Egalement disponible en:

Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Les catastrophes naturelles sont lourdes de conséquences pour les communautés pauvres. En plus de la perte de vies humaines, un affaiblissement annuel des biens peut renforcer la pauvreté. L'AKDN contribue à renforcer la résilience des communautés dans les régions exposées aux risques en installant des systèmes d'alerte précoce (SAP), en déplaçant les maisons et les écoles sur des terrains plus élevés, en constituant des stocks d'articles essentiels et en formant des équipes locales d'intervention d'urgence, comme l'équipe ci-contre, qui a été formée par l'Agence Aga Khan pour l'habitat, en exercice près de Douchanbé, au Tadjikistan.
    AKDN
  • Les équipes d'intervention en cas d'urgence scolaire (SERT) participent à une simulation de recherche et de sauvetage dans le cadre de leur formation sur le renforcement des capacités. Les SERT sont composées à plus de 50 % de femmes.
    FOCUS
  • Au Tadjikistan, des géologues de FOCUS identifient et cartographient les risques naturels de la région.
    FOCUS
  • Une école réhabilitée par FOCUS et construite avec une structure sismique spéciale à Sadnay, dans la région autonome du Haut-Badakhchan, au Tadjikistan.
    AKDN / Jean-Luc Ray
  • Dans les zones en haute altitude du Pakistan, FOCUS organise des simulations avec des organisations partenaires spécialisées pour s'assurer que ses équipes de recherche et de sauvetage disposent des meilleures compétences et sont prêtes à être déployées à tout moment.
    FOCUS
Préparation aux catastrophes

Une partie importante du travail de l'Agence Aga Khan pour l'habitat (AKAH) se concentre sur les initiatives communautaires de réduction des risques de catastrophes (RRC) et sur la gestion des situations d'urgence en cas de catastrophes. Les initiatives mises en place pour sensibiliser les communautés urbaines et rurales aux risques de catastrophes visent à renforcer les capacités locales des populations pour mieux se préparer et mieux résister aux catastrophes naturelles qui sévissent dans leurs régions respectives.

Voici la méthodologie que l'AKAH emploie dans ses programmes de réduction des risques de catastrophes, de préparation et de réponse :

En collaboration avec les gouvernements et les communautés locaux, l'AKAH met en œuvre un large éventail de programmes de réduction des risques de catastrophes, notamment en Asie du Sud et en Asie centrale. Ces programmes comprennent une éducation en matière de préparation aux catastrophes, des initiatives de formation et de sensibilisation spécialisées, des évaluations des risques et des projets d'atténuation à petite échelle pour tous les niveaux de structures communautaires et institutionnelles, comme la construction de murs de soutènement en cas d'inondations, le renforcement de ponts piétonniers et routiers et la création de canaux d'irrigation.

En collaboration avec les communautés locales, l'AKAH a également déplacé des bâtiments vulnérables qui étaient situés dans des régions présentant un risque sismique (tels que des écoles ou des établissements de santé), et a construit des voies d'évacuation, des abris protégés et constitué des stocks de vivres destinés à ces communautés.

En investissant dans la formation de professionnels et de bénévoles au niveau local, l'AKAH est en mesure d'améliorer les capacités locales, en particulier dans les régions reculées de haute montagne. Grâce à ses programmes de réduction des risques de catastrophes, l'Agence aide les communautés vulnérables à répondre très rapidement aux situations d'urgence, sans dépendre uniquement des aides humanitaires. Cela permet aux bénévoles formés d'être les premiers à intervenir en cas de catastrophe et, surtout, de s'appuyer sur leur connaissance du terrain, de la langue et de la culture locales.

Les équipes de gestion des situations d'urgence s'entraînent à faire face aux catastrophes tout en évaluant les dangers et les risques. Elles travaillent également pour améliorer l'anticipation des risques par la mise en place de systèmes d'alerte précoce (SAP). À ce jour, l'AKAH a formé plus de 36 000 volontaires à la gestion et à la réponse face aux catastrophes à travers tout le Pakistan, et beaucoup d'autres dans les autres pays où elle œuvre. Le gouvernement pakistanais lui a décerné le prix Sitara-i-Eisaar en reconnaissance de son aide humanitaire lors du tremblement de terre au Cachemire en 2005.

focus-tajikistan-mitigation_project.jpg


Dans les zones de haute montagne du Badakhchan, au Tadjikistan, FOCUS travaille conjointement avec les communautés locales pour construire des canaux d'irrigation et des sentiers et mettre en place d'autres projets d'atténuation structurelle pour protéger les communautés des effets des avalanches, des inondations, des coulées de boue et des chutes de pierres.