Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Son Excellence le Président Marcelo Rebelo de Sousa, Son Altesse l'Aga Khan et le prince Amyn Aga Khan avec les lauréats, les finalistes, le comité directeur, le grand jury et le secrétariat des Prix Aga Khan de Musique 2019.
    AKDN / Akbar Hakim
Les lauréats des Prix Aga Khan de Musique reçoivent une dotation de 500 000 dollars

Dix lauréats ont reçu un prix dans six catégories.

Lisbonne, Portugal, le 31 mars 2019 – Les Prix Aga Khan de Musique (AKMA) se sont terminés avec l’annonce du lauréat de la catégorie « Interprétation », la répartition d’une dotation de 500 000 dollars et un concert final réunissant les dix lauréats des six catégories, originaires de 13 pays d’Asie, d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Europe et d’Amérique du Nord, dans une célébration de la diversité et du pluralisme à travers la musique. Un Prix d’excellence a également été décerné.

Les prix ont été remis par Son Altesse l'Aga Khan, le Président de la République du Portugal, Professeur Marcelo Rebelo de Sousa, et le prince Amyn Aga Khan.

« Ces Prix marquent le début d'un long voyage commun. Vous et nous, avec à l’esprit la paix dans le monde, le multilatéralisme, le dialogue et la lutte commune contre l'intolérance ; et la musique est une excellente manière de parvenir à cela », a déclaré le Président.

« Les forces technologiques qui refaçonnent notre monde aujourd’hui impliquent que nos voisins qui vivent de l’autre côté de la planète sont aussi proches de nous que nos voisins qui vivent de l’autre côté de la rue », a déclaré Son Altesse l'Aga Khan lors de son discours. « Dans un tel monde, la paix et le progrès nécessitent que nous favorisions un programme pluraliste et que nous investissions dans une éthique cosmopolite. Ces Prix de musique sont un investissement dans ce sens. »

Les Prix de musique ont été créés par Son Altesse l'Aga Khan pour récompenser la créativité, l'engagement et les initiatives tenant de l’exceptionnel en matière d'interprétation, de création, d'enseignement, de préservation et de revitalisation de la musique, à travers le monde, dans les sociétés où les musulmans ont une présence significative.

Plus tôt dans la journée, d’éminentes figures du domaine des arts et de la musique se sont réunies pour prendre part à des débats sur le concept, la vision et l’impact des AKMA. Organisé sous la forme d'une table ronde, ce séminaire avait pour sujets plusieurs thèmes distincts, mais pourtant connectés, tels que la stratégie derrière les Prix, le rôle de la musique dans le développement, la revitalisation du patrimoine culturel et la vision future des Prix. Des membres du grand jury, du comité directeur et du secrétariat des Prix ont participé à cette table ronde, qui était animée par Sir Jonathan Mills, directeur du Sommet international de la culture d'Édimbourg.

Partageant son ressenti après avoir assisté aux concerts de la catégorie Interprétation hier, Ara Guzelimian, recteur et doyen de la Juilliard School de New York a déclaré, « Je me sens simplement mieux vis-à-vis de notre monde, et si c’est un cadeau que nous offrent là les Prix de Musique, alors il ne peut y en avoir de meilleur ». Le Prix de la catégorie « Interprétation », annoncé hier soir, a été remis au joueur de oud et chanteur égyptien Mustafa Said. Mustafa Said est également un compositeur, musicologue et enseignant de musique qui a appris très jeune à lire et à écrire la musique en braille.

Voici la liste des finalistes de la catégorie « Interprétation » qui se sont produits devant le grand jury le 30 mars : Ahmad Al Khatib, oud (Palestine) ; Shahou Andalibi, ney persan (Iran) ; Nai Barghouti, chant et flûte (Palestine) ; Huda Asfour, oud et kanoun (Palestine) ; Sougata Roy Chowdhury, sarod (Inde) ; Burak Kaynarca, oud (Turquie) ; Asin Khan Langa, chant et sarangi (Inde) ; Ejaz Sher Ali Khan, chant et harmonium (Pakistan) ; Arash Mohafez, santour (Iran) ; Abeer Nehme, chant (Liban) ; Reza Parvizade, kamânche (Iran) ; Mohamad Osman, oud et buzuq (Syrie) ; Mustafa Said, oud (Égypte) ; et Nasim Siabi Shahrivar, chant (Iran).

Les biographies complètes des lauréats et des finalistes sont disponibles ici.

Les autres lauréats ayant été récompensés lors de cette soirée sont :

Dans la catégorie Création, le prix a été remis à Franghiz Ali-Zadeh, compositrice et pianiste azérie qui a produit un corpus de musique de concert classique prolifique qui s’inspire des anciennes traditions musicales et littéraires de l’Azerbaïdjan.

Dans la catégorie Éducation, le prix a été remis à l’Omnibus Ensemble, basé à Tachkent, en Ouzbékistan. L’Omnibus Ensemble s’investit dans la création d’un rapprochement artistique entre les traditions du maqam classique local et les langages de la musique contemporaine.

Dans la catégorie Inclusion sociale, le prix a été remis à Badiaa Bouhrizi, également connue sous son nom de scène Neysatu, une auteure-compositrice-interprète tunisienne qui met à profit son talent musical afin de militer en faveur de la justice sociale et des valeurs du pluralisme et de la démocratie.

Dans la catégorie Préservation, revitalisation et diffusion, le prix a été remis à deux lauréats : Farhod Halimov, chanteur, multi-instrumentiste et compositeur de Samarcande, en Ouzbékistan, qui préserve le répertoire traditionnel de chansons classiques de Samarcande ; et le Musée Gurminj des instruments de musique, situé à Douchanbé, au Tadjikistan, qui préserve et revitalise le patrimoine musical des peuples et des cultures d’Asie centrale, et notamment la culture musicale des ismailis du Pamir tadjik.

Dans la catégorie Contributions remarquables et durables en faveur de la musique, le prix a été remis à trois lauréats : Oumou Sangaré, célèbre chanteuse et parolière malienne connue pour son engagement en faveur de la formation et du développement de la carrière de jeunes musiciens ; Ballaké Sissoko, joueur de kora et compositeur malien qui a su développer l’art de la kora au travers de moyens créatifs et novateurs tout en restant fermement ancré dans la tradition ; et Darioush Tala'i, joueur de târ et de setâr, musicologue, compositeur et enseignant iranien reconnu pour son engagement exceptionnel en faveur de la transmission de la tradition de l'interprétation classique du târ par l’intermédiaire de ses diverses activités menées en tant qu’artiste, enseignant et intellectuel.

Un Prix d’excellence spécial a été remis à Mohammad Reza Shadjarian en reconnaissance de sa contribution indéfectible en faveur du patrimoine musical de l’humanité, de sa maîtrise musicale hors pair et de son impact social permanent en tant qu’interprète et enseignant, en Iran comme à l’étranger.

Les membres du grand jury des Prix Aga Khan de Musique sont : Jean During, ethnomusicologue et chercheur principal émérite au Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) ; David Harrington, membre fondateur et premier violoniste du Kronos Quartet ; Salima Hashmi, peintre, conservatrice et ancienne directrice du National College of Arts (NCA) de Lahore ; Nouri Iskandar, compositeur, musicologue et ancien directeur de l’Institut de musique arabe d’Alep ; et Akram Khan, chorégraphe et directeur artistique de l’Akram Khan Company.

Les biographies complètes des membres du grand jury sont disponibles ici.

Afin d’assurer l'impartialité des nominations et du processus de sélection des Prix, les personnes et les projets affiliés à Son Altesse l'Aga Khan, aux agences du Réseau Aga Khan de développement (AKDN) ou aux membres du comité directeur, du secrétariat ou du grand jury des AKMA ne sont pas éligibles au concours.

Pour toute question relative à la presse, veuillez contacter :

Sam Pickens
info@akdn.org

NOTE

Les Prix Aga Khan de Musique (AKMA) sont un projet de l’Initiative Aga Khan pour la musique (AKMI), un programme interrégional d'enseignement musical et artistique qui organise des représentations et des activités de sensibilisation, de tutorat et de production artistique dans le monde entier. Mise en place afin de soutenir les musiciens et les enseignants de musique talentueux qui œuvrent pour préserver, transmettre et développer leur patrimoine musical sous des formes contemporaines, l'AKMI a commencé à travailler en Asie centrale, puis a élargi ses activités de développement culturel pour inclure des communautés artistiques et des publics au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Asie du Sud.

L'Initiative favorise la revitalisation du patrimoine culturel, à la fois comme source de revenus pour les musiciens, et comme moyen de renforcer le pluralisme dans les pays où il est confronté à des contraintes sociales, politiques et économiques. Parmi ses projets, on compte la publication d'un manuel scolaire complet appelé The Music of Central Asia (La Musique d'Asie centrale, Indiana University Press, 2016), une anthologie CD-DVD en 10 volumes appelée Music of Central Asia (Musique d'Asie centrale), coproduite avec Smithsonian Folkways Recordings, un programme international de spectacles et de sensibilisation qui favorise les collaborations musicales « Est-Est » et « Est-Ouest », ainsi qu'un réseau d'écoles et de centres de musique qui élaborent des programmes d'études et des matériels pédagogiques novateurs en matière de musique. (https://www.akdn.org/akmi).

Secrétariat des Prix Aga Khan de Musique et direction de l’Initiative Aga Khan pour la musique (AKMI)

Fairouz Nishanova, directrice
Theodore Levin, consultant senior