l'objet d'un programme de l'AKDN (le Trust Aga Khan pour la culture) dont l'objectif est de conserver les principaux édifices historiques, dont des demeures, des mosquées, des sanctuaires et des équipements publics. Les travaux de modernisation ont également permis l'amélioration des conditions de vie de quelques 15 000 habitants de la vieille ville dans les quartiers d'Asheqan wa Arefan, de Chindawol et de Kuche Kharabat.

aktc-afghanistan-baghebabur1144_r.jpg

Les jardins de Bagh-e Babur, Kaboul, Afghanistan.
Copyright: 
AKDN / Simon Norfolk
En 2016, le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC) avait : 
  • restauré 12 demeures résidentielles et 15 édifices publics historiques ;
  • réhabilité trois espaces publics ouverts (dont le projet, toujours en cours, des jardins Chihilsitoon) ;
  • pavé plus de 22 000 m² de voies piétonnes, de trottoirs et de rues ;
  • modernisé 134 maisons par l'intermédiaire de subventions et d'un appui technique ;
  • alphabétisé et formé 5 454 jeunes à la charpenterie, à la sculpture sur bois, à la maçonnerie, au plâtrage traditionnel, à la couture, à la broderie, au tissage de tapis et de kilims et à l'horticulture ; et
  • créé plus de 915 000 jours de travail pour des ouvriers qualifiés et non qualifiés.

Pour tout complément dinformation, veuillez vous rendre sur : restauration à Kaboul.

Hérat

Dans l'ouest de l'Afghanistan, à Hérat, une série de travaux de documentation, de conservation et de modernisation est menée depuis 2005 dans les quartiers historiques subsistants de la vieille ville. Ces travaux sont menés parallèlement à des initiatives de soutien pour améliorer la gestion urbaine et la gouvernance dans la ville. En outre, des travaux de restauration ont été entrepris sur un important complexe de sanctuaire timouride à Gazorgah, au nord-est de la ville.

aktc-afghanistan-170043.jpg

La Citadelle de Herat restaurée, Afghanistan.
Copyright: 
AKDN / Simon Norfolk
En 2016, l'AKTC avait :
  • restauré 40 édifices et monuments publics ;
  • pavé cinq espaces publics ouverts réhabilités, 35 000 m² de voies piétonnes, de trottoirs et de rues et réhabilité sept demeures ;
  • modernisé 60 maisons par l'intermédiaire de subventions et d'un appui technique ;
  • formé 75 apprentis supervisés par 15 maîtres-artisans, 120 ouvriers qualifiés, et 30 jeunes à la menuiserie, à la maçonnerie et à la verrerie ; et
  • créé 507 000 jours de travail pour des ouvriers qualifiés et non qualifiés.

Pour tout complément dinformation, veuillez vous rendre sur : restauration à Hérat

Balkh

Le Trust a également participé à un certain nombre de mesures de revitalisation à Balkh, concernant, notamment, la mosquée Noh Gombad et le sanctuaire d'Abu Nasr Khwaja Parsa.

aktc-afghanistan-169801.jpg

Travail de restauration dans la Mosquée Noh Gunbad à Balkh, Afghanistan.
Copyright: 
AKTC
En 2016, l'AKTC avait :
  • restauré 12 monuments ;
  • réhabilité deux espaces publics ouverts ;
  • pavé 10 000 m² de voies piétonnes, de trottoirs et de rues ;
  • soutenu la formation de 68 apprentis supervisés par 10 maîtres-artisans grâce à des initiatives de conservation ;
  • formé 110 hommes à la charpenterie, à la maçonnerie et à la fabrication de dalles, et 47 jeunes femmes à la couture ; et
  • créé 170 000 jours de travail pour des ouvriers qualifiés et non qualifiés.

Pour tout complément dinformation, veuillez vous rendre sur : restauration à Balkh

Musique traditionnelle

aktc-afghanistan-music-heritage-169909.jpg

Récital publique par les musiciens de l'Initiative Aga Khan pour la musique.
Copyright: 
AKTC
Dans le cadre d'une autre initiative, et dans le but de préserver et de développer le patrimoine culturel de l'Afghanistan, l'AKDN a créé deux écoles de musique classique afghane à Kaboul et à Hérat. Les bouleversements de la guerre ont menacé de faire disparaître la tradition musicale classique en Afghanistan. Dans le cadre du programme de formation « Ustad-Shagird » (maître-apprenti) lancé en 2003, de grands musiciens enseignent à des élèves sélectionnés au mérite, afin de préserver et de transmettre cette tradition musicale. Les élèves peuvent apprendre à jouer, entre autres, du rubab, du dilruba, de la sorud, du dutar et du sitar.