Vous êtes ici

Vous êtes ici

  • Alisha Sonawalla, en photo, est une ancienne élève de la promotion sortante de 2014 de l’Académie Aga Khan de Hyderabad et poursuit actuellement un double cursus au Courant Institute of Mathematical Sciences de l’Université de New York et à la Stern School of Business de l’Université de New York également.
    Alisha Sonawalla
Alisha Sonawalla : repousser les frontières de la technologie

Alisha Sonawalla était élève de la première promotion sortante de l’Académie Aga Khan de Hyderabad et a obtenu son diplôme en 2014. Depuis, elle a acquis une incroyable expérience au cours d’une année sabbatique et par la suite à l’université à New York. Elle a notamment géré des projets visant à présenter aux jeunes filles des zones rurales en Inde les technologies de codage et d'Internet, conçu des programmes de développement de l’anglais au Tadjikistan et, plus récemment, a passé son été dans la Silicon Valley à travailler sur des voitures autonomes. 

Alisha poursuit actuellement un double cursus : une Licence en informatique au Courant Institute of Mathematical Sciences de l’Université de New York et une Licence en gestion avec option en science des données à la Stern School of Business de l’Université de New York également. Elle a reçu le tableau d’honneur du doyen pour avoir obtenu un GPA dans les 10 % supérieurs de sa promotion. En dehors des salles de classe, elle prend part à de nombreux projets, et travaille notamment sur la construction de son propre lecteur d’actualités robotisé et sur la mise au point d'un service de partage sur cloud sécurisé.

« L’Académie m’a aidée à accepter le fait que l’on a le droit de faire des erreurs et m’a poussée à y trouver des solutions », explique Alisha. « Ça, ainsi que mon année sabbatique, ont fait naître chez moi un attrait pour la technologie et un esprit d’entreprise et, depuis, je me passionne pour la construction de produits qui repoussent les frontières de la technologie. »

Les stages universitaires d’Alisha lui ont permis d’approfondir ses connaissances techniques grâce à des occasions inégalées. En 2017, elle a effectué un stage chez IBM, où elle a travaillé sur des algorithmes d’apprentissage automatique afin de développer un modèle prédictif pour aider l’entreprise à utiliser des données non structurées afin de prévoir les recettes des trimestres suivants. L’été dernier, elle a travaillé dans les technologies de pointe en tant qu’ingénieure logiciel chez Cruise Automation, la coentreprise de voitures autonomes de General Motors et Honda. « C’était une période incroyable pour se trouver dans l’épicentre de la technologie », se souvient-elle. « J’ai dirigé le développement d’un service de cartographie à grande échelle pour fournir des mises à jour en temps réel et préventives aux véhicules pour qu’ils puissent emprunter des itinéraires plus efficaces et ainsi, améliorer la sécurité de la conduite. En tant que l’un des premiers ingénieurs ayant travaillé dans le domaine des voitures autonomes, c’était une occasion incroyable de pouvoir contribuer à l’avenir de la technologie. »

Les réalisations technologiques passées d’Alisha et ses projets d’avenir sont marqués par une dimension sociale. En travaillant avec la Fondation Agastya International, le plus grand programme d’activités scientifiques pratiques au monde, elle a eu l’occasion de se rendre dans un petit village rural du sud de l’Inde et de concevoir un programme basé sur les Google Bus et l’appareil Raspberry Pi. Le programme a encouragé 900 étudiants à combiner des concepts scientifiques avec la technologie afin de trouver des solutions à des enjeux locaux tels que la contamination des sols ou l’infestation des cultures. « La nouvelle confiance que cela a suscité chez les filles est devenue ma motivation lorsque j’ai parcouru l’Inde et le Tadjikistan pour animer des sessions pour les femmes sur les sciences, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques (STEM), » a-t-elle déclaré. Alisha a également été l’une des 25 ingénieures internationales à recevoir la bourse Goldman Sachs Grace Hopper Conference Scholarship afin d’assister à la Conférence Grace Hopper, la plus grande conférence en technologie pour les femmes.

En 2013, alors qu’elle était encore élève à l’Académie de Hyderabad, elle s’est rendue dans quatre villages reculés du Gujarat afin de rendre compte des stratégies de subsistance et de survie d’une communauté perdue, les Devipujaks. Elle a compilé ses entrevues et recherches de terrain dans l’une des seules études ethnographiques réalisées sur ce groupe marginalisé. Elle a par la suite présenté ses résultats lors de la Conférence nationale sur les Droits de l’Homme organisée par l’Université centrale du Gujarat et le gouvernement indien.

« Oui, je me vois retourner en Inde à un moment donné », a déclaré Alisha. « Je vois beaucoup de potentiel pour l’innovation des modalités d’accès à Internet du prochain milliard d’utilisateurs et je veux contribuer à cette révolution technologique. Avec une population en constante augmentation, le manque de main-d'œuvre éduquée pourrait constituer le principal obstacle à la prospérité économique, et il est donc essentiel de consacrer des ressources à l’éducation. Une fois la main-d'œuvre éduquée, il sera important d’ouvrir la voie à des offres d’emploi. Bien que nous ayons vu les smartphones et l’accès à Internet bon marché devenir monnaie courante en Inde, il y a encore de vastes régions du pays qui pourraient bénéficier d'un accès à de meilleures infrastructures technologiques. Cela permettrait à un plus grand nombre de jeunes entreprises locales de prospérer et faciliterait les échanges commerciaux en Inde pour les entreprises étrangères, pour lesquelles cette base de 1,3 milliard de consommateurs est très attrayante. » Entre-temps, Alisha a rejoint Microsoft en tant qu’ingénieure logiciel et a intégré l’équipe « AI & Mixed Reality » (Intelligence artificielle et réalité mélangée).

Publication du site des Académies Aga Khan