Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • En Afghanistan, l’Université gère l’Institut médical français pour la Mère et l’Enfant (IMFE) dans le cadre d’un partenariat avec les gouvernements de France et d’Afghanistan et l’ONG française La Chaîne de l’Espoir.
    AKU / David Fox
  • En 2018, les étudiantes de la première promotion d'infirmières ayant suivi une formation en oncologie ont obtenu leur diplôme à l’École d'infirmières et de sages-femmes de l’Université Aga Khan à Nairobi. Elles sont les premières infirmières d’Afrique de l’Est formées spécifiquement dans ce domaine.
    Kevin Ouma / GGImages / AKU
  • Vue aérienne de l’école de médecine du Centre hospitalier universitaire Aga Khan de Karachi, Pakistan.
    Seven Heaven Pictures
  • Les étudiants s'entraînent à effectuer des interventions dentaires sur des fantômes dentaires haute-fidélité sous la supervision de professeurs expérimentés dans le laboratoire de simulation dentaire ultramoderne du CIME.
    AKDN / Akbar Hakim
  • Le Centre hospitalier universitaire Aga Khan, Nairobi, Kenya.
    AKDN / Zahur Ramji
Réseau des centres universitaires hospitaliers

L'Université Aga Khan s'efforce d'établir des normes régionales d'excellence dans ses hôpitaux et cliniques au Pakistan, en Afrique de l'Est et en Afghanistan, qui soignent plus de deux millions de personnes par an et qui ont fourni des traitements à moindre coût à 2,4 millions de patients au cours des 30 dernières années. Les Centres hospitaliers universitaires Aga Khan (AKUH) de Karachi et de Nairobi ont été les premiers hôpitaux de leur pays respectif à être accrédités par la rigoureuse Joint Commission International américaine.

Les AKUH offrent des traitements de haute qualité appuyés par les connaissances les plus récentes et proposent tout une gamme de services indisponibles ailleurs. Notre personnel hautement qualifié est habilité dans tous les domaines, des cours prénataux pour les femmes enceintes à la neurochirurgie, de la pédopsychiatrie aux traitements complets du cancer, et de la nutrition à la transplantation rénale. En plus d'offrir des soins d'une qualité exceptionnelle aux personnes dans le besoin, Les AKUH travaillent d'arrache-pied pour prévenir les maladies en sensibilisant leurs patients et le public.

À l'AKU, on estime que tous les êtres humains devraient pouvoir accéder à des soins de qualité, où qu'ils vivent et quels que soient leurs revenus. Au Pakistan, plus de 70 % des patients qui sont admis au Centre hospitalier universitaire chaque année ont des revenus faibles ou intermédiaires. Une femme enceinte sauvée de la mort après que des médecins d'autres hôpitaux ont perdu espoir, une petite fille qui a subi une chirurgie d'urgence afin de soigner une malformation pulmonaire mortelle, un jeune garçon dont le cancer a été détecté à temps et correctement traité après que ses parents ont dépensé toutes leurs économies dans des traitements proposés par d'autres hôpitaux; ce ne sont là que quelques exemples où l’engagement de l’AKU à offrir des soins d'envergure internationale, indépendamment de la situation financière d'un patient, a permis de gagner le combat contre la mort.

Au Pakistan, le réseau de santé universitaire comprend le Centre hospitalier universitaire Aga Khan de Karachi, un établissement avec une capacité d'accueil de 710 lits qui gère le seul laboratoire clinique du pays à être accrédité par le College of American Pathologists. Le réseau comprend également quatre hôpitaux femmes-enfants, totalisant 213 lits, ainsi que 264 centres médicaux de proximité dans plus de 100 villes du pays.

En Afrique de l'Est, le réseau de santé universitaire comprend le Centre hospitalier universitaire Aga Khan de Nairobi, ayant une capacité d'accueil de 300 lits, et 47 centres médicaux et de diagnostic au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie.

aku-afghanistan-mri_8_r.jpg

Une patiente passe une IRM à l’Institut médical français pour la Mère et l’Enfant (IMFE) de Kaboul, Afghanistan.
Copyright: 
AKU / David Fox
En Afghanistan, l'Université gère l'Institut médical français pour la Mère et lEnfant (IMFE), un établissement ayant une capacité d'accueil de 160 lits, dans le cadre d'un partenariat avec les gouvernements de France et d'Afghanistan et l'ONG française La Chaîne de l'Espoir. Depuis 2006, l'Institut a pris en charge plus d'un million de patients et effectué plus de 27 000 opérations chirurgicales. Le laboratoire de l'IMFE collabore avec les laboratoires de l'Université au Pakistan, ce qui permet aux patients afghans d'effectuer de nombreux examens médicaux.