Réseau Aga Khan de développement

Accueil

Actualités

Questions fréquentes

Son Altesse l'Aga Khan

Le Réseau Aga Khan de développement

Agences AKDN

Gros plan sur...

Rss

Gros plan sur...
La responsabilisation des communautés

Le comité de gestion de l'école, les professeurs et le personnel du programme du Centre de ressources Madrasa sont réunis sur l'aire de jeu de la madrasa Al Jamil, à Donge Mchangani, à Zanzibar. L'école a rejoint le programme Madrasa en 2000 et la première remise de diplômes a eu lieu en 2001. Grâce au Centre de ressources Madrasa de Zanzibar, les professeurs reçoivent une formation en pratique pédagogique et apprennent à développer l’utilisation d’objets simples disponibles sur place - bouchons, coquillages, pierres, etc. - comme supports d’enseignement. Ils acquièrent également des compétences en gestion administrative, comme la tenue de dossiers et la planification.
Photo : Jean-Luc Ray
Au milieu des années 1980, des responsables musulmans de la région côtière du Kenya demandèrent à être aidés pour améliorer le niveau général d'éducation de leurs enfants. La Fondation Aga Khan (Aga Khan Foundation, AKF) a répondu à leur attente en travaillant avec les éducateurs locaux, les dirigeants communautaires et les parents à la création des premières madrasas préscolaires, appelées ainsi parce qu'elles utilisaient les madrasas traditionnelles, ou écoles coraniques, dont les locaux étaient en grande partie inutilisés le matin.

"Si gouverner est une science, comme je le crois, elle devrait faire partie de l'enseignement secondaire et tertiaire des pays en développement. Sinon, ces pays privent leur intelligentsia du savoir nécessaire à la connaissance indispensable du fonctionnement des états démocratiques."
Discours de Son Altesse l'Aga Khan sur le thème "Développement démocratique, pluralisme et société civile" à l'Institut Nobel, Oslo, Norvège
7 avril 2005
La mise en place d’une école madrasa et son programme débute par la création d’un comité de gestion préscolaire local, dont deux membres au moins sur huit doivent être des femmes ; vient ensuite l’ouverture d’un compte bancaire préscolaire ; puis l’enregistrement de l’école auprès du ministère compétent. Commencent alors le recrutement et la formation des enseignants et, si nécessaire, la construction d’une école, ou bien les travaux d’amélioration d’une école déjà existante. Les membres du comité de gestion reçoivent une formation en mobilisation communautaire, collecte de fonds, comptabilité de base, gestion et planification. La formation des maîtres permet à ces derniers de s'initier aux théories du développement de l'enfant, au concept d'environnement d'apprentissage approprié, ainsi qu'à la création de matériel pédagogique à faible coût.

Les écoles font l'objet d'évaluations régulières basées sur le degré de participation des communautés et la qualité des environnements pédagogiques et d'apprentissage. Soutenus par la Fondation Aga Khan, les Centres de ressources Madrasa (Madrasa Resource Centres, MRC) aident les écoles à atteindre les niveaux de qualité requis pour être "certifiées". Une fois "certifiée", une école peut alors rejoindre les associations nationales d'établissements préscolaires du Kenya, de Tanzanie ou d'Ouganda. Petit à petit, ces associations prennent en charge l'assistance quotidienne aux établissements préscolaires et deviennent des groupes de sensibilisation au développement de la petite enfance. Les Centres de ressources Madrasa sont également engagés aux côtés des gouvernements dans l'élaboration d'une politique de l'éducation.

Voir tous les articles