Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Ziyaan Virji, élève de l’Académie Aga Khan de Mombasa, parle devant un public de jeunes à l’événement TechFest 2.0 à propos de sa mission d’autonomiser les femmes par l’intermédiaire de son organisation Affordable and Accessible Sanitation for Women (AASW - Hygiène accessible et abordable pour les femmes).
    AKDN
Un élève de l'Académie Aga Khan de Mombasa lauréat du Prix Diana

Mombasa, Kenya, le 13 août 2019 - Ziyaan Virji, 17 ans, élève à l’Académie Aga Khan de Mombasa, au Kenya, a reçu le Prix Diana en reconnaissance de son travail visant à améliorer de manière durable la vie des personnes qui l’entourent. Créé en mémoire de la Princesse Diana, le Prix Diana est considéré comme l'une des plus hautes distinctions qu’une jeune personne puisse recevoir en reconnaissance de son action sociale ou humanitaire.

M. Virji a ainsi été récompensé pour avoir créé l’organisation Affordable and Accessible Sanitation for Women (AASW - Hygiène accessible et abordable pour les femmes), qui a permis à près de 300 jeunes femmes d’accéder à des produits d’hygiène menstruelle dans six pays différents, à savoir le Kenya, la Tanzanie, le Pakistan, l’Inde, le Nigéria et les Émirats arabes unis. Au cours des 12 prochains mois, l’AASW prévoit d’étendre son travail et de venir en aide à plus de 1 000 jeunes femmes.

L'histoire de la création de l’AASW commence en 2017. Alors qu’il travaillait sur son « Projet personnel », un projet approfondi de recherche, dans le cadre du programme du Baccalauréat International à l’Académie, Ziyaan fut stupéfait d’apprendre que 500 millions de femmes n’avaient pas accès aux produits d’hygiène menstruelle nécessaires à travers le monde.

En réponse à cela, et pour assurer la durabilité de son projet au-delà du milieu scolaire, il a lancé l’AASW. L’AASW est désormais une organisation dont les membres sont tous de jeunes bénévoles, élèves du secondaire et âgés de 13 à 18 ans. Gérée avec le soutien du personnel de l’Académie, l’AASW travaille auprès d'organisations locales afin de concevoir et de distribuer des protections périodiques réutilisables et de transmettre aux jeunes femmes les compétences nécessaires pour qu’elles et leurs communautés accèdent à l’hygiène menstruelle.

L’organisation travaille en étroite collaboration avec son partenaire communautaire Tunaweza Women with Disabilities pour concevoir et distribuer des protections périodiques lavables (donc réutilisables), économiques, écologiques et sans gêne. Ces protections peuvent être utilisées pendant trois ans, sont intégralement biodégradables et coûtent entre trois et cinq dollars. Les serviettes sont en outre fabriquées avec un tissu africain coloré (leso/kitenge) dont la doublure en feutre est amovible de sorte qu’elles ne ressemblent pas à une protection classique. À terme, l’AASW souhaite ouvrir des perspectives entrepreneuriales pour permettre aux jeunes femmes de s’autonomiser, de sortir du cercle vicieux de la pauvreté et d’aider le reste de leur communauté à accéder à l’hygiène menstruelle.

Ziyaan croit que la « précarité menstruelle » est un combat qui concerne toute l’humanité, car « il n’y aurait pas de vie sans cycle de reproduction ». L’organisation met également en œuvre des sessions de formation pour les jeunes garçons et filles afin de briser les tabous sociaux autour des menstruations. L’AASW a déjà organisé ce genre d’événements à l’Académie et son partenaire principal, l’École Unity de Bombolulu. Elle organise également des sessions entre les femmes de l’ONG Tunaweza et les jeunes filles de l’École Unity afin que ces dernières apprennent à fabriquer leurs propres serviettes réutilisables. Ainsi, les jeunes filles ayant participé à ces formations sont en mesure de soutenir d’autres jeunes femmes et filles de leurs communautés, qui se voient offrir de nouvelles perspectives économiques.

Après avoir reçu le prix, Ziyaan a déclaré : « Je suis véritablement honoré de recevoir ce prestigieux prix international et d’être reconnu pour mon travail en mémoire de la Princesse Diana. J’aimerais remercier ma famille, mes amis, mes tuteurs et, par-dessus tout, mon école, pour leur soutien continu et leurs conseils, qui m’ont aidé à trouver et concrétiser mon but : aider les jeunes femmes à accéder à l’hygiène menstruelle à travers le monde. »

Ziyaan est un élève de l’Académie Aga Khan de Mombasa, où il est désormais en dernière année du Programme du diplôme du Baccalauréat International. Lors d’une entrevue précédente, Ziyaan avait déclaré : « l’Académie m’a beaucoup appris sur l’ensemble du processus de service communautaire, et en particulier sur l’idée du cycle de ce processus et sur le fait d’adopter une approche durable en travaillant auprès des communautés. Ces connaissances m’ont aidé à créer mon modèle d’approche unique. »

Les notions de pluralisme, d’éthique et de société civile font partie des éléments uniques intégrés au programme d’études des Académies, qui est conçu pour transformer les élèves d’aujourd'hui en leaders de demain. Ce programme est élaboré avec l’espoir que les élèves développent une attitude favorable à la citoyenneté globale et un désir d’améliorer la qualité de vie des personnes parmi lesquels ils vivent. 

NOTES

Le Prix Diana a été créé il y a 20 ans et est remis à de jeunes personnes qui sont sources d’inspiration aussi bien dans tout le Royaume-Uni qu’autour du monde. Cette récompense fut instaurée en mémoire de Diana, Princesse de Galles, qui avait la conviction que les jeunes ont le pouvoir de changer le monde. Le Prix est soutenu par ses fils, le Duc de Cambridge et le Duc de Sussex. Les candidats à cette récompense doivent avoir entre 9 et 25 ans et doivent avoir lancé leur activité depuis au moins 12 mois. Ils sont distingués selon cinq critères : vision, impact social, engagement des jeunes, parcours du processus de service communautaire et manière dont leur projet inspire les autres.

L’Académie Aga Khan de Mombasa, une entité du Réseau Aga Khan de développement (AKDN), est la première école d'un réseau de 18 Académies prévues à travers l’Afrique, l’Europe, l’Asie centrale, l’Asie du Sud et le Moyen-Orient. Chacune des Académies est conçue pour offrir une formation d’envergure internationale à des élèves exceptionnels ayant un fort potentiel de leadership. Les admissions se font au mérite et une aide financière est disponible pour que les élèves ayant des besoins avérés puissent y étudier. Le pluralisme est une valeur centrale du programme d’études de l’Académie de Mombasa, dont le corps étudiant reflète toute la diversité de l’Afrique de l’Est et compte des élèves issus de tous les milieux socio-économiques. L’Académie est une école du monde du Baccalauréat International (IB). Elle propose ainsi un programme de l’IB ancré dans le contexte local, mais également pertinent à l’échelle internationale. Les diplômés de l’Académie obtiennent régulièrement des places et des bourses dans les meilleures universités du monde. En décembre 2018, l’Académie a célébré ses 15 ans. Pour tout complément d'information sur l’Académie, cliquez sur le lien suivant : http://www.agakhanacademies.org/mombasa