Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Emaan Shaikh, 28 ans - « Ce mur est le témoin d’une époque révolue, lorsque l’Inde et le Pakistan étaient rassemblés et que les religions, qui engendrent tant de division aujourd'hui, cohabitaient encore. Avoir conscience de ce passé nous permet de renforcer nos connaissances et de mûrir. Si un temple et une mosquée pouvaient être construits côte à côte à l’époque, pourquoi ne pouvons-nous plus vivre les uns à côté des autres maintenant ? »
    AKDN / Christopher Wilton-Steer
Emaan Shaikh : restaurer les fresques du mur illustré de Lahore

Emaan a obtenu un diplôme des beaux-arts avec spécialisation en peinture au Collège national des arts de Lahore. Ayant toujours été attirée par l’histoire et les arts, elle souhaitait réunir ces deux centres d’intérêt à la fin de ses études. Après avoir entendu parler du projet de restauration du hammam Shahi entrepris par le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC), elle obtint un poste d’apprentie et travailla pendant un an à la conservation et à la restauration des fresques du mur illustré de Lahore.

« Je suis vraiment passionnée par l’histoire, notamment celle du Pakistan. »

« La plupart des personnes ne comprennent pas l’importance du patrimoine et ne le considèrent pas comme un élément important à préserver. Pourtant, il est essentiel que nous sachions d’où nous venons et que nous connaissions notre histoire. Comprendre d’où nous venons et ce que nos ancêtres ont vécu m’aide à mieux effectuer mon travail, mais aussi à mûrir et à accepter qui je suis. »

« Ce mur est le témoin d’une époque révolue, lorsque l’Inde et le Pakistan étaient rassemblés et que les religions, qui engendrent tant de division aujourd'hui, cohabitaient encore. Avoir conscience de ce passé nous permet de renforcer nos connaissances et de mûrir. Si un temple et une mosquée pouvaient être construits côte à côte à l’époque, pourquoi ne pouvons-nous plus vivre les uns à côté des autres maintenant ? »

De jeunes et talentueux architectes, historiens de l’art, ingénieurs, artistes plasticiens, chimistes, restaurateurs et céramistes composent la communauté qui travaille pour le Trust Aga Khan pour la culture (AKTC) sur l’un des plus importants projets de restauration au Pakistan.

Le mur illustré, un monument moghol datant du 17e siècle situé dans la ville fortifiée de Lahore, était en ruine depuis plus de 100 ans. Grâce au travail de l’Autorité de la ville fortifiée de Lahore, de donateurs internationaux et de l’énergie contagieuse de cette équipe de jeunes restaurateurs, le mur reprend doucement vie.

La première phase de restauration de ce monument classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, qui concernait une portion d’environ 50 mètres, fut achevée fin mars 2019 et inaugurée par le Premier ministre Imran Khan. La restauration des 400 mètres restants de cette structure époustouflante nécessitera environ 10 ans.

Cet article est à l’origine paru sur le blog Wilton Photography.