Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • A Baghlan, en Afghanistan, Istoray aide à freiner la propagation de la COVID-19 grâce à son commerce de couture en fournissant des masques à un prix abordable pour sa communauté.
    AKF Afghanistan
Istoray: Dénicher de nouvelles opportunités en temps de crise

Avec l’épidémie de COVID-19, Istoray a dû interrompre brutalement ses activités. Un ordre de fermeture du marché où elle avait son atelier lui a fait perdre, ainsi qu’à beaucoup d’autres, son entreprise et ses revenus.

« Mon commerce était sur le point de s’effondrer, quand j’ai soudain réalisé que je pouvais sauver non seulement mon entreprise, mais aussi les gens de ma communauté, lance-t-elle. J’ai analysé le marché, j’ai vu la [demande de masques] et j’ai commencé à coudre. »

Grâce à un programme soutenu par le Canada en Afghanistan, elle a pu développer son entreprise en 2019 et former de nouvelles couturières dans le cadre d’une formation sur les affaires. Quand la COVID-19 est apparue, elle était prête. Dorénavant, elle fabrique chez elle 400 à 500 masques par jour qu’elle vend localement avec l’aide de ses enfants. Une pharmacie voisine les offre également en paquets de 12.

Istoray ne contribue pas seulement à freiner la propagation de la COVID-19 en fournissant des masques à un prix abordable à sa communauté. Elle a trouvé un moyen de prospérer pendant cette période de crise. La vente de masques a doublé son revenu mensuel à un moment où de nombreuses entreprises ont du mal à joindre les deux bouts.

Une fois qu’elle aura trouvé un fournisseur capable de répondre à sa demande de matériaux, Istoray espère développer son entreprise en produisant d’autres vêtements de protection de qualité.

En autonomisant des femmes comme Istoray, la Fondation Aga Khan (AKF) contribue à bâtir des communautés et des économies qui font preuve de résilience face aux changements et aux crises.

Pour en savoir plus sur le Programme d’autonomisation des femmes Afghanes de la Fondation Aga Khan, cliquer ICI.

Ce texte a été adapté d'un article paru sur le site Internet de la Fondation Aga Khan Canada.