Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Cour de l'Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam après la deuxième phase d’agrandissement, Tanzanie.
    AKDN / Aly Z. Ramji
  • Entrée extérieure de l’Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam après la deuxième phase d’agrandissement, Tanzanie.
    Abdul Mohamed / Pixelbase
  • L'Hôpital Aga Khan à Dar es Salaam, Tanzanie.
    AKDN / Aly Z. Ramji
  • Service pédiatrique de l’Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam après la deuxième phase d’agrandissement, Tanzanie.
    AKDN / Aly Z. Ramji
  • Des médecins soignent un nourrisson dans le service de maternité de l’Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam après la deuxième phase d’agrandissement, Tanzanie.
    AKDN / Aly Z. Ramji
Mtanya Matuja : le partenariat entre l’AFD et l’AKDN

En mars 2019, la princesse Zahra Aga Khan et le Premier ministre tanzanien, l’Honorable Kassim Majaliwa, ont inauguré la fin de la deuxième phase d’agrandissement de l’Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam, un projet d'une valeur de 79,8 millions de dollars (183 milliards de shillings tanzaniens) qui permettra à l’institution d’accueillir plus d'un million de patients par an. Ce projet a été financé par l'intermédiaire d’un prêt de 53,5 millions de dollars (134 milliards de shillings tanzaniens) de l’Agence Française de Développement (AFD) et d’une subvention de 26,3 millions de dollars (58 milliards de shillings tanzaniens) du Réseau Aga Khan de développement (AKDN). Dans cette entrevue menée pour le site internet de l’AKDN, Mtanya Matuja, chargé de projets pour l’AFD en Tanzanie, explique pourquoi l’Agence travaille en partenariat avec l’AKDN et pourquoi elle a vu en cet hôpital un projet extrêmement important à soutenir.

1. Quel regard porte l’AFD sur son partenariat avec l’AKDN ?

Le groupe AFD entretient des relations avec l’AKDN depuis plus de 15 ans, et ce dans de nombreux secteurs tels que la culture, l’environnement, l’éducation, les infrastructures, les services financiers, le tourisme, la sécurité alimentaire et la santé. Par exemple, étant une institution bilatérale française de développement, l’AFD a été l’un des acteurs clés de la signature de l’accord de partenariat entre la République française et le Réseau Aga Khan de développement en 2008. Nous avons par ailleurs célébré les 10 ans de ce partenariat l’année dernière. La force de cette relation repose sur un dénominateur commun : un véritable désir d'investir dans l’élévation sociale et l’amélioration de la vie des personnes du monde entier.

2. Quelles sont les raisons qui ont poussé l’AFD à investir en Afrique, et notamment en Tanzanie, et à s’associer au Service de santé Aga Khan, Tanzanie ?

Ce partenariat en Tanzanie est la suite logique de l'implication de l’AFD dans le financement de la stratégie globale de santé de l’AKDN. Il a été signé afin de trouver des réponses aux maladies non transmissibles dans les pays en développement et s’inscrit également dans le cadre stratégique sanitaire du Réseau en Afrique de l’Est. En particulier dans cette région et dans le secteur de la santé, l’AFD a accordé 108 millions de dollars en prêts concessionnels au Réseau Aga Khan de développement, en plus d'une subvention de 250 000 euros. Les projets réalisés grâce à ces financements comprennent :

  • Un nouveau Centre de cardiologie et de cancérologie au Centre hospitalier universitaire Aga Khan de Nairobi.
  • Le prolongement des services de santé des Hôpitaux Aga Khan de Kisumu et Mombasa grâce à la création d'un réseau de dispensaires.
  • L’agrandissement récemment inauguré de l’Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam, dont la capacité d’accueil est passée de 74 lits à 170 lits, et un renforcement de l’empreinte nationale du Service de Santé Aga Khan, Tanzanie (AKHS,T) par l'intermédiaire de 24 nouveaux dispensaires.
  • La création d'un programme de soins palliatifs dans les quatre Hôpitaux Aga Khan du Kenya et de Tanzanie.

Le secteur de la santé tanzanien est confronté à d'importants enjeux : l’espérance de vie à la naissance est d’à peine 59 ans et le déficit de ressources humaines est estimé à 40 %. Le pays connaît une transition épidémiologique avec une augmentation significative de maladies non transmissibles telles que le diabète, le cancer et les maladies cardiaques, notamment dans les zones urbaines. Le nombre de décès causés par ces maladies devrait doubler d’ici 2030. Malgré les efforts déployés par le gouvernement tanzanien, le système de santé publique peine à répondre à la demande croissante de services de santé, que ce soit en termes de quantité ou en termes de qualité. L’AFD a donc pour objectif d’aider le gouvernement à mettre en œuvre ses projets prioritaires, qui sont définis dans le nouveau plan quinquennal de développement, dans les secteurs prioritaires de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement, de l’énergie, du transport et de la santé. Le secteur privé doit être partie prenante de cette entreprise, car il joue un important rôle pour répondre aux défis liés à la réduction de la pauvreté et au développement durable.

3. Quelle place l’AFD donne-t-elle à l’Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam en termes de service à la population ?

L'inauguration de l’agrandissement de l’Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam témoigne de la constance du partenariat entre le gouvernement tanzanien, l’AFD et l’AKDN en faveur de l’amélioration de la qualité, de la cohérence et de l’égalité de la prestation de soins de santé dans le pays. Ce projet devrait positionner l’établissement comme premier système de santé privé, à but non lucratif, intégré et d’enseignement du pays. La mise en place des dispensaires à travers la Tanzanie permettra à la population de tout le pays d’accéder à des soins abordables et de qualité près de chez eux et offrira un continuum de soins avec l’aide de l’Hôpital Aga Khan. Nous pouvons déjà observer l’impact de cette initiative grâce aux 17 premiers dispensaires déjà actifs à travers 11 régions tanzaniennes.

akhs-tanzania-paediatrics_ward_1_9916_abdul_mohamed.jpg


Service pédiatrique de l’Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam après la deuxième phase d’agrandissement, Tanzanie.
Copyright: 
Abdul Mohamed / Pixelbase

En plus d’offrir des soins cliniques indispensables, l’AKDN mettra également en œuvre d'importantes initiatives sociales et environnementales, dont : 

  • Le renforcement de l’accessibilité financière des services de santé par l’entremise d’un programme de protection sociale à l’Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam pour les patients dans le besoin qui, en raison de difficultés financières, ne peuvent pas forcément payer le coût des soins. Une fois qu’il aura atteint sa vitesse de croisière, ce programme sera de l’ordre de 4 millions de dollars par an.
  • La formation de troisième cycle de spécialistes médicaux en médecine familiale, chirurgie et médecine interne (28 internes formés en quatre ans), qui sont les éléments clés d'un hôpital de haute qualité.
  • L'inscription de plus d'internes, dont le nombre est passé de 22 à 60, grâce à l’agrandissement de l’établissement. Ces internes sont tous envoyés par le Ministère de la santé, du développement communautaire, du genre, des personnes âgées et des enfants.
  • L’amélioration du traitement environnemental des déchets cliniques grâce à l’accord en vertu duquel les hôpitaux publics de Dar es Salaam pourront éliminer gratuitement leurs déchets cliniques par l’intermédiaire de l’Hôpital Aga Khan.
  • La mise en place d’un réseau de dispensaires Aga Khan à travers tout le pays sur plusieurs années. Ces établissements proposeront tout un panel de services essentiels de santé maternelle et infantile afin d’accroître l’accessibilité et la qualité des services pour les femmes et les enfants de moins de cinq ans dans les régions visées.

Ces indicateurs sociaux définis ont joué un rôle déterminant dans la décision de l’AFD de financer ce projet. Ils s’inscrivent dans le cadre de notre objectif fondamental : nous assurer que les projets que nous soutenons engendrent un impact social maximum.

L’Agence Française de Développement (AFD) est une institution financière publique et solidaire et l’acteur central de la politique de développement de la France. Elle s’engage sur des projets qui améliorent concrètement le quotidien des populations, dans les pays en développement, émergents et l’Outre-mer. Active en Tanzanie depuis plus de 10 ans, ses actions suivent une courbe ascendante (plus de 665 millions d’euros engagés entre 2009 et 2018, dont 130 millions en 2018), principalement sous forme de prêts souverains dans plusieurs secteurs prioritaires pour le gouvernement tanzanien tels que l’approvisionnement en eau et l’assainissement, l’énergie, le transport, l’éducation et la santé.

Le Réseau Aga Khan de développement (AKDN) a été fondé par Son Altesse l'Aga Khan et est une organisation de développement privée, internationale et non confessionnelle. Il emploie plus de 80 000 personnes à travers plus de 30 pays. Ses agences se concentrent sur des enjeux de développement complexes, dont l'offre de services de santé et d'éducation de qualité, la revitalisation culturelle et économique, les microentreprises, l'entrepreneuriat et le développement économique, le progrès de la société civile et la protection de l'environnement.

Institution privée à but non lucratif créée en 1964, l’Hôpital Aga Khan de Dar es Salaam fournit des services de santé primaires, secondaires et tertiaires en Tanzanie. En 2016, il a été internationalement reconnu pour la qualité de ses services lorsqu’il a reçu une certification de la Joint Commission International, faisant de lui le seul hôpital tanzanien à être accrédité par la Commission. L’Hôpital fait partie du Réseau Aga Khan de santé, présent dans 12 pays et qui met en œuvre des programmes de santé communautaire à travers plus de 500 établissements de santé, dont 20 hôpitaux qui fournissent des soins de santé de qualité à plus de cinq millions de patients par an.