Egalement disponible en:

Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • La coupole et le minaret illuminés du complexe de Khayrbek, intégré à un programme de restauration en cours mené par le Trust Aga Khan pour la culture à Darb Al-Ahmar, Le Caire, Égypte.
    AKTC
  • Grande mosquée de Djenné, façade sud-est après restauration, Djenné, Mali.
    AKDN / Christian Richters
  • Plafond restauré de la Sunder Burj, pépinière de Sunder, New Delhi, Inde.
    AKTC
  • Les jardins de Bagh-e Babur attirent chaque année plus de 400 000 visiteurs depuis qu'ils ont été restaurés par le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC). L'AKDN a investi plus d'un milliard de dollars dans le développement économique, social et culturel de l'Afghanistan.
    AKDN / Christian Richters
  • Mur ayyoubide après restauration, Le Caire, Égypte.
    AKDN / Christian Richters
Villes historiques : présentation
Dans sa troisième décennie d'activité, le Programme Aga Khan en faveur des villes historiques (AKHCP) œuvre sur des projets de régénération dans des zones historiques de manière à stimuler le développement social, économique et culturel. Son objectif principal est d'améliorer les vies des habitants de ces zones historiques tout en encourageant des modèles qui permettront à ces améliorations de perdurer. Le Programme a démontré que la création de parcs et de jardins, la conservation d'édifices emblématiques, l'amélioration du tissu urbain et la revitalisation du patrimoine culturel (dans de nombreux cas, les seuls atouts dont les communautés disposent) peuvent constituer un catalyseur du développement social.

La notion de culture comme un atout plutôt que comme un luxe est un sujet encore controversé dans de nombreuses régions défavorisées du monde. En conséquence, une grande partie du patrimoine culturel, dont une importante part se trouve dans le monde musulman, est en danger, étant donné que d'autres besoins sont considérés prioritaires. La question centrale est donc de savoir comment la culture, intégrée à des instruments de développement plus traditionnels, peut être mise à profit pour améliorer les conditions de vie dans des contextes urbains, défavorisés et même isolés. Comment la culture peut-elle permettre de créer de l'emploi, d'augmenter les revenus, d'influer sur le bien-être, d'améliorer la santé et les espaces urbains, de renforcer le respect pour la diversité, voire de rétablir la fierté et l'espoir ?

Par l'intermédiaire de ses projets, l'AKHCP a prouvé qu'il était possible d'avoir un impact positif bien au-delà de la conservation, en favorisant une bonne gouvernance, la croissance de la société civile, l'augmentation des revenus et des opportunités économiques, un plus grand respect des droits de l'homme et une meilleure gestion environnementale, même dans les régions les plus défavorisées et les plus pauvre du monde.

aktc-egypt-87420.jpg


Travaux de conservation dans le complexe funéraire de l'émir Aqsunqur (mosquée bleue), Le Caire, Égypte.