Egalement disponible en:

Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Une mère et sa fille utilisent un poêle à haut rendement énergétique à Thatta, dans la province de Sindh, au Pakistan.
    AKDN
  • Internationalement reconnu par la Banque mondiale et par les Prix mondiaux de l'habitat, le Programme de construction et d’amélioration de l’habitat (BACIP) combat les problèmes socio-économiques du Pakistan avec des solutions respectueuses de l'environnement.
    AKDN / Pervaiz Khan
  • Le Programme de construction et d’amélioration de l’habitat (BACIP) a conçu plus de 15 000 mesures d'amélioration de l'efficacité énergétique et des conditions de vie, comme ces poêles à haut rendement énergétique et sans fumée, qui ont été installés dans divers foyers d'Asie du sud et d'Asie centrale.
    AKDN / Jean-Luc Ray
  • La conception BACIP d'une contre-fenêtre recouvrant le traditionnel trou de fumée sur le toit d'une maison. La fenêtre peut être ouverte pour laisser entrer de l'air frais en été, mais elle peut être fermée de l'intérieur pour éviter de laisser entrer le froid.
    AKDN / Jean-Luc Ray
  • Les poêles sans fumée, mis au point, testés et installés par les Services Aga Khan pour l’aménagement et la construction (AKPBS), contribuent à l'amélioration de la qualité de vie des familles pauvres de la forêt de Gir, dans le Gujarat en Inde, notamment auprès des femmes et enfants de moins de cinq ans, qui souffrent d’une pollution de l’air intérieur atteignant des niveaux inacceptables.
    AKDN / Jean-Luc Ray
Logement et habitat

Le Programme de construction et d’amélioration de l’habitat (BACIP) a conçu plus de 70 produits pour l'amélioration de l'efficacité énergétique et des conditions de vie, comme des poêles à haut rendement énergétique et sans fumée, qui ont été installés dans divers foyers d'Asie du sud et d'Asie centrale. Lancé en 1997 par les Services Aga Khan pour l’aménagement et la construction (AKPBS), le programme a également permis la formation d'entrepreneurs et de plus de 1 900 artisans en maçonnerie, en plomberie, en électricité, et dans bien d'autres domaines.

La diminution des ressources naturelles, et notamment la perte de feuillage et de couverture forestière, s'est accélérée à un rythme alarmant, entraînant une dégradation des terres et une déstabilisation des sols, qui, à leur tour, ont entraîné un affaiblissement des perspectives économiques pour les habitants et même la perte de vies humaines (en raison de glissements de terrain et d'inondations liés à la déforestation). L'une des principales causes de cette déforestation est l'utilisation du bois dans les constructions d'habitats et comme combustible.

Dans des régions comme le nord du Pakistan, on estime qu'environ 15 % de tous les revenus des ménages sont dépensés pour le chauffage, la cuisine et l'entretien des maisons. Le BACIP a été mis en place comme programme de recherche et de vulgarisation pour répondre à ce défi. Grâce à ses activités de recherche, de développement de solutions, d'essais sur terrain et de développement de marchés mises en place, le BACIP a, au cours des 10 dernières années, développé plus de 40 types différents d'installations à haut rendement énergétique et d'amélioration de l'habitat. Les installations d'amélioration de l'efficacité énergétique et des conditions de vie conçues dans le cadre du programme ont été mises en place dans plus de 30 000 foyers. En voici quelques-unes, parmi les plus importantes :

  • Des poêles à haut rendement énergétique et des installations connexes pour chauffer l'eau en utilisant le même combustible ;
  • Des fenêtres à double vitrage installées sur les toits afin d'avoir une meilleure luminosité tout en conservant la chaleur ;
  • L'isolation des planchers, des murs et des techniques de traitement des toitures pour améliorer l'efficacité thermique ;
  • Des étais en fer galvanisé légers et peu coûteux pour les murs afin de renforcer les habitations contre les séismes ;
  • Des cuisinières et des chauffe-eau solaires pour économiser le combustible.
  • En moyenne, les techniques du BACIP, lorsqu'elles sont mises en place, peuvent permettre de :
    • Réduire la consommation de biomasse jusqu'à 60 %, (environ 3,3 tonnes par mois ou 30 à 36 dollars par mois) ;
    • Réduire jusqu'à 50 % l'incidence des affections pulmonaires aigües, de pneumonie et d'autres maladies chez les femmes et les enfants (surtout durant les périodes hivernales) ;
    • Économiser sur les dépenses liées à la santé des ménages, pour gagner environ 58 dollars par an ;
    • Augmenter de 25 % le revenu disponible des ménages ;
    • Réduire de 10 % les coûts récurrents d'entretien ménager.