Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Avec l’aide du Canada, l’AKDN a amélioré la qualité de l’éducation pour 330 000 jeunes filles - comme Mwatime qui est scolarisée à l'école primaire Ummul Qura - et jeunes garçons en Afrique de l’Est. Par le biais de ce travail, le Réseau transmet aux écoles, aux enseignants et aux parents les outils nécessaires pour nourrir l’esprit des enfants dès leur plus jeune âge.
    AKDN / Mohamed Altoum (The Compulsive)
L’histoire de Mwatime

À l’heure actuelle, le monde compte 1,1 milliard de filles, et autant de sources de pouvoir, d’énergie et de créativité. Lorsqu’elles accèdent aux institutions et environnements propices à leur apprentissage et à leur développement, ces filles peuvent voir se profiler, pour elles comme pour leurs communautés, de nouvelles perspectives d’avenir.

Toutefois, les obstacles liés au genre et les normes sociales limitent leurs choix et leurs droits - comme c’est le cas pour les garçons et les hommes - et entravent leur développement.

Le Réseau Aga Khan de développement (AKDN) cherche à changer cette situation. En s’engageant à long terme auprès des communautés concernées et en adoptant une approche multisectorielle, le Réseau aborde les causes interdépendantes de la pauvreté qui touche plusieurs générations tout en contribuant à ouvrir la voie à des changements systémiques.

Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que des jeunes filles comme Mwatime, 7 ans, peuvent accéder à une éducation de qualité, et à bien d’autres choses. Les investissements de l’AKDN en Afrique de l’Est ont permis l’amélioration de la qualité de l’éducation pour 330 000 jeunes filles et jeunes garçons de la région. Par le biais de ce travail, le Réseau transmet aux écoles, aux enseignants et aux parents les outils nécessaires pour nourrir l’esprit des enfants dès leur plus jeune âge.

Mais l’approche de l’AKDN en matière de développement ne s’arrête pas là. Grâce à ce travail, les parents, les enseignants et les chefs de communauté sont poussés à encourager les enfants comme Mwatime à rester à l’école, un soutien que nous tenons trop souvent pour acquis en Occident. Cette dernière peut également bénéficier de soins de santé et d’apports nutritionnels adaptés à son âge.

Enfin, et surtout, elle peut vivre sa vie de jeune fille et se préparer à devenir, un jour, une source de pouvoir, d’énergie et de créativité pour sa famille et sa communauté.

akf-kenya-mwatime.jpg

Grâce au travail de l'AKDN en matière de développement, les parents, les enseignants et les chefs de communauté sont poussés à encourager les enfants comme Mwatime, qui vit dans la provience de Kwale au Kenya, à rester à l’école. Cette dernière peut également bénéficier de soins de santé et d’apports nutritionnels adaptés à son âge.
Copyright: 
AKDN / Mohamed Altoum (The Compulsive)

Ce texte est une adaptation d’une histoire publiée sur le site internet de la Fondation Aga Khan Canada.