Aga Khan Development Network
 

What's New

General News

Press Releases

Speeches

Spotlights

Publications

In the Media

E-mail Bulletin Archives

Photos & Slide Shows

Videos

Podcasts

Awards received

Grant News

Rss

Lancement d’une Agence de Microfinance en Côte d’Ivoire par le Président Gbagbo et l’Aga Khan


Voir également: Photographies et Visite en Afrique de l'Ouest

Abidjan, Côte d'Ivoire, le 29 avril  2008 – Monsieur Laurent Gbagbo, président de la République de Côte d’Ivoire, et Son Altesse l’Aga Khan, imam (chef spirituel) des musulmans ismailis et président du Réseau Aga Khan de développement (Aga Khan Development Network ou AKDN), ont lancé aujourd’hui, à Abidjan, la Première Agence de MicroFinance (PAMF).

Dans les mois à venir, la PAMF commencera ses opérations dans la région de Boundiali et de Dianra dans le nord du pays. Elle vient s’ajouter aux deux institutions de microfinance, lancées au Mali et au Burkina Faso, en 2006.

« La Première Agence de MicroFinance vise à assurer aux Ivoiriens, hommes et femmes, une autonomie accrue en leur apportant une plus grande stabilité financière et une meilleure qualité de vie », a déclaré Jacques Toureille, directeur général de l’Agence Aga Khan pour la Microfinance (Aga Khan Agency for Microfinance ou AKAM).

Agence sans brut lucratif du Réseau Aga Khan de développement, l’AKAM s’emploie à réduire la pauvreté et l’exclusion économique et sociale. L’AKAM gère des institutions de microfinance dans 15 pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient. Avec un portfolio d’une valeur de près de 120 millions de dollars US, l’AKAM avait, fin 2007, consenti plus de 250 000 prêts.

La Première Agence de MicroFinance proposera ses services aux plus démunis à travers un réseau qui comportera, d’ici à 2012, plus de huit agences régionales et couvrira l’ensemble du pays. Abidjan disposera de ses propres agences dès 2010. Les prêts seront essentiellement destinés à financer des activités génératrices de revenus : amélioration de la productivité agricole, achat de bétail, et création de petites entreprises dans les zones rurales et urbaines.

L’un des objectifs fondamentaux est d’aider les travailleurs saisonniers à s’assurer des revenus hors saison. Les prêts se situent dans une fourchette de 150 000–250 000 francs CFA (300-500 dollars US) pour une période de six mois à deux ans. Des investissements en informatique permettront d’améliorer l’accès au prêt en zone rurale et de réduire les délais d’évaluation des demandes et de déblocage des fonds. Outre le crédit, seront également proposés des services d’épargne, de micro-assurance et de prêts logement, éducation et santé. L’une des priorités de l’AKAM en Côte d’Ivoire concerne la mise au point d’une assurance-récolte à l’intention des cultivateurs de coton.

Le Réseau Aga Khan de développement dont fait partie l’AKAM, est présent en Afrique de l’Ouest depuis les années 1990, époque à laquelle les gouvernements d’Afrique de l’Ouest se sont tournés vers des organismes privés pour consolider l’économie de leurs pays. Les programmes de l’AKDN ont une mission tant sociale et culturelle qu’économique – restauration d’édifices historiques comme la Grande Mosquée de Tombouctou et celle de Mopti, éducation, santé, microfinance, infrastructure et autres projets de développement économique.

Pour tout complément d’information, s’adresser à :

AKDN - Côte d’Ivoire : 22 40 01 95

or


Département des communications
Aiglemont
Gouvieux, France
Tél : (+33 3) 44 58 40 00

Notes:
Les initiatives de microfinance de l’AKAM vont de la coopérative villageoise, à l’organisme de microfinance autonome et à la banque de microfinance à part entière. L’AKAM est présente en Afghanistan, au Burkina Faso, en Égypte, en Inde, au Kazakhstan, au Kenya, en République kirghize, à Madagascar, au Mali, au Mozambique, au Pakistan, en Syrie, au Tadjikistan, en Tanzanie et à Zanzibar. Ses activités s’inscrivent le plus souvent dans le cadre d’une stratégie de développement intégrée mise en œuvre par l’AKDN à l’intérieur de chaque pays. Outre l’offre de services financiers aux plus démunis, sont éventuellement proposés des services de conseil/formation techniques et commerciaux ainsi que des programmes de développement à l’intention des entrepreneurs locaux.

Le Réseau Aga Khan de développement est un groupe d’institutions et d’agences de développement privées et non confessionnelles, œuvrant dans des domaines très variés – de l’action sanitaire et l’éducation à l’architecture, la culture, le développement rural et la promotion de l’entreprise privée. Présentes dans plus de 30 pays, les agences et institutions du Réseau ont pour mission d’autonomiser les communautés et les particuliers, dans des circonstances souvent très précaires, afin d’améliorer leurs conditions de vie et leurs possibilités d’avenir, notamment en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et centrale et au Moyen-Orient.

L’agence de développement économique de l’AKDN, le Fonds Aga Khan pour le développement économique (Aga Khan Fund for Economic Development ou AKFED), est particulièrement active en Côte d'Ivoire, où elle a participé au financement de la centrale d’Azito en partenariat avec ABB et Electricité de France. Cette installation de 290 mégawatts représente un investissement de 225 millions de dollars US et fournit plus de 40 pour cent de la production électrique de Côte d'Ivoire. Entrée en fonctionnement en mars 1999, elle exploite les ressources en gaz naturel de la Côte d'Ivoire.

À travers la société Industrial Promotion Services (West Africa), l’AKFED a investi dans plusieurs sociétés ivoiriennes, dont Fibako-Ivoirembal s.a. Bouaké (fabrication de cordes synthétiques et en sisal, production de toile et de sacs en polypropylène pour l’agriculture); Filtisac Côte d’Ivoire s.a. (sacs en jute et en polypropylène, et autres produits d’emballage plastique); Ivoire Coton s.a. (égrenage du coton et services agricoles aux producteurs); Sisep s.a. (bouteilles et jerrycans plastiques); et Chimtec s.a. (produits chimiques).

Bookmark and shareBookmark & Share

Return to top