Vous êtes ici

Vous êtes ici

De l’eau potable pour le Pakistan

Plus de la moitié des Pakistanais n’ont pas accès à l’eau potable et n’ont d’autre choix que de consommer l’eau provenant de la seule source disponible dans leur village, quelle que soit sa qualité. Avec l’aide des communautés auprès desquelles elle travaille, l’Agence Aga Khan pour l’habitat (AKAH) identifie les sources d’eau dans les villages ciblés, fait analyser la qualité de cette eau par ses experts, met en place des infrastructures d’approvisionnement en eau, construit des réservoirs de stockage et installe un robinet dans chacun des foyers de ces villages. Grâce à ces actions, plus de 500 000 Pakistanais ont désormais un accès direct à l’eau potable chez eux.

Cette galerie de photographies présente l’infrastructure existante, qui repose largement sur un système de canaux acheminant l’eau de plusieurs ruisseaux vers les villages pour permettre aux habitants de cuisiner, de répondre aux besoins de leurs familles et d’irriguer leurs cultures. Elle met également en lumière le travail entrepris par l’AKAH pour améliorer la qualité de vie de ces villageois habitués à consommer une eau insalubre.

Le programme phare de l’AKAH, le Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement (WASEP), a été lancé en 1997 dans le but de fournir des services intégrés d’approvisionnement en eau aux communautés locales et de contribuer à prévenir les maladies hydriques grâce à l’amélioration des pratiques d’hygiène et d’assainissement. Le renforcement des capacités des communautés au regard de la mise en place et du maintien de ces services est un élément essentiel de l’approche intégrée du WASEP. Les communautés sont également responsables du fonctionnement et de l’entretien des systèmes et contribuent aussi à un fonds pour couvrir les salaires des opérateurs et des agents de santé, et le coût des pièces détachées.

Le WASEP a remporté plusieurs distinctions, dont le Prix Dubai International for Best Practices (DIABP), qui a été remis à l’AKAH pour « l’impact tangible résultant du transfert d’un ou plusieurs éléments suivants : idées, compétences, processus, connaissances ou savoir-faire et technologie ; pour les changements apportés dans les politiques ou les pratiques ; et pour la durabilité du transfert de ces éléments dans le cadre d’un processus continu d’apprentissage et de changement ».