Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Des experts techniques de l’AKAH et des membres d’une équipe communautaire d’intervention d’urgence surveillent la fonte du glacier Shishper, situé dans la vallée de la Hunza, au Pakistan. Actuellement, l’AKAH Pakistan surveille 25 glaciers et 20 lacs dans les régions du Gilgit-Baltistan et de Chitral.
    AKDN
COP26 : l’Agence Aga Khan pour l’habitat et World Habitat mettent en lumière la façon dont les communautés de montagne s’adaptent à l’urgence climatique

Glasgow, Écosse, le 5 novembre 2021 – L’Agence Aga Khan pour l’habitat (AKAH) et World Habitat organisent un événement dans le cadre de la COP26 afin de mettre en lumière la façon dont les communautés de montagne s’adaptent à l’urgence climatique pour garantir leur sécurité et leur développement. Organisé dans le cadre du programme officiel de la « Zone verte », l’événement du lundi 8 novembre 2021 portera sur le travail que mène l’AKAH auprès de 800 communautés de montagne du nord du Pakistan et sur la façon dont elle mêle connaissances locales et technologies de pointe pour les aider à s’adapter au changement climatique et à renforcer leur résilience.

À l’occasion de ce sommet mondial sur le climat, l’AKAH - lauréate de la Médaille d’or des Prix Mondiaux de l’Habitat 2020 – et World Habitat cherchent à inclure dans la conversation l’expérience et les perspectives des communautés qui luttent déjà quotidiennement contre l’urgence climatique. Dans les montagnes de l’Himalaya, de l’Hindou Kouch, du Karakorum et du Pamir, les températures augmentent trois fois plus rapidement que les moyennes mondiales. Les habitants de ces régions sont ainsi confrontés à la menace grandissante de la fonte des glaciers, des conditions météorologiques extrêmes, des inondations et d’autres catastrophes naturelles qui ont déjà eu des conséquences catastrophiques ces dernières années.

Lors de cet événement, qui sera animé par World Habitat, un film documentaire retraçant l’histoire des communautés touchées sera diffusé. Une table ronde sera par la suite organisée et verra intervenir plusieurs acteurs :

  • Maimunah Mohd Sharif, Directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat) et membre du Grand jury des Prix Mondiaux de l’Habitat ;
  • Malik Amin Aslam, Ministre et conseiller spécial pour le changement climatique auprès du Premier ministre pakistanais ;
  • Khalid Khurshid, Premier ministre du Gilgit-Baltistan, au Pakistan ;
  • Onno Ruhl, Directeur général de l’Agence Aga Khan pour l’habitat ; et
  • Louise Winterburn, Vice-directrice de World Habitat.

Les intervenants aborderont notamment les différents moyens que nous avons à notre disposition pour appuyer et développer des interventions efficaces à l’échelle communautaire face à l’aggravation de la crise climatique. Ils mettront en lumière le travail de l’AKAH au Pakistan, qui s’efforce d’exploiter les connaissances locales et de les mêler aux dernières technologies afin d’élaborer des solutions efficaces en vue d’aider les personnes concernées à faire face à l’urgence climatique et à bâtir des communautés et des habitats plus résilients.

akah-pakistan-2-r.jpg

Des murs anti-inondations à Yasin, dans le Gilgit-Baltistan. Les communautés locales ont construit ce mur en gabion avec des matériaux locaux et avec l’aide technique de l’Agence Aga Khan pour l’habitat Pakistan.
Copyright: 
AKDN

Pour Malik Amin Aslam, « bien que le Pakistan ne contribue qu’à moins de 1 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, il est l’un des pays les plus gravement touchés par le changement climatique, alors que la fréquence et la violence des catastrophes naturelles ne font qu’augmenter. Nous nous efforçons d’inverser cette tendance et mettons notamment en place des initiatives ambitieuses telles que le Programme ‘Clean Green Pakistan’ et le Programme ‘Ten Billion Tree Tsunami’ lancés par le Premier ministre pour restaurer l’écosystème. Le gouvernement travaille également à l’élaboration du premier code de la construction écologique du pays. Je suis heureux de savoir que des institutions de développement comme le Réseau Aga Khan de développement (AKDN) contribuent à ces efforts pour faire du Pakistan un pays plus écologique. »

Onno Ruhl a quant à lui déclaré : « Il y a près d’un milliard d’habitants dans les régions de montagne. Cet événement sera l’occasion idéale pour apprendre d’autres personnes qui travaillent et vivent dans ces régions, mais également de partager nos propres connaissances et expériences. Ces communautés sont les gardiennes de ressources naturelles essentielles pour notre planète, et notamment de ces immenses réserves d’eau dont dépend un quart de l’humanité. Il est crucial de conserver et d’améliorer les habitats et les écosystèmes de montagne si nous voulons lutter contre le changement climatique. Nous devons en outre donner coûte que coûte à ces communautés les moyens de se construire un avenir meilleur. Nous devons nous adapter au changement climatique, et ce faisant, nous devons améliorer les habitats et la qualité de vie de tous. Nous pouvons encore éviter à de nombreuses communautés de subir les conséquences catastrophiques de ce changement, mais seulement si nous agissons... Et nous devons le faire dès maintenant. »

Avec cet événement, l’AKAH et World Habitat souhaitent tirer parti de la plateforme de la COP26 pour partager leurs connaissances et leurs expériences. Fortes de plusieurs décennies d’un travail de renforcement de la résilience, d’amélioration de la qualité de vie et de protection de la nature mené auprès de nombreuses communautés, les deux organisations auront pour objectif de présenter des solutions éprouvées basées sur les meilleures pratiques internationales. Les deux partenaires visent à appuyer et accélérer une prise d’action collaborative face au changement climatique à travers le monde, en particulier dans les régions de montagne extrêmement vulnérables.

« Les montagnes sont les réservoirs d’eau de la planète, et si leur environnement ou leur écosystème est perturbé, voire détruit, les rivières s’assèchent. Imaginez un instant à quoi ressemblerait le monde dans un tel contexte. C’est pourquoi protéger les écosystèmes de montagne est primordial, non seulement pour les communautés qui y vivent, mais également pour le monde entier », explique quant à lui Khalid Khurshid. « Au Pakistan, nous mettons en place des solutions à grande échelle, à l’image du Programme ‘Ten Billion Tree Tsunami’ lancé par le Premier ministre et dans le cadre duquel nous travaillons avec l’AKAH pour sa mise en œuvre dans le Gilgit-Baltistan. Planter des arbres ne sert pas seulement à empêcher la hausse des températures et à réduire les effets du changement climatique. Il s’agit également d’une approche efficace pour atténuer les risques de catastrophe naturelle, notamment si elle est étayée par une étape préalable d’évaluation des risques et de planification minutieuse. Nous devons bâtir une communauté internationale de communautés de montagne afin de leur donner les moyens de se réunir, de partager leurs solutions, d’apprendre de leurs expériences respectives et d’encourager l’innovation. »

L’AKAH travaille auprès de communautés pour évaluer leur vulnérabilité et les dangers et les risques auxquels elles sont confrontées en vue d’élaborer des plans inclusifs et participatifs de gestion des catastrophes et de développement de l’habitat. L’AKAH a adapté et développé cette approche au Pakistan, en Afghanistan, au Tadjikistan, en Inde et en Syrie pour près de 2 500 établissements humains (où vivent près de trois millions de personnes). Elle travaille avec près de 40 000 volontaires (dont près de 40 % sont des femmes) à la mise en œuvre d’opérations d’intervention d’urgence afin d’évaluer, de planifier et de répondre aux risques. En parallèle, elle s’efforce d’améliorer et de protéger les infrastructures et les bâtiments qui fournissent des services essentiels à des centaines de milliers de personnes.

Louise Winterburn explique que, « de nombreuses communautés parmi les plus pauvres du monde sont en première ligne face à l’urgence climatique et se voient contraintes de vivre dans des conditions difficilement supportables, voire de partir de chez elles. Ce que l’Agence Aga Khan pour l’habitat a réalisé au Pakistan, dans le cadre d’une approche mêlant technologies de pointe et connaissances locales, est tout bonnement remarquable. Grâce à ce travail, des milliers de personnes peuvent rester dans leurs communautés et s’adapter aux conséquences immédiates du changement climatique. »

« Une telle solution pourrait être reproduite dans des régions similaires dans le monde et profiter à des millions de personnes. Notre objectif aujourd’hui est de concrétiser cette ambition, et c’est ce que nous commençons à faire au travers de cet événement organisé dans le cadre de la COP26. »

L’événement organisé par l’AKAH et World Habitat commencera à 14 h 00 heure locale le lundi 8 novembre 2021. Les inscriptions sur place sont fermées, mais l’événement sera diffusé en direct sur la chaîne YouTube de la COP26 depuis ce lien.

akah-pakistan-5r.jpg

Une équipe communautaire d’intervention d’urgence (CERT) à Immit, dans le Gilgit-Baltistan. Il s’agit de l’une des nombreuses équipes locales formées par l’AKAH Pakistan dans la région.
Copyright: 
AKDN

Pour tout complément d’information, veuillez contacter : 

Trushna Torche - trushna.torche@akdn.org

Pour tout complément d’information sur World Habitat, ou pour lire l’article de l’organisation concernant la COP26

Pour tout complément d’information sur l’Agence Aga Khan pour l’habitat

Nous vous invitons à visionner cette vidéo de huit minutes : « Rekindling hope » (Raviver l’espoir)