Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • En Afghanistan, même des activités de base comme la fabrication de cadres de portes et de fenêtres peuvent être des entreprises très rentables pour les personnes possédant les compétences nécessaires.
    AKDN / First MicroFinanceBank Afghanistan
La Première Banque de Microfinance lance un programme de financement du logement en Afghanistan

Kaboul, Afghanistan, le 8 octobre 2008 - La Première Banque de Microfinance, Afghanistan (FMFB-A), une institution de l'Agence Aga Khan pour la microfinance (AKAM), va lancer une gamme de produits d’emprunt destinés à répondre aux besoins en logement des Afghans démunis et à faible revenu ainsi qu’à améliorer les conditions de vie dans le pays. Ce lancement fait suite au succès d’un projet pilote et sera appuyé par des lignes de crédit et une assistance technique octroyées par la Société financière internationale (IFC).

L'offre de financement pour le logement est limitée en Afghanistan, car la plupart des institutions et banques de microfinance ne proposent pas de prêt immobilier. L’absence de tels services s’explique en partie par le fait que le cadre régulateur et légal ne soutienne pas le prêt traditionnel immobilier. Pour pallier ce manque, la FMFB-A et l’IFC se sont associées pour s'assurer que les familles aient accès à des prêts immobiliers abordables.

M. Muslim-ul-Haq, PDG de la FMFB-A, a déclaré : « Nous savons qu'avec l'assistance technique de l’IFC, nous pourrons offrir des produits qui répondront aux besoins de logement de la majorité des Afghans qui, actuellement, n'ont pas accès à des prêts immobiliers. »

M. Syed Farhan Fasihuddin, directeur du Service consultatif pour le financement de l’immobilier de l’IFC au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, a quant à lui déclaré : « Notre but est d'améliorer le niveau de vie des communautés en difficulté économique en Afghanistan. Nous espérons établir une relation à long terme avec la FMFB-A dans nos efforts pour atteindre cet objectif. »

Cette initiative s'intègre à la stratégie globale de l'AKAM qui est de permettre à ses établissements sur le terrain d'offrir, au cours des trois prochaines années, des produits de financement immobilier. Le financement immobilier est l’une des composantes de la mission de l'AKAM, qui vise à ce que ses services dépassent le cadre des besoins économiques de ses clients et contribuent à améliorer leur qualité de vie.

En 2004, l'AKAM et l’IFC ont déjà collaboré lors de la création de la FMFB-A, pour laquelle la Société injecta un million de dollars en fonds propres. Plus récemment, l’IFC a octroyé un prêt à long terme de 4,5 millions de dollars pour soutenir les activités de la banque dans la microfinance, les prêts immobiliers et les prêts aux petites et moyennes entreprises.

NOTES

En 2003, après avoir obtenu une licence bancaire en Afghanistan, la Première Banque de Microfinance, Afghanistan (FMFB-A) est devenue l’un des premiers prestataires de services financiers du pays. La banque contribue à la réduction de la pauvreté et au développement économique en offrant des services financiers durables qui visent les micro et petites entreprises et les particuliers. La FMFB-A est une filiale de l'Agence Aga Khan pour la microfinance (AKAM) et compte dix-sept bureaux à travers le pays.

L’Agence Aga Khan pour la microfinance (AKAM) a été créée en 2005 afin de regrouper les activités, les programmes et les banques de microfinance que ses agences sœurs du Réseau Aga Khan de développement (AKDN) exploitaient depuis plus de 25 ans. Les objectifs fondamentaux de l'AKAM sont de réduire la pauvreté, de diminuer la vulnérabilité des populations démunies et d'atténuer l'exclusion économique et sociale. C’est une agence de développement internationale à but non lucratif et non confessionnelle créée en vertu de la loi suisse. Son siège social est établi à Genève, en Suisse. Elle est dirigée par un conseil d’administration dont Son Altesse l’Aga Khan est le président.

La Société financière internationale (IFC), membre du groupe de la Banque mondiale, s’efforce d’aider les populations à échapper à la pauvreté et à améliorer leurs conditions de vie. Elle encourage la croissance économique durable dans les pays émergents en permettant le développement du secteur privé, en mobilisant des capitaux privés et en fournissant des services de conseil et de réduction des risques aux entreprises et aux gouvernements. Ses nouveaux investissements se sont élevés à un total de 16,2 milliards de dollars pendant l'année fiscale 2008, une augmentation de 34 % par rapport à l'année précédente. Pour plus d'informations, veuillez consulter www.ifc.org.