Vous êtes ici

Vous êtes ici

Ouvrir la formation professionnelle aux jeunes Afghans

En 2015, le Centre de formation professionnelle Jangalak, une entité du Service culturel Aga Khan, Afghanistan (AKCS,A), a été créé à Kaboul afin d’améliorer les moyens de subsistance des communautés locales, notamment des jeunes, et de leur ouvrir l’accès à diverses formations professionnelles. Principalement proposées aux jeunes femmes et hommes âgés de 15 à 25 ans, les formations y sont axées sur les métiers liés à la riche histoire matérielle et artisanale de l’Afghanistan : sculpture sur bois, tissage de tapis, couture, menuiserie, broderie et fabrication de maquettes en bois, de jalis (écrans sculptés), de carreaux de mosaïque ou encore de rubabs.

Les formations sont organisées de manière à offrir des perspectives similaires aux jeunes femmes comme aux jeunes hommes. Si les diplômés du Centre peuvent chercher un emploi sur le marché local à la fin de leur formation, ils peuvent également créer leur propre micro-entreprise et lancer leur activité soit depuis leur domicile, soit depuis une petite échoppe à louer dans leur quartier. La couture, la broderie et le tissage de tapis sont trois corps de métier qui permettent à certaines femmes de travailler à domicile et de contribuer à l’autonomie financière de leur foyer lorsqu’elles n’y sont pas autorisées dans une autre mesure.

Récemment, une section design a été créée au sein du centre. Elle met à disposition des apprentis des modèles traditionnels et contemporains à produire. Les différents objets qu’ils fabriquent sur la base de ces modèles sont ensuite exposés dans le hall d’exposition de l’établissement.