Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • À Lisbonne, l’AKF travaille avec le gouvernement et des traducteurs bénévoles afin de permettre aux migrants vivant dans la ville de comprendre les messages importants liés à la COVID-19.
    AKF Portugal
Traduire les informations liées au coronavirus pour les communautés de migrants à Lisbonne

À Lisbonne, les nombreux migrants qui ne parlent pas portugais sont dans l’incapacité de comprendre les messages importants liés à la COVID-19. La Fondation Aga Khan Portugal (AKF Prt) travaille avec le gouvernement et des traducteurs bénévoles afin de pallier ce problème. Nous avons contacté Sandra Almeida, membre de l’AKF, pour en apprendre davantage sur cette initiative.

Pouvez-vous nous décrire brièvement la situation actuelle à Lisbonne au regard de la pandémie de COVID-19 ? Quels sont les bénéficiaires ? Sont-ils vulnérables ? Qu’est-ce qui explique cette vulnérabilité ?

Même si le Portugal n’a pas été autant touché que l’Espagne voisine, la population reste vulnérable. Avec l’Italie et la Grèce, il s’agit du pays de l’Union européenne (UE) qui compte le plus de citoyens âgés de plus de 80 ans, et le système de santé national manque d’équipements et de moyens. C’est également le pays de l’UE qui compte le moins de lits en soins intensifs pour 100 000 personnes.

Lisbonne abrite un nombre important de communautés de migrants asiatiques originaires du Bangladesh, de l’Inde, du Népal, du Pakistan et d’autres pays, et qui vivent souvent dans des appartements surpeuplés dans le centre multiculturel de la ville. Il n’est pas rare de voir huit personnes partager un appartement doté d’une seule salle de bain. Ces groupes sont de ce fait particulièrement vulnérables à la propagation de la COVID-19, et cette vulnérabilité est exacerbée par le fait qu’il n’existe que très peu de messages importants liés à la COVID-19 dans des langues autres que le portugais.

Quelques questions à propos de ce projet : quelles sont les personnes qui y participent et que font-elles ? Quel rôle joue l’AKF ?

Afin d’aider ces communautés vulnérables de migrants, dont la plupart des membres ne peuvent pas lire le portugais, le Groupement central des établissements de santé de Lisbonne (ACES Lisboa Central) a demandé à l’AKF Prt de traduire la « liste de contrôle officielle d’évaluation des critères d’habitabilité et de faisabilité pour l’isolement à domicile » pour estimer la nécessité de mesures de quarantaine.

L’AKF Prt n’a pas de portefeuille santé, mais travaille en collaboration avec le système de santé publique et les communautés de migrants afin de s’assurer que ces derniers puissent contribuer au système de santé, y être intégrés et en bénéficier.

Nous avons donc aussitôt traduit ces documents en anglais, et après avoir fait valider les traductions par des professionnels de la santé, nous avons fait appel à notre réseau de représentants de migrants afin de les faire traduire dans d’autres langues. Plusieurs bénévoles se sont rapidement proposés, et en une nuit, les documents étaient traduits en bengali, hindi, népalais et ourdou. C’était incroyable de voir une telle participation. Les jours suivants, ces ressources ont commencé à circuler au sein des centres de santé, et elles sont maintenant régulièrement utilisées par les professionnels du secteur.

Peu après, l’ACES Lisboa Central a recontacté l’AKF Prt afin de traduire trois nouveaux documents : « 10 conseils à suivre pendant le confinement », « Mesures de confinement recommandées pour les personnes partageant le même domicile qu’un cas avéré ou suspecté de COVID-19 » et « Procédures à suivre pour limiter la propagation du virus ». 

akf-health-documents.png

Divers documents ont été traduits dans plusieurs langues par les bénévoles.
Copyright: 
AKDN

Encore une fois, les documents ont été traduits en anglais par l’AKF, puis en bengali, népalais et hindi par les bénévoles de notre réseau. Avec notre aide, ces derniers ont même enregistré des versions audio du document « 10 conseils à suivre pendant le confinement » et les ont publiées sur YouTube afin que ces informations parviennent à un maximum de personnes.

Quel est le but de ce projet ?

Dans l’ensemble, le but du projet est d’identifier les manquements dans la transmission des messages liés à la COVID-19 et de travailler avec les services de santé publique et les communautés de migrants afin d’adapter les ressources et de combler ces manquements. Diffuser des messages importants avec et pour les communautés de migrants s’inscrit dans les actions mises en place par l’AKF pour lutter contre la transmission de la COVID-19 et endiguer sa propagation au sein des communautés du Portugal.