Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Un groupe d’apprentis techniciens en énergie solaire prend part à un programme de formation professionnelle conçu pour aider les jeunes à acquérir des compétences qui amélioreront leur employabilité.
    AKF Egypt
Un message de la part des jeunes entrepreneurs d’Assouan à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement

Troisième plus grande ville d’Égypte, Assouan est un marché et un centre touristique très fréquenté situé sur la rive est du Nil. Bien qu’il existe des perspectives d’avenir pour la population égyptienne, il subsiste en revanche un important décalage entre les formations disponibles et les compétences et produits demandés dans ce pays qui se modernise rapidement et qui fait face aux difficultés du changement climatique. Pour les jeunes d’Assouan, cette situation est souvent synonyme de chômage et limite fortement les possibilités qu’ils ont d’intégrer le marché du travail.

Afin de faire face à plusieurs de ces enjeux, la Fondation Aga Khan (AKF) et la Fondation Om Habibeh ont entrepris une initiative visant à améliorer les perspectives de développement économique dans le gouvernorat d’Assouan en renforçant la qualité et la palette des formations professionnelles et techniques, des programmes de soutien de l’entrepreneuriat et des services d’aide à l’emploi proposés aux jeunes. Plus connue sous le nom de Programme de développement des compétences à Assouan, cette initiative a été conçue dans le but d’améliorer les offres d’emploi et l’employabilité pour environ 6 000 jeunes femmes et hommes.

Mise en œuvre en partenariat avec le Collège Seneca de Toronto, cette initiative a pour but de renforcer la qualité et la palette des formations, des programmes de soutien à l’entrepreneuriat et des services d’aide à l’emploi proposés aux jeunes de la région.

Dans le cadre de ce programme, un concours de projets commerciaux a été organisé en 2019 afin de soutenir les jeunes entrepreneurs de la région. À l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, nous partageons les messages de certains demi-finalistes :

akf-egypt-ahmed_and_abu_bakr-r.jpg

Mohamed (à gauche) et Abou Bakr (à droite).
Copyright: 
AKDN / Conrad Koczorowski
Mohamed (à gauche) et Abou Bakr (à droite) ont une formation en tourisme et sont tous deux de fervents défenseurs de l’environnement. Ils ont présenté un projet de lodge écologique « zéro déchet » et entièrement alimenté à l’énergie solaire qui contribuerait à sensibiliser les touristes sur le sujet de l’écologie et à préserver l’environnement naturel.

« Nous ne sommes pas seuls sur cette terre. Il existe de nombreuses autres créatures qui, elles aussi, ont le droit d’y vivre. Nous ne devons pas être égoïstes et devons préserver l’environnement pour que les générations futures puissent également en profiter. »

 

 

akf-egypt-basma_and_shereen-r.jpg

Basma (à gauche) et Fatma (à droite).
Copyright: 
AKDN / Conrad Koczorowski
Basma (à gauche) et Fatma (à droite) sont artisanes. Elles ont présenté un projet de partenariat avec de grandes usines dans le cadre duquel elles récolteraient les chutes de bois et de cuir habituellement jetées pour faire des sculptures et des articles de maroquinerie.

« Nous devons utiliser les ressources environnementales de manière responsable. En tant que jeunes entrepreneuses, nous devons réfléchir à la manière dont nous pouvons recycler et réutiliser différents matériaux afin de limiter notre impact sur l’environnement ».

 

 

akf-egypt-fatma_and_fatima-r.jpg

Fatma (à gauche) et Shereen (à droite).
Copyright: 
AKDN / Conrad Koczorowski
Fatma (à gauche) et Shereen (à droite) ont trouvé un moyen d’utiliser les déchets de la transformation du bois pour fabriquer des objets d’artisanat populaires comme des paniers ou des sacs à main. Leur solution est peu coûteuse, écologique et populaire auprès des touristes.

« La planète nous permet d’exister et nous préserve. Nous devons désormais réfléchir à la manière dont nous pouvons la préserver ! »

 

 

akf-egypt-huda_1r.jpg

Huda.
Copyright: 
AKDN / Conrad Koczorowski
Huda cherche à faire breveter un prototype de four solaire écoénergétique qui se commande à l’aide d’un smartphone ou par le biais d’un dispositif de domotique. Il s’agit du premier four du genre en Égypte et d’une innovation à l’échelle internationale.

« Il faut avant tout commencer par donner l’exemple. Nous devons respecter les ressources qui nous ont été données. Nous devons commencer à sensibiliser notre entourage, en particulier les jeunes, et encourager les autres à réfléchir à la manière dont la technologie moderne peut nous aider à réduire notre impact sur la planète. »

 

 

akf-egypt-mohamed-r.jpg

Ahmed Abdul Hamied.
Copyright: 
AKDN / Conrad Koczorowski
En réalisant une étude de marché, Ahmed Abdul Hamied a constaté que les emballages des produits de grande consommation constituent l’une des plus grandes sources de déchets non recyclables à Assouan. Afin de remédier à ce problème, il a créé des produits d’emballage à partir de papier et de matériaux végétaux 100 % recyclés.

« Nous avons le droit de développer et de faire grandir notre entreprise, mais nous ne pouvons pas pour autant dégrader la planète. Nous devons contribuer à préserver l’environnement. Nous devrions arrêter de couper les arbres et chercher d’autres moyens de créer les produits qui en sont dérivés. »